10.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

N’oublions pas Khaled Drareni, Samir Belarbi et les autres

- Advertisement -
- Advertisement -

C’est bel et bien un soulagement. Oui, la libération de Karim Tabbou est un véritable soulagement. Mieux encore, c’est une véritable victoire pour les défenseurs des droits de l’homme et les démocrates algériens qui n’ont jamais abandonné la lutte pacifique y compris pendant ce confinement sanitaire qui a paralysé toute l’Algérie depuis la fin du mois de mars dernier fournissant ainsi le prétexte idéal au régime algérien d’écraser brutalement les activistes du Hirak. 

Cependant, cette victoire a un gout amer parce que des dizaines d’autres militants et activistes du Hirak sont encore en prison. Le journaliste Khaled Drareni est en détention depuis le 29 mars pour avoir filmé une manifestation pacifique du Hirak. Samir Belarbi a retrouvé également la prison depuis le 11 mars dernier en compagnie du policier Toufik Hassani, l’une des figures emblématiques du Hirak. La liste des détenus d’opinion et politiques est encore longue en Algérie.

Rappelons-nous de Walid Kechida qui a été placé sous mandat de dépôt le 27 avril 2020 tout simplement parce qu’il a un groupe et une page Facebook appelé « Hirak Mèmes » ! Il serait injuste, pour ne pas dire criminel, d’ignorer la souffrance de ces détenus et de leurs familles. Il ne faut donc surtout pas se contenter de la libération de Karim Tabbou et oublier les autres détenus. Ce n’est pas du tout le moment de relâcher la pression sur le régime algérien. Ce n’est pas encore le moment de crier victoire car le combat est encore long. En réalité, il vient à peine de commencer…

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -