5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

Très faible participation à Alger et dans les plus grandes villes du pays : un référendum véritablement « impopulaire »

- Advertisement -
- Advertisement -

Alger, Oran, Constantine, Annaba, Sétif ou ailleurs à travers toutes les grandes du pays, les électeurs et les électrices ne se sont pas bousculés ce dimanche 1er novembre devant les bureaux de vote pour participer au référendum sur le projet d’amendement constitutionnel. Selon plusieurs témoins oculaires et observateurs neutres contactés par Algérie Part, le taux de participation n’a pas dépassé les 10 % jusqu’à 12 H 00 au niveau des centres de vote les plus névralgiques de plus grandes villes du pays. Même dans certaines villes moyennes traditionnellement acquises aux échéances électorales comme Mila, Ain Defla ou Batna, la participation des électeurs demeure faible, très faible. 

Certains observateurs s’attendent à un léger rebond de la participation dans l’après-midi à partir de 14 H. Mais beaucoup estiment qu’il faudrait un miracle pour que le taux de participation définitif flirte avec les 30 %. Le désintérêt de la population algérienne pour ce rendez-vous électoral est bel et bien général et sans précédent. Engluée dans les problèmes économiques et financiers, étouffée par un malaise social de plus en plus dangereux à cause des effets désastreux sur les équilibres du pays de la crise sanitaire du coronavirus COVID-19, l’opinion publique algérienne semble totalement déconnectée des préoccupations actuelles et politiciennes du pouvoir algérien. Les citoyens lambda ont d’autres soucis à se faire.

Pour booster cette participation moribonde, l’Autorité nationale indépendante des élection (ANIE) a introduit un nouveau changement qui consiste à offrir la possibilité pour les électeurs d’exercer leur droit électoral au référendum sur le projet d’amendement constitutionnel au niveau des bureaux de vote où ils sont inscrits en présentant leur pièces d’identité « L’ANIE informe les électeurs qu’ils peuvent exercer leur droit électoral à l’occasion du référendum sur l’amendement constitutionnel le 1er novembre 2020 à travers les bureaux de vote où ils ont inscrits, en présentant leurs pièces d’identité (carte d’identité nationale, permis de conduire, passeport), jointes, si possible, de la carte d’électeur », a noté le communiqué de l’ANIE.

Mais, pour l’heure, l’effet escompté n’a pas été encore obtenu. Preuve en est,  le taux national de participation au référendum sur la révision de la Constitution a atteint 5,88% à 11 heures, a reconnu publiquement l’ANIE. Ce référendum risque d’être classé parmi les plus « impopulaires » de toute l’histoire contemporaine de l’Algérie.

 

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

2 COMMENTS

  1. Chorfa n’ a pas menti du résultat qu’il a donné a la télé, moi je dis que ce n’est pas 1 millions et demi qui ont votés mais c’est 3 millions qui ont voté et je vous explique ,en Algérie on a 500 000 militaires tout compris, gendarmerie et policiers , en plus leurs familles qui votent dans les casernes et eux leurs familles votent une deuxième fois dans leurs départements ,en plus les fonctionnaires et leurs familles et vous rajoutez a qui on a promis un bout de terrain ou un appartement alors ne vous étonnez pas pourquoi le vote va être réalisé a 100/oo et en plus qui va compter les bulletins ,y a t’il une opposition des nons qui va les aider a vérifier le résultat.