Les Graves Menaces de Tahar Allache au Deuxième Jour de Grève à l’Aéroport d’Alger

1
1241

Les employés de la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires (SGSIA) de l’aéroport d’Alger observent sont à leur deuxième jour de grève.

Empêchés par la Police de rentrer à l’intérieur de l’aérogare, ils s’étaient rassemblés, Au premier jour de débrayage, à l’extérieur de l’aérogare d’Alger pour faire parvenir la liste de leurs revendications à la Direction générale de la SGSIA et à son PDG Tahar Allache. Ce dernier a dépêché Abderrahmane Yacef pour en signer l’accusé de réception.

Ce dernier a tenté de dissuader les grévistes de continuer leur protestation, il a vite été remis à sa place avant d’être ignoré par le groupe de salariés en colère.

Comme nous l’expliquions précédemment, les salariés de l’aéroport d’Alger avaient demandé une hausse de leurs salaires, l’augmentation de l’indemnité panier mais surtout que cessent les humiliations, intimidations et la hogra généralisée envers les employés de la SGSIA.

Mais au lieu de les écouter, la Direction a préféré jouer la carte de la force et de la menace.

Tout d’abord, des forces de police ont été déployées autour de l’enceinte de l’aéroport et au niveau des entrées de l’aérogare, s’opposant à la libre circulation des employés-grévistes, tout en les menaçant, selon des témoins sur place, de procéder à leur « arrestation et présentation au procureur qui les jetterait en prison ».

En fin de journée, Tahar Allache a appelé plusieurs grévistes qu’il tient pour responsables de ce mouvement de protestation en les insultant, les menaçant de licenciements et de poursuites judiciaires… allant même pour certains à évoquer leur élimination physique ! Une méthode finalement digne de la Issaba qui l’avait installé à ce poste…

Devant l’attitude méprisante et le recours illégal aux violentes menaces dont a été l’auteur Tahar Allache, l’ensemble des employés de la SGSIA exigent à présent, de concert, le départ du PDG de la SGSIA, alors que certains nous ont assurés déposer plainte, enregistrements sonores à l’appui !

Le Commissaire de police, Sahraoui Mourad, responsable des forces de l’ordre de la DGSN dont est très proche Allache pour leur avoir octroyé d’immenses avantages au niveau de l’aéroport d’Alger, a été sollicité par Tahar Allache pour tenter de briser la grève des travailleurs de la SGSIA.

Ce qui n’a fait que renforcer l’ensembles des employés des directions commerciales, exploitation, informatique, maintenance… à poursuivre leur grève en ce deuxième jour du 10 Janvier 2022 !

Notons que ce n’est pas la première fois que les travailleurs de la SGSIA se mettre en grève pour demander le départ d’Allache. En 2015, ils avaient déjà protesté durant plusieurs jours pour les mêmes griefs liés à leurs conditions de travail et le manque de respect de la Direction générale envers leurs demandes. Depuis, rien n’a évolué et les salariés de la SGSIA n’entendent pas reculer cette-fois ci, malgré toutes les entraves à leurs droits !

Confinés dans leurs bureaux en zone contrôlée derrière le Fret, loin des yeux des passagers, soumis à la menace de licenciements par leur Directeur intérimaire Nedjma Djelloul, les quelques 600 employés de la Direction de la Maintenance et Logistique sont encerclés par les agents de police, venus casser la grève et prêter main forte au PDG de la SGSIA.

A leurs collègues des autres directions, les Syndicalistes Baghdadi et Safta expliquent qu’il ne faut pas rentrer dans le conflit et ne pas rejoindre et soutenir les ‘’quelques meneurs’’ dont la Direction détiendrait déjà les noms…

A la direction commerciale et financière c’est Ahlam Bouzidi, amie intime de Tahar Allache, qui a pour tâche de divulguer les noms des employés qui soutiennent la plateforme de revendications, à la Amine Khider note les noms des employés de la Direction Technique, alors qu’à la Direction Exploitation c’est à Abderrahmane Yacef que revient la mission de dénoncer ses collègues.

C’est ainsi que depuis le premier jour, Mustapha Akdif, syndicaliste au mandat échu, se charge de récupérer les noms des grévistes dans les différentes directions, qu’il remet à Tahar Allache pour intimider ces travailleurs ou les menacer de représailles… Un syndicat qui soutient les licenciements de travailleurs parce qu’ils demandent de meilleures conditions … Du jamais vu !

De même, le Responsable de la Sécurité Chafik Boukehal a rejoint les grévistes pour tenter d’infiltrer le mouvement en vue de dresser une liste de personnes qu’il estime être des meneurs, afin de la remettre à la Direction Générale.

Il faut dire qu’Allache craint particulièrement que sa chute se précipité dans le cas ou les employés de la Direction exploitation, en charge des passerelles ou de conduite des bus entre autres, se mettent à l’arrêt en soutien de leurs collègues, paralysant ainsi l’aéroport.

Toutefois, malgré les sollicitations de ses conseillers et la demande des employés de la SGSIA, Tahar allache affiche tout le mépris et l’arrogance qui le caractérisent et qui risque de mener à une dangereuse impasse.

« Je n’ai que faire de leurs revendications, je ne vais pas les rencontrer, j’ai entre les mains une liste de personnes auxquels je vais couper la tête. Même s’il faut sous-traiter la direction maintenance de tout l’aéroport » ! Un fonctionnaire qui promet le licenciement de 600 personnes pour rester, c’est donc cela l’Algérie nouvelle version Allache…

En milieu de journée, la tension monte d’un cran dans ce bras de fer entre les salariés et Tahar Allache.

Les employés de la DML ont fermé le portail d’accès de leur Direction, empêchant par-là les ravitaillements en carburant des véhicules aéroportuaires, malgré l’intervention respectueuse et compréhensive des d’officiers des Renseignements Généraux.

Vers 13 Heures 30, un huissier de justice entouré de policiers, s’est présenté aux grévistes avec quatre convocations émanant du tribunal de Dar El Beida.

Ce nouvel événement, perçu comme une énième tentative d’intimidation du PDG de la SGSIA à travers le recours impressionnament rapide à la justice, n’a pas manqué de raviver la colère des employés et renforcer la solidarité entre collègues.

Un comble pour celui qui est sous le coup de plusieurs chefs d’inculpation par cette même justice…

« Ces provocations ne font que renforcer notre détermination et prouvent une fois encore aux autorités politiques et sécuritaires du Pays, à la tutelle et à l’opinion publique, que c’est Tahar Allache qui aura bloqué l’Aéroport Houari Boumediene. C’est le comportement de gens comme lui qui ont été derrière la naissance de notre Hirak. Il faut qu’il parte comme sont partis tous les autres !»

Cela sonne comme le slogan d’un certain 22 Février…

A suivre !

1 COMMENT

  1. Tiens, tiens, zmar, il n’y a pas si longtemps disait que ce Allache,  » pour protéger sa peau  » avait organisé lui-même ce mouvement de protestation et là, il dit que ce même individu menace ledit mouvement.

    Revirement, incompréhension ou encore mieux encore un fake ou plutôt 2 fake news, pour le prix d’un.

    A l’évidence, zmar rumine les articles et se mêle les pinceaux ne sachant pas dénouer le vrai du faux.