Document exclusif. Le parti pris très surprenant du ministère de la Santé en faveur d’un opérateur privé

0
1816

Fait à la fois grave et étonnant.  Algérie Part a obtenu au cours de ses investigations une instruction émanant du Ministère de la Santé et comportant un parti pris très surprenant en faveur d’un opérateur économique privé, à savoir la famille du défunt le général Kamel Abderrahim. 

Le directeur général de la direction générale des services de santé (DGSSRH) au niveau du ministère de la Santé dans un courrier officiel indique implicitement que le consommable d’hémodialyse est monopolisé par une seule société privée, à savoir la société INDUSTRIES MEDICO CHIRURGICAUX SARL (IMC) fondée par le général Kamel Abderrahim, décédé en octobre 2017.

Il faut savoir qu’un kit utilisé lors d’une séance d’hémodialyse comprend au minimum : un dialyseur capillaire, deux aiguilles de fistule, deux lignes sanguines et une cartouche de bicarbonate de sodium. Le document officiel en notre possession nous fait clairement comprendre que la fourniture de tous ces dispositifs a été officiellement confiée à un seul opérateur en Algérie !

L’administration du ministère de la Santé mentionne donc l’utilisation exclusive d’un opérateur privé dans une directive officielle ? Mais dans quel but précis cela a-t-il été fait ? La réponse est on peut plus claire : le ministère de la Santé algérien estime qu’il est tout-à-fait légal de gérer cette situation de monopole en hémodialyse qui profite à un seul opérateur privé.

C’est un fait gravissime qui nuit particulièrement à l’intérêt général. Un fait rarement égalé dans les autres pays du monde. Il est à rappeler que la rédaction d’Algérie Part a été le seul média algérien qui a osé enquêter sur ce monopole caractérisé et couvert par les autorités algériennes dans le secteur de la Santé.

Décédé en octobre 2017, le général Kamel Abderrahim a permis à sa famille avant sa mort de jouir d’une fortune considérable, l’une des plus grosses en Algérie. Et pourtant, rien ne prédestinait ce général puissant de l’armée algérienne au monde des affaires. Les Algériens ne connaissent pas ce personnage excentrique et intrigant. Ancien commandant des forces navales jusqu’à sa retraite (1987-1988), le général Kamel Abderrahim s’est reconverti en homme d’affaires durant les années 90 et fonde l’entreprise IMC, spécialisé dans la commercialisation des produits de dialyse et pharmaceutiques.

Depuis plus de 15 ans, le monopole d’importation des équipements et consommables en hémodialyse, ces produits n’étant pas fabriqués, mais montés en Algérie, est détenu par un seul opérateur : La société INDUSTRIES MEDICO CHIRURGICAUX SARL. (IMC)

Aucune entreprise n’a pu obtenir le visa technique pour les consommables de dialyse par le ministère de la santé, comme le stipule un autre arrêté du 06/06/2005 fixant le cahier des conditions techniques à l’importation des produits pharmaceutiques destinés à la médecine humaine hormis la société IMC. Cette situation de monopole permet au Général Kamel ABDERRAHIM de fixer les prix comme il l’entend en l’absence de toute concurrence, pénalisant ainsi l’Etat et le malade à qui il impose certains produits obsolètes et abandonnés de par le monde. L’appétit du Général ne s’arrête pas là puisqu’il a, en 2003, investi le marché des cliniques de dialyse en lançant à travers la société RENADIAL un réseau de près de 25 cliniques qui lui assurent plus de 2500 patients !

Grâce ses business, le général Abderrahim a offert à sa famille un monopole quasi-général sur un marché de plus de 500 millions d’euros en Algérie. Qui dit mieux ! Après la disparition du général Kamel Abderrahim en 2017, ce sont ses enfants qui ont hérité d’un empire prospère. C’est, surtout, son fils Nadir Abderrahim qui a repris le flambeau en tentant de conserver le monopole et les privilèges de sa famille.