6.9 C
Alger
vendredi, février 3, 2023

L’ex-Premier ministre, Nourredine Bedoui, est plus que jamais proche de la prison

- Advertisement -
- Advertisement -

L’ex-Premier ministre, Nourredine Bedoui, l’homme qui a dirigé le gouvernement algérien de mars 2019 jusqu’à janvier 2020 après avoir été ministre de l’Intérieur du régime Bouteflika entre 2015 et 2019, sera auditionné pour la 3e fois consécutive par des juges de la Cour Suprême, a appris Algérie Part de plusieurs sources concordantes. 

Selon nos sources, cette troisième audition du haut responsable algérien se déroulera juste après l’Aid El Ftir. Et cette fois-ci, Bedoui risque vraiment d’être inculqué et placé en détention provisoire par un magistrat instructeur de la Cour Suprême. En effet, jusque-là, Nourredine Bedoui était considéré comme un simple « témoin » dans les dossiers judiciaires sur lesquels enquêtent depuis plusieurs mois la Cour Suprême à Alger.

Mais, désormais, Nourredine Bedoui risque d’être inculpé officiellement car l’instruction judiciaire tend à démontrer son implication dans plusieurs scandales de dilapidation de deniers publics, d’enrichissement illicite et d’octroi d’indus avantages. En effet, Nourredine Bedoui est cité comme complice dans les marchés publics obtenus dans des conditions illicites par les milliardaires Ali Haddad, Mahieddine Tahkout et Mourad Oulmi.

L’ex-Premier ministre est également considéré comme complice dans l’enrichissement phénoménale de l’ex-patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, dont il était être le supérieur hiérarchique en tant qu’ancien ministre de l’Intérieur. Bedoui a permis aux Walis d’autoriser l’acquisition de plusieurs assiettes immobilières par les enfants d’Abdelghani Hamel.

Enfin, Nourredine Bedoui est impliqué jusqu’au cou dans le scandale des signatures des cinq millions de signatures collectées pour valider la candidature de Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle annulée d’avril 2019. Des signatures trafiquées, détournées et bidonnées par Nourredine Bedoui et ses collaborateurs au ministère de l’Intérieur. Avec toutes ces affaires, Nourredine Bedoui risque de ne pas échapper à l’incarcération et rejoindra ainsi ses anciens collègues au ministres emprisonnés à El-Harrach.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -