10.9 C
Alger
vendredi, février 3, 2023

Nouvelle chute historique du dinar algérien face au dollar USD

- Advertisement -
- Advertisement -

Le dinar algérien a enregistré encore une fois une chute historique et alarmante face au dollar USD, la monnaie américaine utilisée comme une référence mondiale pour le commerce international. Depuis ce dimanche 6 mars 2022, 1 dollar USD équivaut à pas moins de… 142,85 Dinar algérien (DA). C’est un record absolu qui démontre l’aggravation de la dévaluation continue de la monnaie algérienne alors que le monde connaît une crise économique et financière aux répercussions dramatiques à cause de la guerre lancée par la Russie contre l’Ukraine. 

Il faut savoir que ce record s’inscrit dans le sillage d’un début d’effondrement de la monnaie algérien qui a commencé depuis le 22 janvier 2022 lorsque un dollar USD avait valu plus de 140 DA. Un seuil historique qui marque visiblement un tournant majeur dans le déroulement de la crise économique paralysant l’économie algérienne.

Force est effectivement de constater que la monnaie algérienne fait l’objet d’un processus de dévalorisation et d’une dégringole progressive, incessante de surcroît, depuis le deuxième semestre de 2021. Le précédent record de la baisse de la valeur du dinar algérien remontait au dimanche 3 octobre 2021 où un dollar américain avait valu pas moins de 137,39 Dinars algériens. A l’époque, c’était le 4e record à la baisse en 40 jours pour la monnaie algérienne qui avait ainsi entamé son effondrement devant la monnaie américaine depuis le dernier trimestre de l’année 2021.

Auparavant, un autre record de la chute du dinar algérien avait été enregistré le 30 septembre dernier où un dollar américain valait pas moins de137,17 dinars algériens. Entre fin juillet et début octobre 2021, le dinar algérien avait collectionné pas moins de 7 records à la baisse sur les marchés mondiaux.

Face au dollar américain, le dinar avait entamé son crash depuis le 25 juillet 2021 (135,09 DA), ensuite le 9 août (135,41 DA), le 23 août (135,88), 8 septembre (136,36), 20 septembre (136,9 dinars) et le 30 septembre (137,17 dinars) et enfin le 3 octobre 2021 avec 1 dollar américain = 137,39 Da.

Il faut savoir que cette chute permanente de la valeur du dinar algérien n’est pas une surprise, mais elle était prévue et attendue par les autorités algériennes qui avaient lancé un processus de dévaluation depuis fin 2020. En effet, la loi de finances 2021 tablait sur une dépréciation progressive du dinar sur trois ans : un taux de 142 dinars pour un dollar américain en 2021, 149,71 dinars en 2022 et 156 dinars en 2023.

C’est dire que la dévaluation du dinar algérien poursuit naturellement sa courbe dans le cadre d’une stratégie très dangereuse dessinée par les dirigeants algériens. Cette  stratégie consiste à gonfler les recettes fiscales pétrolières par effet de change en procédant régulièrement à la baisse de la valeur du dinar. L’objectif est de renforcer les rentrées pétrolières en les convertissant en une monnaie nationale de plus en plus faible afin d’augmenter ainsi les volumes des recettes fiscales dans le but d’appuyer l’augmentation régulière des dépenses publiques.  Ailleurs dans le monde, les Etats recourent aux dévaluations de leurs monnaies pour  pour attirer les investisseurs et favoriser les exportations en gagnant des précieux points au niveau de leur compétitivité. Or, en Algérie, cette dévaluation du dinar vise seulement à doper artificiellement le budget de l’État par l’effet de la conversion en dinars des recettes pétrolières libellées en dollars.

Ce mécanisme a provoqué en 2021 et continuera d’occasionner en 2022 de graves conséquences sur le quotidien des consommateurs algériens. A chaque fois que le dinar algérien est dévalué, l’inflation augmente et s’aggrave dans le pays incitant ainsi les commerçants et les producteurs nationaux à augmenter significativement les prix des produits commercialisés sur les marchés nationaux. Les produits finis importés en devises connaîtront ainsi automatiquement des augmentations importantes pour compenser la perte de la valeur du dinar algérien. Par ailleurs, les producteurs algériens dépendent aussi des marchés étrangers pour maintenir leur production et acquièrent régulièrement de la matière première en devises. Ils importent ainsi les matières premières à l’international et paient leurs fournisseurs en devises. Ainsi, les produits fabriqués localement vont connaître de nouvelles augmentations au niveau de leurs prix.

La majorité des produits subventionnés en Algérie comme le blé, le lait ou le sucre sont importés et payés en devises. L’Etat donc subira des pertes financières importantes à cause de la chute de la valeur du dinar puisqu’il devra sortir de sa poche des ressources financières supplémentaires pour compenser le différentiel entre le prix coûtant de ces produits et le prix final de leur commercialisation au profit de la population algérienne.

Tous les produits vont subir des augmentations des prix en conséquence de cette nouvelle dévaluation du dinar car même les produits locaux souffrent de l’augmentation des coûts de leur production. Des jours très difficiles attendent ainsi les Algériennes et Algériens à cause de l’hémorragie de leur pouvoir d’achat.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

1 COMMENT

  1. Un pays qui n’as pas une monnaie convertible n’as pas d’economie! Simple comme bonjour. Cela devient du commerce de trock comme dans un souk. Mais la modernite d’un pays et de ses institutions financieres et banquieres demandent une complete transparence des finances et donc une convertibilite de la monnaie.