COVID-19. Tlemcen, Tébessa, Tizi-Ouzou, Alger ou Laghouat : les wilayas algériennes les plus touchées par la circulation du virus

0
1653

Si l’épidémie de la COVID-19 continue de progresser de façon dramatique à l’échelle nationale en raison de la domination du variant Delta, bien plus contagieux, et qui représente désormais 71% des cas de COVID-19 dans le pays, selon les chiffres officiels de l’Institut Pasteur d’Algérie,  certaines wilayas sont beaucoup plus touchées que d’autres et souffrent énormément d’un vertigineux taux d’augmentation des nouvelles contaminations. Algérie Part vous classe les wilayas les plus dangereuses actuellement en Algérie en raison de la forte circulation du virus provoquant ainsi des augmentations hallucinantes des nouvelles infections. Ce classement s’appuie sur les « données officielles » communiquées parl’Institut National de la Santé Publique (INSP), un organisme scientifique relevant officiellement du ministère de la Santé et chargé de mener des enquêtes sanitaires au sein de la population pour cerner l’évolution des épidémies les plus dangereuses. 

Commençons, une fois pas coutume, par le sud du pays. Entre le 16 et 23 juillet dernier, deux wilayas sont devenus un foyers inquiétants de l’épidémie. Il s’agit d’Ouargla qui a déploré un taux d’augmentation des nouveaux de COVID-19 à 59 % et Laghouat où la situation est beaucoup plus grave avec une augmentation des nouvelles contaminations dépassant les  101 % durant la même période.

A l’ouest du pays, c’est la wilaya de Tlemcen qui subit la vague la plus dangereuse avec une augmentation des nouvelles contaminations estimée à un taux dépassant les 311 % pendant la semaine du 16 jusqu’au 23 juillet dernier. Nous retrouvons ensuite Tiaret avec un taux d’augmentation de 108 %,  Sidi Bel Abbes déplore aussi un taux d’augmentation des nouveaux cas à hauteur de 81 %. Et Relizane a connu également un taux d’augmentation dépassant les 81 % alors qu’à Aïn Temouchent, ce taux d’augmentation des nouveaux cas contaminés est de 60 %.

A l’est du pays, c’est la wilaya  Tébessa qui vit la situation la plus dangereuse et alarmante avec un taux d’augmentation des nouvelles contaminations dépassant les 191 %. Sétif continue de subir les ravages de la 3e vague avec une augmentation de plus de 63 % des nouvelles infections durant la semaine s’étalant du 16 jusqu’au 23 juillet dernier. Oum El-Bouaghi est la troisième wilaya la plus infectée de l’est du pays avec une augmentation des nouveaux cas de COVID-19 estimée à plus de 58 %.

Au centre du pays, c’est Tizi-Ouzou qui subit dans des proportions alarmantes les foudres de la 3e vague épidémique avec un taux d’augmentation des nouvelles contaminations fixé à… 300 % entre le 16 et 23 juillet dernier. La capitale Alger est toujours submergée par les nouvelles infections avec un taux d’augmentations des cas contaminés de 111 % durant la même période. Bouira connaît aussi une situation dramatique avec un taux d’augmentation des nouvelles contaminations estimé à plus de 101 %. Béjaia se distingue par un taux d’augmentation des nouvelles infections fixé à 91 %. Enfin,  Chlef, 70 % de nouvelles contaminations et  et Aïn Defla 58 % de nouvelles infections, complètent ce tableau sinistre des wilayas algériennes les plus touchées par les ravages de l’actuel pic épidémique.