Sonatrach sans directeur financier depuis 4 mois : Une première inédite !

0
1357

En pleine chute brutale des revenus en devises de l’Algérie à cause de la baisse drastique des exportations des hydrocarbures de Sonatrach depuis le début de la pandémie du COVID-19, la compagnie nationale des hydrocarbures « se permet le luxe » de vivre une situation suicidaire qui est en train d’aggraver les déséquilibres financiers et administratifs du seul poumon économique du pays. 

En effet, depuis 4 mois, à savoir depuis la fin du mois de mars dernier, Sonatrach n’a pas de directeur financier ! Hadj Djilali ABOUDA, l’homme qui avait été désigné Vice-Président Responsable des Finances par décret présidentiel le 30 mars dernier n’a jamais occupé ses fonctions et après avoir profité de son long congé, il dépose officiellement sa démission le 8 juin dernier. Pour la première fois dans l’histoire de Sonatrach, un vice-président démissionne sans avoir travaillé une seule journée et sans avoir mis le pieds à la direction générale du groupe dont le siège est situé à Hydra (Alger).

Dans sa démission, Hadj Djilali Abouda a expliqué clairement qu’il n’a jamais voulu de ce poste et qu’il refuse d’assumer une telle responsabilité au risque de servir de « bouc émissaire » pour noyer des dossiers de corruption ou de mauvaise gouvernance lesquels ne manqueront certainement pas de susciter de gros scandales dans un futur proche.

Après cette démission fracassante, la direction générale de Sonatrach a cherché d’autres profils. Elle a envoyé une liste de candidats à la Présidence de la République. Mais le Palais Présidentiel d’El-Mouradia a rejeté toutes les propositions de Toufik Hakkar, le PDG de Sonatrach, a appris Algérie Part au cours de ses investigations. Après le premier camouflet, le Palais présidentiel ne veut pas faire confiance aux choix de Hakkar au risque de se couvrir de honte devant l’opinion publique et les partenaires étrangers de Sonatrach.

Cette situation ubuesque dure ainsi depuis le 30 mars dernier. A Sonatrach, un intérimaire gère la direction des affaires financières ! Une configuration totalement absurde et dangereuse pour la compagnie nationale des hydrocarbures. La seule qui peut nous ramener des devises pour financer l’économie nationale.

Il faut savoir que le Vice-Président responsable des Finances de Sonatrach joue un rôle hyper-stratégique. C’est lui qui doit superviser la gestion financière de toute la société. C’est à lui qu’incombe la délicate mission de veiller à garantir l’équilibre financier de Sonatrach ainsi que ses filiales et à optimiser ses performances. Il doit également gèrer les relations avec les banques et rencontrer tous les investisseurs potentiels. Malheureusement, Sonatrach ne fait rien de cela depuis 4 mois au moment où l’Algérie a cruellement besoin d’une bonne organisation afin de limiter les dégâts économiques de la pandémie du COVID-19 et ses conséquences financières sur le secteur le plus névralgique du pays.