13.9 C
Alger
lundi, février 6, 2023

Le triste Noël des chrétiens algériens

- Advertisement -
- Advertisement -

Tradition moderne, la fête de Noël est une date qui a une véritable signification dans la religion chrétienne. À minuit, une messe spéciale est donnée dans les églises pour célébrer la naissance de Jésus, qui est donc supposé être venu au monde dans la nuit du 24 au 25 décembre. Noël, c’est donc la fête de la Nativité. En Algérie, la communauté chrétienne célèbre cette fête symbolique et réputée dans le monde entier pour ses traits distinctifs très joyeux. 

Mais en Algérie, la joie des chrétiens est gâchée par une pression religieuse et politique très pénible qui les empêche de vivre en toute liberté leur foi dans leur propre pays. Selon diverses sources officieuses et officielles, l’Algérie compte près de 129 mille chrétiennes et chrétiens. Or, « la plupart des chrétiens subissent des pression de la part du gouvernement », dénonce à ce sujet l’ONG Portes ouvertes, une ONG internationale humanitaire chrétienne évangélique qui soutient les chrétiens persécutés. Son siège international est situé à Harderwijk, Pays-Bas, et ses rapports mondiaux sur la persécution des chrétiens dans le monde sont une référence mondiale qui permettent d’évaluer la liberté religieuse dont jouissent les personnes de confession chrétienne sur tous les continents.

Depuis 1993, Portes Ouvertes publie chaque année l’Index mondial de persécution des chrétiens, un classement des 50 pays où les chrétiens rencontreraient les plus grandes difficultés en raison de leur religion. En 2020, elle comptait des 20 bureaux dans le monde. Et concernant les chrétiens algériens, Portes Ouvertes estime qu’ils « sont limités dans l’exercice de leur foi ». « Les lois qui régulent la pratique du culte non musulman interdisent ce qui pourrait «ébranler la foi d’un musulman» ou «inciter un musulman à changer de religion». L’État s’est lancé dans une campagne contre l’Église Protestante d’Algérie avec pour conséquence la fermeture de 13 églises », déplore la même ONG.

« Les chrétiens sont discriminés et harcelés dans leur vie quotidienne. Des lois promulguées en 2006 régulent le culte non musulman, limitent la liberté d’expression des chrétiens et interdisent aux musulmans de quitter l’Islam », souligne l’ONG Portes Ouvertes dans ses plus récentes conclusions sur la situation la communauté chrétienne en Algérie.

« Ce sont les chrétiens d’arrière-plan musulman qui sont le plus persécutés, par leur famille et par la société. Des jeunes filles ont été enfermées chez elles quand leur famille a remarqué leur conversion au christianisme », ajoute la même source qui documente ses accusations et constats par de nombreuses histoires recoupées auprès de plusieurs sources algériennes. A titre d’exemple, l’ordonnance de fermeture de 3 églises de la région d’Oran privant ainsi des chrétiens pacifiques d’un lieu de culte autorisé.  Le 7 juillet 2021, 3 églises de la région d’Oran ont été mises sous scellés. Les 3 églises concernées sont toutes membres de l’Église protestante d’Algérie: celle de la ville d’Oran (L’Oratoire), la Maison de l’espoir Ain Turk et une église à El Ayaida, dans la région d’Oran. Le 4 juin 2021, le tribunal administratif d’Oran (415 km à l’Ouest d’Alger) avait ordonné leur fermeture. La mise sous scellés du 7 juillet constitue la mise en œuvre de cette ordonnance: les 3 bâtiments sont désormais bel et bien fermé.

En 2021, l’Algérie comptait pas moins de 16 églises qui avaient fait l’objet de cette mesure dans l’ensemble du pays. Une situation jugée chaotique par de nombreux observateurs de la vie religieuse dans notre pays. L’histoire du chrétien Foudhil Bahloul illustre parfaitement cette amère réalité. Un tribunal à Aïn Defla, ville qui se situe à l’ouest d’Alger, la capitale du pays, a le 21 juillet condamné Foudhil Bahloul à six mois d’emprisonnement en raison d’un virement de 200 euros sur son compte bancaire, qui a été considéré comme un don non autorisé au titre d’une loi discriminatoire régissant les cultes autres que le culte musulman.

« Les autorités algériennes doivent immédiatement annuler la condamnation de Foudhil Bahloul et abandonner toutes les charges retenues contre lui. Cet homme n’aurait de toute façon jamais dû être poursuivi en justice. Cette loi discriminatoire est utilisée pour réprimer les personnes qui ne sont pas musulmanes, ce qui constitue une attaque contre les libertés fondamentales », a déclaré Amna Guellali, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

La situation des chrétiens algériens s’est nettement compliquée en vérité depuis l’adoption de l’ordonnance 06-03  qui interdit l’exercice d’un culte autre que musulman « en dehors des édifices prévus à cet effet et subordonne l’affectation des édifices pour l’exercice du culte à l’obtention d’une autorisation préalable ».

Selon les autorités algériennes, cette ordonnance a été conçue pour appliquer aux non musulmans les mêmes restrictions que celles imposées aux musulmans. Cependant, le
Département d’Etat américain remarque que dans la pratique, cette ordonnance et le
code pénal permettent aux pouvoirs publics d’interdire les services religieux non-
officiels ayant lieu dans des domiciles privés ou en des lieux extérieurs isolés.

D’après l’ONG Portes Ouvertes, depuis l’entrée en vigueur de l’ordonnance 06-03, des églises ont reçu des ordres de fermeture (mais la plupart a décidé de les ignorer), et le
gouvernement n’a autorisé la construction d’aucune nouvelle église. Par conséquent,
nombre de chrétiens se réunissent les uns chez les autres ou dans des bureaux, formant
ainsi « des églises de maison illégales ». Certains de ces groupes se réunissent
ouvertement, d’autres sont obligés de le faire secrètement.

En 2010, Karima Direche-Slimani, historienne, spécialiste de l’histoire sociale de l’Algérie à la période coloniale, chercheur associée à l’Institut de recherche et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) d’Aix-en-Provence, avait analysé brillamment  les motivations ayant conduit à l’adoption de cette ordonnance.

« Pour les autorités, aller à l’encontre de l’unicité de la nation, en étant plus souple en ce qui concerne les conversions, serait un risque social. D’autre part, le gouvernement cherche à endiguer l’expansion des islamistes. Pour ce faire, il intègre certaines de leurs positions dans son discours […] La politique entamée depuis 2006 cherche à diaboliser les chrétiens, elle représente un danger pour la liberté de culte dans le pays ». Tout a été dit. Et malheureusement, ces propos sont toujours d’une poignante actualité.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

10 COMMENTS

  1. Le Créateur, Allah (SWT) a laissé la liberté de croire ou de mécroire. Il a rappelé a l’ordre son messager,
    Mohammed (SAAWS) de s’en tenir qu’à sa mission de rappeleur en direction de ceux qui sont réceptifs.
    Alors, comment comprendre de zélateurs-autoproclamés, lieutenants de Dieu sur terre, se permettre de
    juger, voire de brimer leurs semblables de religions différentes, en sachant qu’ils empiètent sur le domaine
    réservé du créateur, Allah (SWT) ? C’est quoi ça ? Ils en savent peut-être plus … ! Affligeant !

  2. Ils interdisent toute manifestation religieuse autre que la leur , mais ils ne manquent pas de sortir avec leurs Qamis , turbans et babouches dans les capitales chrétiennes pour célébrer les fêtes musulmanes et vendredi de prière.
    Pauvres illuminés , vous qui vous prenez pour peuple un élu ,mais au final vous n’êtes rien absolument rien voir même insignifiant.

  3. T’a que ça a écrire, ce psychopate au lieu d’écrire quelque chose de valable , il nous parle de religion comme si c’est une nouvelle invention, il faut qu’il écrit du n’importe quoi pour semer sa merde ,je vais envoyer à ton patron un message (le makhsen) afin de te licencier , rigolo de cirque ,quand il est a la chaîne Elmagharibia il se fait passer pour un musulman croyant et quand il est dans son bureau il devient athée , c’est vraiment un malade mythomane.

  4. Comme toutes les religions, l’Eglise a récupéré une coutume très populaire dans l’Empire romain qui était dans le calendrier civil : le 25 décembre : la fête païenne NATALE (Naissance du soleil) ! Durant le solstice d’hiver, c’était déjà un jour chômé !
    Le mois de Janvier : Strena – c’était les etrennes !

    Sacré # Empire Romain # !

    Selon les Évangiles, la Nativité aurait eu lieu au mois de septembre !

  5. Maltraiter les chrétiens, c’est maltraiter l’histoire du pays qui est si pourtant valoriser par la propagande d’une Algérie Millénaire !
    Car avant l’arrivée des arabe, il y avait des chrétiens avec des personnages célèbres !
    Mais l’Algérie est sous l’emprise d’un nationalisme Arabo-musulman stricte où l’histoire débute avec l’islam !

  6. SOURATE Al baqarah (la vache)
    Verset 136/
    2.136. Dites : «Nous croyons en Dieu, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et aux Tribus , à ce qui a été donné à Moïse et à Jésus , à ce qui a été révélé aux prophètes par leur Seigneur, sans établir entre eux aucune différence. Et c’est à Dieu que nous sommes entièrement soumis.»

  7. A comparer au Maroc tant décrié, les chrétiens peuvent pratiquer leur culte librement !
    Depuis 2010, un marocain converti au christianisme est toléré même si dans le droit marocain : un marocain ne peut être que musulman ou juif !
    La situation est tout de même plus respectueuse des droits au Maroc qu’en Algérie !

    https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/chretiens-Maroc-minorite-pleine-croissance-2019-03-28-1201011991