5.9 C
Alger
vendredi, février 3, 2023

Sonatrach : toute une délégation ministérielle pour visiter un simple… atelier de soudure

- Advertisement -
- Advertisement -

La récente sortie du PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, et le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, a suscité la risée des cadres dirigeants et travailleurs du secteur des hydrocarbures en Algérie. Et pour cause, les deux hauts responsables ont mis en place toute une délégation ministérielle accompagnée par de nombreux médias pour inaugurer un simple et ordinaire atelier de soudure ! Cette situation burlesque dévoile la descente aux enfers du secteur de l’énergie en Algérie qui subit une paralysie sans précédent en l’absence d’une gouvernance intelligente et intelligible  capable de ramener des investissements productifs sérieux au secteur qui procure plus de 96 % des précieuses recettes en devises du pays. 

Le 21 mars dernier, le groupe Sonatrach avait mobilisé toute la presse pour annoncer en grande pompe l’inauguration d’une nouvelle unité de fabrication d’équipements métalliques utilisés dans l’industrie pétrolière et gazière. Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a été également mobilisé pour accompagner le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, dans cette visite de travail à « l’atelier » de la Société Nationale de Génie Civil et Bâtiment (GCB), situé dans la zone industrielle d’El Harrach. Oui un simple atelier qui regroupe une dizaine de soudeurs et d’ouvriers qui travaillent avec des moyens totalement rudimentaires et leur travail consiste à souder et raccorder des tuyaux utilisés pour les besoins des canalisations de transport des hydrocarbures.

Il s’agit d’un procédé artisanale qui ne relève d’aucune avancée technologique pour mériter une telle exposition médiatique et la visite de toute une délégation ministérielle. La GCB est spécialisé, certes, dans les travaux de canalisation. Mais sa mission se limite à l’excavation de la tranchée, des travaux mécaniques de pipe, à savoir le soudage, cintrage contrôle, la mise en fouille et essais, ou la mise en œuvre des remblais. Elle s’occupe aussi du génie-civil des ouvrages concentrés et points spéciaux.

Mais la GCB n’est guère spécialisée dans la fabrication des équipements métalliques comme les pipelines, les oléoducs ou les gazoducs qui sont fabriqués par des multinationales totalisant un savoir-faire technologique et scientifique dans ce secteur sensible des hydrocarbures.

La GSB est davantage spécialisé dans la fabrication et montage d’infrastructures diverses en charpente métallique comme les hangars ou les petits ateliers ainsi que la charpente métallique pour stations services autoroutières. Son savoir-faire est réellement limité et ne constitue aucunement une performance notable dont il faut se féliciter en organisant solennellement une visite ministérielle.

Depuis plusieurs jours, la direction générale de Sonatrach et le ministère de l’Energie orchestrent une puissante campagne de communication embrigadant tous les médias nationaux pour faire croire à l’opinion publique nationale que des progrès sont accomplis dans le secteur des hydrocarbures, le poumon économique du pays. Or, ce secteur est aujourd’hui moribond et évolue au rythme de la production pétrolière très faible avec moins de 1 million de barils par jour et des exportations gazières en baisse drastique par rapport aux années précédentes. Pour masquer ce bilan médiocre et catastrophique, des mises en scène digne de sketchs sont produits par Toufik Hakkar et Mohamed Arkab.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -