13.9 C
Alger
dimanche, février 5, 2023

Exclusif. Les graves menaces proférées par le PDG de Sonatrach contre son ministre de l’Energie

- Advertisement -
- Advertisement -

C’est hallucinant et surréaliste que l’Algérie en arrive-là ! Au moment où le pays traverse l’une de ses pires crises financières et économiques contemporaines, des divisions dangereuses et de violentes luttes claniques  minent le secteur le plus névralgique, à savoir le seul secteur qui est pourvoyeur de précieuses devises pour l’Etat : les hydrocarbures. Les tensions qui opposent le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, au PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, ont pris ce week-end une dimension totalement dramatique. 

Les deux hommes sont en de très mauvais termes depuis plus d’une semaine date à laquelle, comme il avait été révélé par Algérie Part, une virulente dispute les a séparée au ministère de l’Energie.Or, cette fois-ci le ton est encore une fois monté et le PDG de Sonatrach Toufik Hakkar s’est rebellé tout bonnement contre son ministre de l’Energie en refusant de participer à une réunion organisée jeudi dernier au Sheraton d’Annaba. Cette réunion regroupait plusieurs cadres dirigeants de Sonatrach et des conseillers du ministère de l’Energie qui font partie de la commission de travail mise en place au début du mois d’août passé par Abdelmadid Attar pour plancher sur l’élaboration des textes d’application de la nouvelle loi sur les hydrocarbures.

Toufik Hakkar « décline l’invitation » qui lui a été adressée par le ministre de l’Energie, sa tutelle, et préfère se rendre vendredi à Skikda pour une visite d’inspection des diverses installations du complexe pétrochimique de Skikda. C’est au cours de cette visite que le PDG de Sonatrach a réuni plusieurs de ses fidèles collaborateurs pour leur parler ouvertement de la « guerre froide » qu’il livre contre son ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar. « C’est moi qui va finir par l’enlever et le dégager du gouvernement comme je l’ai fait avec son prédécesseur Mohamed Arkab », a confié ainsi Toufik Hakkar à sa « garde rapprochée » sur ton méprisant. Toufik Hakkar s’est permis de proférer de graves menaces contre un ministre du gouvernement en assurant à ses proches  qu’il est sûr de lui et demeure totalement imperturbable car ses « protecteurs » sont encore et toujours puissants au plus haut sommet de l’Etat algérien.

Avec ces gravissimes propos prononcés publiquement lors d’une visite d’inspection à Skikda, Toufik Hakkar a voulu prouver à ses détracteurs qu’il ne se laissera jamais impressionner par les mises en gardes formulées à son encontre par le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar. Hakkar se croit toujours plus puissant que le ministre de l’Energie et refuse de travailler sous sa coupe alors qu’il incarne, pourtant, sa tutelle du point de vue hiérarchique. Cette « rébellion » est inédite car elle démontre l’incroyable effritement des institutions de l’Etat algérien.

Après avoir passé la nuit à Annaba, le ministre de l’Energie Abdelmadjid Attar s’est rendu également à Skikda pour « croiser le fer » avec son ennemi le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar. Mais, fort heureusement, cette fois-ci, les deux hommes ont gardé leur calme pour éviter de se disputer une nouvelle fois en plein public. Le ministre de l’Energie et le PDG de Sonatrach ne se sont pas adressés la parole et chacun d’entre eux est resté dans son coin faisant preuve d’une méfiance et d’une hostilité sans précédent. Et cette guerre froide continue de déchirer le secteur le plus sensible du pays depuis de très nombreuses  semaines faisant perdre à l’Algérie une stabilité cruciale pour aborder avec sérénité les défis de l’actuelle crise financière qui paralyse l’Etat.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

1 COMMENT

  1. Bravo Tebboune , bravo pour la nouvelle Algérie. Hakkar le truand condamné a plusieurs reprises qui menace un ministre quelle discipline. Moi je conseille a Tebboune prends vite tes sbires a partez loin ou on entend plus parler de vous, dommage vous avez fait perdre 1 année a l’Algérie pour rien.