En 2022, les autorités algériennes envisagent d’importer seulement 1,7 milliard de dollars USD de céréales

4
783

En 2022, l’Etat algérien ambitionne de réduire drastiquement les importations du blé depuis l’étranger. L’objectif fixé est de limiter les importations du blé à hauteur de 1,7 milliard de dollars USD, a pu constater Algérie Part au cours de ses investigations. 

En effet, le gouvernement algérien a attribué officiellement 250 milliards de Da, soit à peine 1,7 milliard de Dollars USD, au profit de l’office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) qui est  l’organisme gouvernemental chargé de gérer et de superviser les importations du blé et céréales à l’étranger. Il s’agit d’un budget très réduit par rapport aux années précédentes.

En 2019, les importations de produits céréaliers (blé dur et tendre, semoule et farine) ont atteint 2,71 milliards $. A l’époque, les autorités algériennes avaient réussi à réduire de 11,7 % cette facture des importations qui était de l’ordre de 3 milliards $ en 2018.

Pour les années à venir, les autorités algériennes ont adopté une nouvelle feuille route qui vise à réduire  la facture d’importation du blé tendre d’au moins 400 millions de dollars d’ici 2024. L’Algérie importe pour 164 milliards de dinars, soit à peine 1,1 milliard de dollars, de blé tendre destiné à la fabrication du pain. Les mesures de renforcement de sa production et de contrôle de l’utilisation de la partie subventionnée permettront d’économiser 36 milliards de dinars, soit l’équivalent de 260 millions de dollars USD.

Ces chiffres démontrent que l’objectif fixé par le gouvernement algérien sera difficile à atteindre, très difficilement réalisable au regard des besoins importants de la consommation nationale des céréales en Algérie.

Il faut savoir également que le département américain de l’agriculture (USDA) a prévu que la consommation de blé de l’Algérie soit entre 10,7 et 11 millions de tonnes durant la saison 2020/2021, alors que la production locale de blé diminuera de 5,1% à 3,75 millions de tonnes au cours de la même période.

La production algérienne de blé au cours de la campagne 2019/2020 est estimée à 3,95 millions de tonnes, selon une analyse de juillet 2020 de l’USDA. D’après les données de l’USDA, l’Algérie, qui n’est en mesure de satisfaire qu’entre 34% et 36% de ses besoins en blé, a été contrainte d’importer entre 5 et 8 millions de tonnes en 2020/2021.

4 COMMENTS

  1. Pour le reste ils vont compenser par du foin
    pour nourrir les quarante millions d’animaux
    que nous sommes.
    Au pays des ignares, le ridicule est légion
    Et seules les crétins cachiristes applaudirons des quatre pattes ces pseudos intellos.

  2. quelle idiotie! tu sors des chiffres farfelus pour créer le buzz
    n’importe quoi? pourvu que tu puisse nuire à lalgerie!
    manges le foin que te propose le makhzen
    tu étais un mulet tu vas devenir un bourricot bon apetit

  3. Il y a des minables facilement reconnaissables par leur courbettes et leur aptitude à l’asservissement, qui veulent absolument se faire passer pour des Algériens. Payés quelques dirhams provenant de la prostitution et du hashish, ils s’attèlent toute la journée dans leur entreprise terroriste à dénigrer l’Algérie.
    Ce qu’ils ignorent ces moins que rien, c’est que le peuple Algérien restera debout nonobstant ses multiples problèmes et difficultés. Le peuple Algérien en sortira gagnant in-fine
    Une chose est sur, l’Algérie ne jouera jamais le rôle d’un pays lascar vivotant grâce aux aumônes des plus offrants pour subvenir à ses besoins.