9.9 C
Alger
mercredi, février 8, 2023

La violente protestation contre le chômage et la mal-vie s’étend d’Ouargla à In Salah et Illizi

- Advertisement -
- Advertisement -

Ce mardi 13 juillet est une nouvelle journée de violentes protestations dans le sud du pays. Mais cette fois-ci, les émeutes se sont étendues de la région d’Ouargla jusqu’à Illizi et In Salah, a-t-on appris auprès de plusieurs sources concordantes. 

Révoltés par la mal-vie et le chômage endémique qui les martyrisent au quotidien depuis le début de la crise financière paralysant le pays depuis 2019, année pendant laquelle le pays est entrée dans une instabilité politique chronique, les jeunes de plusieurs localités et régions du sud pays ont décidé de se révolter pour faire entendre leur détresse et réclamer un peu de considération de la part des autorités centrales à Alger. Après plusieurs jours de manifestations violentes à Ouargla, ce mardi, la vague de protestations populaires a déferlé sur Illizi et In Salah, distante de plus de 1062 Km de la capitale d’Alger.

A In Salah, des jeunes en colère ont établi de nombreuses barricades au niveau des principaux accès routiers de la ville empêchant ainsi la circulation des voitures et camions. D’autres jeunes émeutiers ont brûlé des pneus au sein même de l’agglomération en menaçant de s’en prendre aux forces de sécurité qui ont été mobilisées pour rétablir l’ordre et disperser les groupes de manifestants. Les jeunes d’In Salah ont rejoint ainsi le mouvement de protestation qui a débuté il y a de cela plus de 6 jours dans diverses localités d’Ouargla pour manifester leur exaspération face à la détérioration inquiétante de leurs conditions de vie et l’absence d’une politique de recrutements transparente et équitable.

La misère sociale, la pauvreté, la précarité, le cadre de vie totalement chaotique dans un environnement hostile marqué par des services publics médiocres et des privations insupportables à cause de la dureté des conditions climatique, tous ces fléaux ont fini par susciter une violente révolte dans ces régions déshéritées du sud du pays en dépit des potentialités économiques avérées. 6 jours d’émeutes et d’affrontements avec les services de sécurité ont plongé ainsi le sud algérien dans un climat de tension très inquiétant et rarement égalé ces 5 dernières années.

Ce mardi 13 juillet, les violentes protestations se sont poursuivies dans plusieurs localités d’Ouargla comme à Hassi Ben Abdellah où le siège de l’APC a été brûlé et incendié par des jeunes émeutiers en colère contre les injustices sociales dont ils se disent victimes. Au niveau du quartier Mekhadma et des ruelles environnantes, plusieurs jeunes manifestants ont affronté des forces de sécurité après avoir brûlé des pneus et élevé des barricades au niveau des routes publiques. Plusieurs autres quartiers et placettes publiques proches du vieux Ksar de la ville ont été également squattés par des jeunes émeutiers  occupant la rue sous un soleil de plomb et des températures dépassant allègrement les 48° dans une escalade de colère qui ne quitte plus la ville de jour comme de nuit.

Notons enfin que les échauffourées ont éclaté depuis au moins mercrei dernier entre les manifestants et la police anti-émeute. Ces protestations ont commencé par la fermeture des axes principaux et la mise à feu spectaculaire de pneumatiques dans plusieurs agglomérations et lotissements d’Ouargla à l’image de Beni Thour, Aïn Al Bayda, Ngoussa, Rouissat, Sokra, Sidi Khouiled et Mekhadma qui sont les quartiers le plus peuplés du chef-lieu de la wilaya d’Ouargla. Ces manifestations ont conduit à l’arrêt partiel et ponctuel du tramway avant sa fermeture totale à la circulation nocturne dans cette ville bouillonnante du sud pays.

 

 

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

3 COMMENTS

  1. C’est ce que cherche le pouvoir divisé les algériens c’est son projet ,il a commencé a monté les autres contre les Kabyles et petit a petit une fois fini avec les Kabyles, ce sera le tour des autres un par un , c’est le système diviser pour régner , alors créer des républiques en Algérie c’est vraiment ouvrir un bon appétit à la mafia , c’est vraiment le rêve que cherche le pouvoir depuis l’indépendance dressé les uns aux autres. Il n’y a que l’union de tous les algériens pour un seul pays (Algérie) et pour tous les algériens unis contre ces fachos .