Comment et Par Qui sont Organisées les Fuites d’Informations en Direction d’un des Polémistes de Londres !

3
1378

A la tête du Ministère de l’Education Nationale (MEN), Abdelhakim Belabed, l’ex chef de cabinet puis Secrétaire général du MEN de l’ex-Ministre Nouria Benghabrit, a désigné quelques-uns de ses anciens collègues à des postes en France.

Il s’agit du Directeur de l’Ecole Internationale Algérienne en France (EIAF) Karim Amira, ancien secrétaire général de la direction d’éducation de Tizi Ouzou et Directeur d’éducation de Tlemcen, mais également du Directeur du service de l’Enseignement de la Langue et de la Culture d’Origine (ELCO), Abdelouahab Guellil, ancien chef de Cabinet de Benghabrit, ex inspecteur de l’éducation nationale, inspecteur central au niveau de l’inspection générale du MEN et directeur de l’éducation d’Alger-Ouest.

Ces deux personnes, appréciés par Nouria Benghabrit, ont eu du mal à s’imposer dans leurs fonctions et ont subi plusieurs désagréments de la part de personnes hostiles à la politique de modernisation de l’ancienne Ministre.

Parmi eux, le Comptable Khitati Youcef, né le 9 avril 1973 à Alger et nommée Zorro par ses collègues.

Khitati Youcef

Le Comptable de l’EIAF, ancien inspecteur divisionnaire des finances, a été envoyé en France pour redresser les comptes de cette institution rattachée à l’Ambassade d’Algérie en France.

« Sauf qu’il le fait avec beaucoup d’autoritarisme et un zèle qui ne peut être dénué d’arrières pensées, c’est pour cela qu’il n’est pas très apprécié par ses collègues » Nous expliquera notre source.

Il faut dire que Khitati avait un temps refusé, sans raison, de reverser un remboursement de 5,5 % de la masse salariale déclarée des employés de l’Ambassade d’Algérie, de l’EIAF ou de l’ELCO, suite à une erreur dans les déclarations faites à l’Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (Urssaf).

« C’est l’une des personnes qui était derrière l’éviction, au mois de mai 2019, de Nadia Messaci, l’ex directrice de l’EIAF » Nous apprendra une source diplomatique.

Pour rappel, Mme Messaci, proche de l’ancienne responsable du Ministère de l’Education Nationale (MEN), Mme Benghabrit, avait suspendu une élève de l’École en question, pour avoir accompli sa prière à l’intérieur de l’établissement.

Soulignons que Nouria Benghabrit, petite-fille du frère de Si Kaddour Benghabrit, fondateur de l’Institut musulman de la Grande Mosquée de Paris, a assumé le rôle de Ministre de l’Education Nationale entre Mai 2014 et Avril 2019.

Durant cette période, Benghabrit va combattre un système dominé par des courants conservateurs et islamistes au sein du système éducatif, s’attirant l’antipathie de tout un pan de la société, les syndicalistes et une grande partie de l’élite algérienne arabophone…

Depuis, Khitati s’est rapproché de l’Ambassadeur algérien en France, Mohamed Antar Daoud, et s’attèlent l’un et l’autre à organiser d’étranges changements au sein des institutions culturelles et éducatives algériennes en France.

Ne pouvant jusque-là recruter du personnel sur la base d’un décret gelant les contrats de travail au sein de l’EIAF et de l’ELCO, Khitati et Antar Daoud ont suggéré à la commission de travail dépêchée par Alger, pour aplanir les problèmes de salaires et d’organisation des organismes éducatifs algériens en France, de faire sauter le verrouillage des embauches.

« Il parait clair que l’initiative de l’Ambassadeur et du Comptable n’a été entreprise que dans le but de placer une liste de personnes ayant des liens avec les hauts responsables du Pays. Ce n’est pas nouveau ! » Expliquera notre source.

Suite à notre enquête, nous avons appris qu’une autre personne agissait en coulisse pour saper le travail des Directeurs de l’EIAF et de l’ELCO. Il s’agirait d’un instituteur d’arabe répondant au nom de Mosadek El Hocine.

