13.9 C
Alger
dimanche, février 5, 2023

Fethi Ghares a été emprisonné parce qu’il a contredit le « sultan » Tebboune dans l’affaire du journaliste Rabah Kareche

- Advertisement -
- Advertisement -

C’est l’affaire du journaliste Rabah Karèche qui a valu au secrétaire général du Mouvement démocratique et social (MDS), Fethi Ghares, un long séjour en prison. C’est du moins ce que nous apprennent les avocats de cet opposant algérien lors du procès qui se tient depuis ce matin dimanche 26 décembre au tribunal de Bainem à l’ouest d’Alger. 

« Fethi Ghares a contredit le sultan de Tebboune sur le cas du journaliste Rabah Kareche et c’est pourquoi il s’est retrouvé en détention », a dénoncé vigoureusement dans sa plaidoirie maître Ali Fellah, l’un des nombreux avocats volontaires et bénévoles formant le collectif de la Défense de Fethi Ghares.

« Alors que le Président de la République Abdelmadjid Tebboune a qualifié Rabah Kareche, alors en détention, de pyromane, Fethi Ghares a ouvert le siège du MDS pour tenir une conférence en soutien au journaliste », a rappelé le même avocat, ajoutant que cette action de solidarité « lui a valu des poursuites » et ensuite l’incarcération depuis début juillet 2021.

Lors de ce procès, Fethi Ghares a fait des déclarations incendiaires pour démontrer que son procès est « purement politique ». « Le Hirak est constitutionnalisé dans la Nouvelle Constitution, alors pourquoi suis-je en prison pour avoir appelé à la poursuite du Hirak ? », s’est interrogé ainsi l’opposant qui avait tenu à ce que son procès soit organisé en sa présence sur le banc des accusés refusant de recourir à la visioconférence.

« Le régime algérien est criminel parce qu’il jette des innocents en prison et dilapide 1000 milliards de dollars en 20 ans », a déclaré également l’opposant algérien en faisant preuve d’une verve révolutionnaire ayant épaté l’assistance lors de ce procès que le régime algérien voulait expéditif. Face aux questions du Juge, Fethi Ghares n’a pas tremblé et n’a pas hésité à défendre avec ardeur ses convictions politiques et ses engagements en faveur du changement démocratique dans son pays.

Il est à signaler que le procureur de la République du tribunal de Bainem (Alger) a requis, ce dimanche 26 décembre 2021, trois ans de prison et une amende de 100.000 dinars à l’encontre de Fethi Ghares. Ce dernier est poursuivi pour 5 chefs d’inculpation : atteinte à la personne du président de la République, outrage à corps constitués, diffusion au public des publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national, diffusion d’informations pouvant porter atteinte à l’unité nationale et diffusion d’informations pouvant porter atteinte à l’ordre public. Le verdict est attendu pour la fin de journée de ce dimanche lors de la clôture de toutes les plaidoiries à moins que le Juge de siège veuille reporter la prononciation de la sentence à une date ultérieure.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

3 COMMENTS

  1. Alors que les algériens ne peuvent pas leurs alimentations ,voilà que tebboune vient d’envoyer 105 camions d’alimentation dont 20 tonnes de meubles pour le Niger , bravo y a tebbounia venge toi sur le peuple et continue à jeter l’argent du peuple par les fenêtres pour ton prestige personnel et prive le peuple en lui rendant la vie chère.