Web TV. Affaire Nezzar : le principal plaignant révèle les dessous des « pressions » exercées par les services secrets algériens

2
1241

Daadi Seddik, le principal plaignant dans le dossier du général Khaled Nezzar qui est en ce moment en cours de traitement au niveau du tribunal fédéral suisse à Berne, « se met à table » et révèle en exclusivité sur le plateau de CANAL 22 tous les dessous des pressions qui ont été exercées à son encontre par les services secrets algériens pour qu’il retire sa plainte afin de stopper les poursuites enclenchées par la Justice Suisse contre l’ex-ministre de la Défense nationale entre 1990 et 1993.

Lors d’une interview exclusive accordée à la nouvelle chaîne de télévision indépendante CANAL22, Daadi Seddik révèle comment il a été approché en décembre 2019 par des hauts responsables de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), la principale branche des services secrets algériens, pour lui proposer un inédit et étrange deal lui permettant d’apporter à la Justice Suisse de nouveaux éléments accablants pour condamner pénalement le général Khaled Nezzar qui était au moment des faits l’ennemi juré d’Ahmed Gaid Salah, le défunt Chef d’Etat-Major de l’ANP.

Dans cet entretien exclusif mené par Abdou Semmar, le rédacteur en chef d’Algérie Part, Daadi Seddik révèle les tenants et aboutissants de ses discussions avec le colonel Omar et le Colonel Yacine, les deux hauts responsables les plus proches du fameux général Wassini Bouazza, patron de la DGSI durant le règne de Gaid Salah, à savoir depuis avril 2019 jusqu’à sa chute brutale en avril 2020.

A la mort d’Ahmed Gaid Salah, ce « deal » tombe à l’eau et une nouvelle direction s’installe à la tête de la DGSI. De nouveaux officiers influents des services algériens prennent attache avec Daadi Seddik pour lui proposer autre deal qui porte cette fois-ci sur le retrait… de sa plainte contre Khaled Nezzar ! Un véritable coup de théâtre qui s’explique par la réhabilitation du général Khaled Nezzar par le nouveau pouvoir algérien. L’ex-ministre de la Défense Nationale était revenu à Alger depuis son lieu d’exil à Barcelone en décembre 2020.

Avec une franchise étonnante et admirable, Daadi Seddik révèle la substance de ses échanges avec les services secrets algériens en indiquant qu’il avait proposé un accord qu’il est toujours prêt à respecter. Cet accord conditionne l’arrêt des poursuites judiciaires enclenchées en Suisse pour complicité de crimes contre l’humanité par la libération de plusieurs détenus de l’ex-FIS qui croupissent en prison depuis les années 90 ainsi que le retour en Algérie de plusieurs opposants exilés de force à cause des évènements de la décennie noire. Une émission inédite qu’il voir et revoir pour connaître la vérité sur l’un des dossiers les plus sombres et complexes de l’actualité algérienne.

 

2 COMMENTS

  1. Bravo à Canal 22 pour cet excellent travail qui enfonce définitivement la junte dans ses crimes passés et actuels. Les généraux vont regretter de s’opposer à la volonté du peuple algérien qui voulait instaurer un état civil et non militaire.
    Ils ne peuvent plus quitter le territoire algérien sinon c’est la prison a vie pour crime contre l’humanité !

    Généraux assassins
    DRS terroristes

    Et zakakhra un agent du DRS qui ne s’assume pas et qui urine dans son pantalon par la peur d’un futur proche ou il va payer pour touts les pleurs des mamans des Grands Tajadit, Laalami,…

  2. Quand on voit la tête du présentateur de cette pseudo télé : grosse pouf, barbe de terroriste, cul débordant du tabouret, langue de pute crachant son venin sur l’Algérie, on comprend pourquoi Zemmara faisait de la pub pour le salafiste Ghani Mehdi. Tout les séparent ces traitres, provoquer le chao en Algérie les unit.