Attention, une crise mondiale des huiles pourrait provoquer prochainement de nouvelles pénuries en Algérie

1
960

Il n’y a pas que les céréales qui subiront directement les conséquences de la guerre opposant l’Ukraine à la Russie. Les huiles végétales seront l’autre produit alimentaire qui risque de manquer cruellement sur les marchés mondiaux provoquant ainsi des pénuries inquiétantes dans les pays considérés comme de gros consommations de ces huiles à l’image de l’Algérie. 

Il faut savoir à ce propos que l’Ukraine est Célèbre pour ses champs de tournesol à perte de vue et elle est le premier producteur mondial de l’oléagineux et premier exportateur mondial de son huile.  Selon le cabinet français spécialisé Agritel, société française de conseil sur les marchés agricoles et agro-alimentaires, « c’est sur l’huile de tournesol que pèse le plus grand danger ».

« La situation est très tendue sur le marché mondial des huiles. Il y a peu de stocks d’huile de soja en Amérique Latine et d’huile de palme en Indonésie et Malaisie, alors que la demande est très forte », analyse à ce sujet Sébastien Poncelet, expert chez Agritel, qui s’attend à une violente crise d’huiles végétales laquelle va ébranler les marchés mondiaux dans les jours à venir.

Il est  à rappeler que les huiles végétales et alimentaires font l’objet d’une crise aiguë depuis le début de l’année 2022.  L’indice FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, avait rapporté au mois de janvier dernier que les prix alimentaires ont augmenté  de 1,1 % par rapport au mois précédent, à 135,7 points contre 133,7. Ce rebond de l’indice, qui suit la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base, « s’explique en premier lieu par la hausse de 4,2 % en glissement mensuel de l’indice FAO des prix des huiles végétales », avait noté la même source.

Les cours de toutes les principales huiles avaient augmenté, notamment sous l’effet de la hausse des prix du pétrole brut, au plus haut depuis octobre 2014 à la Bourse de New York, mais aussi du fait d’une demande mondiale toujours plus robuste.

L’évolution des prix de l’huile de palme est en grande partie imputable aux « craintes concernant la possible diminution des disponibilités exportables en Indonésie, le premier exportateur mondial », avait expliqué encore la FAO.

Les prix de l’huile de soja avaient quant à eux été soutenus par d’« abondants achats à l’importation, en particulier de la part de l’Inde », tandis que les prix de l’huile de colza comme de tournesol ont été portés par « la poursuite du resserrement de l’offre ».

La guerre Ukraine va donc aggraver ces augmentations alarmantes des prix des principales huiles alimentaires et végétales. Ce qui est une très mauvaise nouvelle pour l’Algérie, l’un des pays plus importants consommateurs au monde de ces huiles notamment de l’huile fabriquée à base de soja.

Selon des chiffres officiels, l’Algérie enregistre une consommation quotidienne de 1600 tonnes d’huiles alimentaires à base de soja. Chaque mois, la population algérienne consomme plus de 48.000 tonnes d’huiles, indiquent des chiffres communiquées par le ministère algérien du Commerce.

Soulignons enfin que les besoins nationaux concernant les huiles en Algérie s’élèvent à 583 millions USD, soit une quantité d’1 million de tonne par an et 600 millions USD de résidus de soja, avec une quantité de 1,4 million de tonnes par an. Pour réduire ces dépenses en devises, le gouvernement algérien s’est engagé début 2021 à cultiver l’arachide sur 200.000 ha, le soja sur 200.000 ha , le colza sur 100.000 ha, en vue de réduire la facture des importations, de 983 millions USD, soit un taux de 80 % des importations de ces matières. Nous sommes en 2022, et aucune avancée majeure n’a été enregistrée dans ce dossier où les autorités algériennes ont fait des annonces très ambitieuses. Les cultures nationales du colza ou du soja sont restées de simples paroles en l’air. Et les futures perturbations sur les marchés mondiaux concernant l’approvisionnement en huiles ne manqueront pas de provoquer de nouvelles pénuries en Algérie notamment à la veille du mois sacré du Ramadhan, la période durant laquelle un pic de consommation des huiles alimentaires est enregistré.

1 COMMENT

  1. Longue vie à Bouteflika et son ami de combat Boumedienne (Bou lmakhrouba) , les pères du pays , qui ont instauré les solides bases de l’Algérie continent, créé par la maudite France coloniale en 1962 .
    TEBBOUNE et CHENGRIHA ont pris le flambeau des 2 pères fondateur de L’ALGERIE .