Le Parlement Européen réclame la « libération de tous les détenus d’opinion du Hirak » en Algérie

0
16256
©PHOTOPQR/L'ALSACE/Jean-Marc LOOS ; Strasbourg ; 26/05/2019 ; Le drapeau européen flotte devant le bâtiment du Parlement européen à Strasbourg. Mention obligatoire: Réalisation studio Europe. (MaxPPP TagID: maxstockworld391306.jpg) [Photo via MaxPPP]

La situation en Algérie et les dérives autocratiques du régime algérien ont fait sortir la présidente de la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen de son silence. Marie Arena a fait savoir clairement dans une déclaration rendue publique que « nous réitérons notre appel à la libération de tous les détenus d’opinion du Hirak, étudiants, militants associatifs, opposants politiques, citoyens et citoyennes ». 

 

« La sortie de crise en Algérie ne peut se faire que par la voie politique et par le dialogue comme nous l’ont rappelé hier dans notre réunion nos invités algériens », a affirmé la même haut responsable de l’Union Européenne qui n’a pas omis de rappeler que « le Parlement européen continuera à suivre de près l’évolution de la situation ». Cette déclaration politique démontre que Bruxelles fait monter les pressions et ne va pas se taire face à l’instauration de la répression politique en Algérie.

Bruxelles avertit ainsi indirectement le régime algérien et sa composante militaire. Les prochaines mesures de l’Union Européenne pourraient sonner comme un rappel à l’ordre adressé à Alger. L’Algérie est grandement dépendante de l’Union Européenne sur plusieurs plans notamment économiques et politiques. Bruxelles pourrait être donc une force de pression incontournable dans la crise algérienne.