8.9 C
Alger
lundi, janvier 30, 2023

Voilà Pourquoi le Prix de la Pomme de Terre va Encore Augmenter en Algérie !

- Advertisement -
- Advertisement -

L’Algérie est un producteur important de pommes de terre qui représente le deuxième aliment de base le plus populaire du pays, après le pain. La production de pommes de terre, qui représente une partie importante de l’industrie agricole de l’Algérie, est centrée sur deux régions : la côte méditerranéenne autour de Mostaganem, Aïn Defla, Boumerdes et Bouira et le désert autour de la région d’El Oued.

En 2018, l’Algérie se classait à la 17ème place dans le classement des producteurs mondiaux de pomme de terre et le deuxième d’Afrique après l’Égypte qui s’est classé 16ème, alors que le Maroc était classé à la 34ème place avec une production de 1,8 millions de tonnes de pomme de terre.

Avec une consommation annuelle de pommes de terre par habitant en Algérie en constante augmentation, qui est passée de 65,0 kg à 111 Kg en 2018, l’augmentation de la production de pommes de terre est devenue une nécessité afin de répondre aux besoins intérieurs de la population algérienne.

La filière de cette culture stratégique, qui a pu créer plus de 60.000 emplois directs et occupe une superficie de 150.000 ha, a pu se développer et couvrir aisément les besoins nationaux.

En 2019, la production de pommes de terre en Algérie a représenté 5,02 millions de tonnes métriques, en augmentation de près de 8% par rapport à 2018. À elle seule, la wilaya d’Oued Souf avait produit près d’un million de tonnes !

Champs de patates à Oued Souf

Rappelons que 56 tonnes de pommes de terre issues de cette région et destinées à la consommation, ont été exportées, à la fin du mois de février 2021, vers la Mauritanie.

Selon le bureau Afrique de l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture, FAO, l’Algérie a encore progressé de quatre places en 2020 pour devenir le premier producteur de pomme de terre en Afrique et dans le monde arabe en 2020, passant ainsi devant l’Égypte, l’Afrique du Sud et le Maroc.

La FAO prévoit que notre Pays conserve sa place de premier producteur de pommes de terre en 2021 !

Or cette surabondance de production a des effets pervers. En effet en l’absence de capacités de stockage adéquate, les producteurs de pommes de terre sont condamnés à baisser les prix à des montants prohibitifs qui ne leur permet plus de payer les frais d’ensemencement.

Sauf que les mauvaises conditions météorologiques qu’a traversé la wilaya d’el oued, conjuguées à la spéculation et le monopole exercés sur ce produit de large consommation, la pomme de terre se fait plus rare à la veille du mois de ramadan, d’où la hausse de prix constatée sur les marchés algériens.

Et ce malgré le déclenchement de SYRPALAC, le Système de régulation des produits agricoles de large consommation, censé protéger les agriculteurs en leur permettant de bénéficier de la prise en charge publique des coûts de stockage d’une part, et assurer la régulation des marchés en y réinjectant les surplus de production d’autre part.

Las de devoir évoluer dans un secteur instable qui leur impose des revenus de plus en plus réduits, certains agriculteurs dont les marges ne cessent de s’amenuiser au profit d’intermédiaires-spéculateurs, pensent délaisser le secteur et passer à une autre production ! Une véritable catastrophe…

En plus du contrôle effectif, de la régulation efficace et le développement efficient des infrastructures de stockage, qu’attendent les pouvoirs publics pour structurer définitivement le marché et asseoir une véritable politique d’exportation et de transformation ? Car sans cela, les prix de la pomme de terre ne cesseront d’augmenter !

Va-t-on encore laisser saboter un secteur qui a réussi?

YF.Cheikh

[email protected]

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

4 COMMENTS

  1. Si tout ceux qui aiment leur pays se retroussent les manches, aujourd’hui l’Algérie n’aura plus besoin d’importer de fruits ou légumes notre terre est fertile, manque juste de la volonté et de vrais gouvernants .

  2. Au lieu d’accorder des passe-droits à des spéculateurs issus de la périphérie du pouvoir, il suffit d’engager une armée de jeunes contrôleurs de prix pour faire coup double : Favoriser l’emploi des jeunes et protéger les producteurs pour le bien de tous ! Mais, auparavant, il faut d’abord guérir le pays du cancer de la corruption que seul un nouveau « Vrai Boudiaf » peut guérir si on le laisse travailler tranquillement !

  3. Oui Amara , la pays est beau, la terre est fertile les meilleures FIGUES au monde c est celle de mon pays , nous pouvons faire bcp de projets pour notre pays mais helas trop de corruption dans tous les domaines .

    l’Irlande est le plus grand fournisseur de cheddar sur le marché algérien), du lait écrémé en poudre et du lait entier en poudre En effet, les Irlandais vise à se positionner durablement sur le marché algérien, d’après, d’ici 2030, l’Algérie aura une population estimée à 52 millions de personnes et des besoins de plus de 500 000 tonnes d’ingrédients laitiers. L’industrie agroalimentaire est une tournée vers ses clients pour trouver les solutions à leurs besoin

    l’Algérie importe environ 100 000 bovins, dont 75 % sont de jeunes taureaux et 25 % sont des génisses en bas âge, principalement des vaches laitières » précise un communiqué de l’agence agroalimentaire irlandaise, (Bord Bia).

    La demande algérienne en produits laitiers irlandais a doublé avec l’importation accrue dans les secteurs du fromage cheddar

    gardons l espoir pour notre pays