Mosadek Al Hocine

Ancien journaliste arabophone, et profondément conservateur selon ses collègues, Mosadek est un soutien indéfectible de l’Ambassadeur d’Algérie en France comme on peut le voir dans la prestation télévisée ici.

Rappelons que Antar Daoud est celui qui a, sans aucune compétence pour cela, présenté une grille salariale largement favorable aux instituteurs et à la commission d’études déplacée d’Alger, au détriment des professeurs du Collège et du Lycée.

Si nous avons évoqué ces deux personnages, Khitati et Mosadek, c’est parce que ce sont eux qui alimentent le polémiste réfugié à Londres en ce qui concerne ses révélations sur l’EIAF !

D’un autre côté et concernant l’ELCO, c’est Mohamed Goudjil, le fils du Président du Conseil de la Nation, qui alimente le populo-propagandiste en informations internes totalement faussées.

Nous avons pu avoir accès à une fiche synoptique élaboré par un responsable de l’ELCO, dressant un portrait sans concession de ce personnage. Edifiant !

Présent actuellement à Paris, le polémiste de Londres et Mohammed Goudjil ne se quittent plus, chacun comptant sur l’autre pour verser dans la manipulation de l’information en direction de l’opinion publique, pour leurs seuls intérêts !

Au mois de Juin 2019, lors de son passage à Paris, Salah Goudjil à qui l’ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, demandait comment il pouvait aider son fils Mohamed, lui a fait cette seule requête :

« A mon fils rien. Mais je souhaiterais que la situation de ma belle-fille soit réglée !».

Ceci explique pourquoi le nouvel Ambassadeur, Mohamed Antar Daoud, avait entamé la réunion récente ayant regroupé le personnel de l’EIAF et l’ELCO, en évoquant en premier sujet les diplômes de Nadia Graine, belle fille de Salah Goudjil, qui exerce en tant qu’infirmière à l’EIAF alors qu’elle serait médecin …

Voilà comment notre exilé dans la capitale du Royaume-Uni se permet d’annoncer des divulgations qu’il présente comme hautement secrètes, et encense au passage le travail mené par Mohamed Antar Daoud, alors que la vérité est toute autre !

On mériterait tout de même mieux. Pauvre Algérie…

3 COMMENTS

  1. Longue vie à Boumedienne et son frére de combat Bouteflika , les pères du pays, qui ont instauré les solides bases de l’Algérie , en éliminant les traitres ( comme Chaabani et autres) et en donnant le plein pouvoir aux glorieux militaires compatriotes (comme Belkhir et Nezzar) , et longue vie aussi aux 6 millions 532 302 des chouhadas. 1, 2, 3 VIVA L’ALGERIE de TEBBOUNE et CHENGRIHA qui ont pris le flambeau des 2 pères du pays .

  2. « Ces deux personnes, appréciés par Nouria Benghabrit, ont eu du mal à s’imposer dans leurs fonctions et ont subi plusieurs désagréments de la part de personnes hostiles à la politique de modernisation de l’ancienne Ministre »
    Quand ont lit des âneries comme ça, on comprend pourquoi l’Algérie est condamnée.
    Depuis quand, Nouria Benghabrit qui ne sait même pas prononcer un mot dans la langue officielle du pays qu’elle est censée être la ministre de l’éducation nationale, est une modernisatrice ! Elle va moderniser quoi? avec quel niveau ? avec quels moyens ? C’était plutôt la ministre de la désintégration. Cette marocaine déguisée en Algérienne, est restée 5 ans au ministère de l’éducation avec un bilan nul et nullissime. Tous les hauts fonctionnaires se souviennent d’une ministre à moitié saoul, adepte du Whisky et des soirées arrosés aux frais du contribuable.
    C’est cela le casse du siècle, une partie étrangère aux mœurs du pays, très minoritaire, tentant par la force d’imposer son agenda au reste de la population. C’est cette expression qu’à valu à l’ancien chef d’état major d’être mis à mort par cette Issaba.