8.9 C
Alger
mercredi, février 8, 2023

Plus de 2,3 millions d’euros pour financer le fonctionnement de nouveaux postes diplomatiques et consulaires algériens en 2022

- Advertisement -
- Advertisement -

La diplomatie algérienne a bénéficié d’une rallonge budgétaire en janvier 2022 pour financer de nouvelles activités qui n’étaient pas prévues initialement dans son budget annuel validé auparavant par la Loi de Finances 2022. Parmi ces nouvelles dépenses, nous retrouvons un budget supplémentaire de l’équivalent de plus de 2,3 millions d’euros pour financer le fonctionnement de nouveaux postes diplomatiques et consulaires à l’étranger. 

Il s’agit effectivement d’un budget qui a été fixé à plus de 374 millions de Da pour financer ces nouveaux postes diplomatiques qui n’ont pas été précisés ou dévoilés par le ministère des Affaires Etrangères. Mais selon nos informations, la diplomatie algérienne s’apprête à procéder à l’extension de son réseau consulaire dans plusieurs pays jugés stratégiques comme… la France.

Par ailleurs, plus de 427 millions de Da ont été également rajoutés au ministère des Affaires Etrangère à Alger pour financer des activités inscrites dans le cadre de la Coopération Internationale. Il s’agit d’une dépense équivalente à 2,7 millions d’euros. Au total, plus de 802 millions de Da ont été rajoutés au budget initial de la Diplomatie algérienne, a-t-on pu confirmer au cours de nos recherches. Ce qui représente l’équivalent de plus de 5 millions d’euros de nouvelles dépenses qui seront consenties en 2022 sans oublier les 42,7 milliards de Da, soit l’équivalent de 270, consacrés au budget de fonctionnement du ministère des Affaires étrangères en 2022.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

5 COMMENTS

  1. Eh oui ça coûte d’entretenir tous ces mangeurs de mortadelle périmé, tant pis pour le peuple et si il n’est pas content, il n’a qu’à se procurer une barque pourrie et aller alimenter les banc de sardines en Méditerranée, au prix que coûte le kilo, c’est tout benef pour l’économie de la junte.

  2. Plus la diplomatie algérienne s’isole et se ridiculise sur la scène internationale, plus elle depense!
    A ce rythme c’est du pillage. Cela ressemble à du » sauve qui peut » car obtenir un poste diplomatique c’est fuir une Algérie rendue invivable par le pouvoir algérien. La France se plaint qu’une fois leur mission terminée, les agents consulaires et diplomates algériens refusent de rentrer chez eux. On a la une autre manifestation de la puissance de frappe tant vantée d’une Algérie imaginaire de Taboune & Chegriha, les deux délinquants parasites de ce qui reste de l’Algérie.

  3. Voici la nouvelle anjiri que soutiennent shab el cachir !!!!
    Cascade d’arrestations de citoyens par la police
    21/01/2022
    0
    1256

    L’Algérie connaît l’escalade permanente en matière des violations des droits de l’homme et des libertés. Les Algériens sont réprimés au mépris de tous les textes de loi en vigueur dans le pays.
    La descente dans la terreur se poursuit. Les Algériens sont surveillés, menacés de poursuites judiciaires pour la moindre déclaration sur les réseaux sociaux, seul espace encore d’expression. Sous la très démocratique Algérie de Tebboune, la terreur est la norme. Tous les compteurs sont au rouge. Les noms des Algériens convoqués et condamnés se suivent.
    Merzouk Kachi a été arrêté lundi 17 janvier 2022 par 8 éléments de la BRI dans une cafétéria à Iferhounène (Tizi-Ouzou) aux alentours de 11h. Merzouk Kachi comparaîtra devant le procureur du tribunal de Draa El Mizan dimanche 23 janvier, nous apprend le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).
    A Bejaia, Samir Touba a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du tribunal d’Akbou, mardi 18 janvier, avec renvoi du procès pour le 25 janvier.
    Samir Touba, atteint d’un diabète de type 1, a été convoqué pour audition devant le procureur du tribunal d’Akbou pour le 18 janvier 2022, mais à sa surprise il a été placé sous mandat de dépôt suite à un verdict par contumace le condamnant à 5 ans de prison ferme assorti d’une amende de 200 000 Da avec mandat d’arrêt, ajoute la même source.
    Les chefs d’inculpation : « Détention d’affichages et de publications sur Facebook des propos qui portent atteinte à l’unité nationale ». Rien que ça !
    Toujours à Bejaia, le procès de l’universitaire et militante Mira Moknache est renvoyé au 24 février 2022 au tribunal d’Akbou (Béjaïa), avec huit personnes dont Madjid Ait Taleb, Arezki Hidja, Sofiane Zerkak, Bilal Amouri, Noureddine Redouane…., qui étaient sous contrôle judiciaire depuis plusieurs mois après leurs arrestations en 2019.
    Il y a 324 détenus dont six femmes, une avocate, trois journalistes, un coordinateur national d’un parti politique, des étudiants universitaires… La mécanique judiciaire appuyée par l’écosystème policier ont conduit à l’arrestation de 7000 citoyens. Des Algériens de tous âges de 17 à 72 ans sont réduits à courir les tribunaux où l’arbitraire fleurit.
    Depuis février 2019, le régime a redoublé de férocité pour tuer le Hirak qui voulait sa tête. Les arrestations se sont multipliées depuis l’intronisation de Tebboune au pouvoir par Gaïd Salah. Depuis, l’Algérie l’Algérie vit sous un état d’urgence qui ne dit pas son nom.
    L.M.
    TAGSAbdelmadjid

  4. AXIS7 vos fameux séminaires de marrakech c’était des parties de jambes en lair ! et hachich party
    alors ta gueule! fils de pute! tu es un agent du makhzen chargé de foutre la merde dans les réseaux qui traitent des problèmes qui te regarde pas
    tu es une merde un batard ta mère et ton père deux grosses putes

  5. Je vous invite à jeter un coup d’œil sur le site « Marocleaks » (https://maroc-leaks.com/)
    Vous serez surpris d’apprendre le montant des sommes d’argent en dollars dépensés par le Makhzen pour acheter les personnalités politiques étrangères, les journalistes, les think-tank, influenceurs, sportifs, artistes, journaux et médias,…
    Des milliards de dollars sont dépensés chaque année pour acheter une hypothétique reconnaissance de la « marocanité » du Sahara Occidental.
    Le Maroc va jusqu’à payer les cotisations de pays africains dans les instances internationales contre l’ouverture d’un deux pièces cuisines, pardon, un consulat dans la ville occupée de Dakhla.
    Sans compter l’aide apportée par les monarchies du golfs contre un alignement complet du Maroc sur leurs positions : normalisation, guerre au Yémen, conflit avec l’Iran, …
    Le makhzen vendrait sa culotte, s’il en a une, pour qu’un jour il puisse dominer complètement un jour le Sahara Occidental, en vain !