2.9 C
Alger
mercredi, février 1, 2023

Des milliers de manifestants encore dans les rues ce dimanche matin : l’échec retentissant de la politique de la peur du régime algérien

- Advertisement -
- Advertisement -

Ce dimanche matin, des milliers de manifestants algériens ont pris d’assaut les rues de la capitale Alger et de plusieurs autres grandes villes du pays pour manifester leur colère et leur rejet de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, qualifiée de véritable bradage des richesses du sous-sol de notre pays. A Alger, des milliers de manifestants ont assiégé le parlement pour réclamer l’annulation des nouvelles dispositions de cette loi tout en accablant les députés de « traîtres à la nation ». 

En dépit d’un déploiement impressionnant  des forces de l’ordre, les manifestants ont organisé de nombreux autres rassemblements à Alger notamment au niveau de la rue Hassiba Ben Bouali, l’une des principales artères de la capitale Alger. Ces rassemblements spontanés et manifestations populaires qui ne cessent de se renforcer d’heure en jour heure ce dimanche démontrent que la population algérienne n’a nullement été effrayée par la politique de la peur du régime algérien. Les discours musclés de Gaid Salah, les arrestations arbitraires et l’emprisonnement d’une centaine de manifestants, leaders de l’opposition politique ou de personnalités ayant critiqué sévèrement l’institution militaire, n’ont pas tétanisé le mouvement populaire algérien, alias le Hirak.

Au contraire, après quelques semaines d’une certaine ankylose, le hirak reprend de la vigueur et se relance à nouveau notamment autour de la question de la gestion des richesses du sous-sol du pays avec les inquiétantes nouvelles dispositions de la Loi sur les Hydrocarbures. Ce n’est plus le départ de Gaid Salah ou de Bedoui qui intéresse les Algériens, mais c’est la fin de tous les artifices juridiques et politiques du pouvoir algérien qui est réclamée haut et fort.

Ce dimanche, les Algériens ont remporté une nouvelle bataille, celle de la peur ! La répression policière et judiciaire n’a pas porté ses fruits. C’est un échec retentissant pour Gaid Salah et les autres tenants du régime algérien. Des millions d’Algériens bravent l’interdit et lancent un défi au pouvoir militaire : nous sommes tous prêts à partir en prison s’il le faut. Ce courage collectif, s’il perdure encore dans les jours à venir, risque d’ébranler définitivement les certitudes des dernières composantes du régime algérien.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -