Le grave incendie de la raffinerie de Skikda relance encore une fois le débat sur les capacités des dirigeants de Sonatrach à gérer la maintenance des sites sensibles

5
982

L’incendie qui a provoqué de graves dégâts ce mardi 30 novembre à Skikda relance plus que jamais le débat sur les capacités réelles des dirigeants de Sonatrach d’assurer comme il se doit la maintenance industrielle des sites les plus sensibles du secteur de la pétrochimie dans le pays. 

C’est, effectivement, un débat qui est toujours d’actualité car cet incendie est loin d’être un acte isolé. Depuis 2020, plusieurs incidents et incendies ont touché de plein fouet des infrastructures névralgiques du groupe Sonatrach. Aucune enquête approfondie n’a jamais été diligentée et aucun haut responsable de la compagnie nationale des hydrocarbures n’a rendu des comptes.

C’est dans ce contexte que ce mardi 30 novembre 2021, un nouveau incendie s’est déclenché au niveau de la raffinerie de Skikda faisant un bilan de 7 travailleurs blessés dont au moins une victime est dans un état jugé très grave.

« Ce jour aux environs de 10h00 est survenu un accident au niveau de la Raffinerie de Skikda, plus précisément au niveau de l’unité reforming I », a précisé Sonatrach dans un communiqué, soulignant que « cette unité était en arrêt pour travaux de maintenance ».

« L’incident est survenu lors de l’ouverture d’une bride d’échangeur. Un Flash s’est alors produit et a été immédiatement maîtrisé par les agents d’intervention de la raffinerie », a indiqué la même source. « Il est à déplorer 07 blessés parmi les travailleurs de la raffinerie. Parmi les blessés 05 ont subis des brûlures dont 04 superficiellement et 01 des brûlures plus sérieuses ainsi que 02 travailleurs traumatisés », a tenté de rassurer le communiqué de Sonatrach qui veut minimiser la gravité de cet incendie pour passer sous silence la responsabilité des dirigeants du groupe en charge du volet de la maintenance des infrastructures pétrochimiques.

Justement, la direction générale de Sonatrach ne dit pas aux Algériennes et aux Algériens qu’elle avait confié depuis avril 2021 tout le pôle raffinage, exploitation et Pétrochimie à un cadre dirigeant qui n’a strictement aucune connaissance de ce secteur complexe et de ses enjeux purement techniques. En effet, Hacène Lama, l’actuel responsable de ce pôle sensible, est un ancien cadre supérieur de la direction des ressources humaines. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans les ressources humaines et n’avait jamais travaillé sur les questions liées à la pétrochimie ou celle de la maintenance et sécurité des sites sensibles comme les raffineries.

Hacène Lama est le responsable de la direction Training & Planning au niveau de la direction des ressources humaines du groupe Sonatrach de novembre 2017 jusqu’à avril 2021. Il a travaillé sur la question de la gestion des ressources humaines durant pas moins de 3 ans 6 mois. Il est de formation ingénieur en Economie Pétrolière. Il n’est nullement spécialisé des processus très pointus de la pétrochimie et le fonctionnement des raffineries dépasse largement ses compétences.

En dépit de cela, le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, l’a désigné dans ses fonctions lui confiant la tâche de veiller sur le bon fonctionnement de nos raffineries nationales. Ces nominations hasardeuses basées uniquement sur le clanisme, le favoritisme et l’affection personnelle portent un énorme préjudice au fonctionnement rationnel de Sonatrach qui n’a jamais connu autant d’incendies ou d’incidents en une seule année, à savoir de 2020 jusqu’à 2021. Le 3 septembre 2020 et le 15 octobre 2020, deux dangereux incidents ont provoqué des fuites de quantités considérables de pétrole brut dans la wilaya d’El-Oued et  dans la région de Touggourt. Le gisement El Merk, deuxième plus important gisement de pétrole en Algérie, a été aussi le théâtre le 21 octobre 2020 d’un violent incident qui a provoqué des pertes matérielles considérables.

Algérie Part avait publié toute une enquête sur les défaillances inquiétantes constatées dans la gestion du réseau de pipelines et de canalisations pétrolières du pays. Nous vous invitons à la relire car elle est toujours d’une poignante actualité. 

 

5 COMMENTS

  1. Les cachiristes solidaires du parti unique à vie (FLN) qui ne veulent pas que ça bouge vont tirer à boulets rouges sur Semmar le rebelle. Ils sont un certain nombre sur ce site, vous verrez, ils vont se reconnaître et reconnaissables à leurs
    profusions d’insultes ! Attendre et voir venir !