« Nacer El Djen » remplace officiellement le général Hichem à la tête de la célèbre caserne Antar

6
2652

Comme il a été révélé récemment par Algérie Part, le général Hichem, le patron du Centre principal des opérations (CPO) de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), connu sous le célèbre nom de la caserne Antar, a cédé officiellement sa place à un nouvel officier supérieur qui va diriger cet emblématique centre opérationnel des services secrets algériens situé à Ben Aknoun (Alger). Le remplaçant du général Hichem est l’un des officiers les plus célèbres et el plus réputés des services secrets algériens. Il s’agit du fameux colonel « Nacer El Djen » considéré comme l’une des figures emblématiques de la lutte contre le terrorisme durant les années 90.

« Nacer El Djen » a fait l’essentiel de sa carrière au sein de la Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA), l’ex-branche armée de l’ex-DRS dans la lutte militaire et sécuritaire contre les réseaux terroristes des années 90. Nacer El Djen s’est beaucoup « illustré » au sein du Centre principal militaire d’investigations (CPMI) de Blida au début des années 90 par son efficacité à lutter contre l’hydre terroriste.

Le nouveau patron du centre Antar était en charge de plusieurs opérations d’infiltration et de démantèlement des groupes armés aussi virulents que féroces dans la Mitidja. Il avait également chapeauté le CPMI de Ben Aknoun, un autre centre opérationnel important de la DCSA.

Enfin, il avait officié au sein du Groupement d’Intervention Spécial (GIS), une unité d’élite qui assurait les opérations spéciales contre les maquis terroristes.

Originaire de Bordj Bou Arreridj, Nacer El Djen est réputé être l’un des plus proches collaborateurs du fameux Général-Major M’henna Djebbar, l’ex-patron de la DCSA de 1995 jusqu’à 2013, et l’un des poids lourds de l’ex-DRS du général Toufik.

Le retour du colonel « Nacer El Djen » coïncide, d’ailleurs, avec la réhabilitation récente de M’henna Djebbar, devenu le patron d’une nouvelle direction de lutte contre le terrorisme sur laquelle Algérie Part avait fait récemment des révélations détaillées. Il convient de signaler, en outre, que « Nacer El Djen » compte aussi de nombreux détracteurs qui lui reprochent ses « dérives violentes » commises lors de l’arrestation et la détention de personnes soupçonnées de terrorisme au cours des années 90. Certains de ses détracteurs font même état de l’existence d’actes de torture. Ces accusations n’ont jamais été élucidées par une instance judiciaire en Algérie.

Notons enfin que la caserne Antar est un lieu stratégique du pouvoir algérien. C’est le cœur battant du renseignement intérieur, mais également l’organisme chargé de mener des enquêtes d’habilitation sur tous les dirigeants de l’Etat algérien. C’est aussi le premier organisme sécuritaire en charge d’enquêter sur les dossiers économiques et politiques les plus sensibles du pays.

6 COMMENTS

  1. Tu as de la chance de ne pas tomber entre les mains de Nacer El-Djen, il t’aurait enfoncer une bouteille d’Orangina dans le fion. Je suis sûr que tu n’auras même pas mal et tu ne la sentira même pas passer vu la grandeur de ton trou de balle.