Corruption – Les Manœuvres de Tahar Allache Pour Tenter d’Echapper à la Prison !

1
2655

Le 13 Décembre 2020, Tahar allache, le PDG de la Société de Gestion des Systèmes et Infrastructures Aéroportuaires (SGSIA), s’est une fois encore illustré en usant d’un subterfuge aussi malhonnête qu’illégal dans le cadre de l’extraordinaire affaire de corruption ouverte au niveau du tribunal de sidi M’hamed, et dans laquelle il serait gravement accusé.

En effet, alors que le juge en charge de l’affaire avait convoqué, pour le 14 Décembre 2020, plusieurs employés et cadres de ladite entreprise, ayant suivi les travaux d’extension de la nouvelle aérogare de l’aéroport international Houari Boumediene, ainsi que de nombreux sous-traitants et fournisseurs, dont l’entreprise algérienne Condor ou des compagnies anglaises de renommée internationale, Tahar Allache, pris de panique, a décidé de présenter à ses collègues sollicités par la Justice, un collectif de deux personnes qu’il a présenté comme étant l’avocat de la SGSIA, jusque-là inconnus par de nombreux salariés de la SGSIA !

Ainsi, les ‘’présumés’’ avocats dépêchés par Tahar Allache ont tenté de leur soustraire des informations et de recueillir leurs réponses aux questions posées durant leur auditions auprès des services de police judiciaires de la Brigade économique et financière (BEF) de la Sûreté de Wilaya d’Alger en charge de ce très lourd dossier.

Le plus âgé des deux avocats a même osé déclarer, à destination des employés de la SGSIA ahuris, qu’il était là pour les défendre, avant d’exiger d’eux qu’ils lui remettent les convocations dont ils avaient été destinataires individuellement par la Justice et de lui rapporter en détail ce qu’ils avaient déclaré aux services de Police durant l’enquête…

Certains cadres, qui avaient bien compris le procédé déloyal et interdit, lui ont rétorqué qu’en sa qualité d’Avocat, il aurait pu tout simplement consulter le dossier de la défense et qu’il n’avait nul pas besoin d’avoir leur version, vu qu’ils ne l’avaient pas constitué comme leur propre avocat.

Pour comble de réponse, ce dernier a affirmé que l’affaire étant en instruction et qu’il ne lui était pas possible de consulter le dossier…

« Pourquoi dès lors demander à ceux qui avaient étaient invités par les services de police judiciaire, pour certains comme simples témoins, de lui rapporter leurs déclarations faites sur PV par des auxiliaires de justice ? » se sont demandés certains cadres outrés par la démarche.

Plus outrageux encore est qu’après chaque entrevue en salle de réunion, le duo d’avocat allait se réunir avec Tahar Allache en son bureau, pour lui rendre compte des déclarations de ses collègues, en violation totale du secret de l’instruction…

Cette extraordinaire manigance a créé un climat suspicieux et délétère au sein des cadres dont certains auraient été mis sous contrôle judiciaire, alors que Tahar Allache a vu son Interdiction de Sortie du Territoire National (ISTN) renouvelée…

Si vous avez raté les incroyables histoires de corruption, de harcèlement et d’intimidations du Président Directeur Général (PDG) de la Société de Gestion des Systèmes et des Infrastructures Aéroportuaires (SGSIA), Tahar Allache, nous vous recommandons préalablement de prendre connaissances de tous nos articles sur le sujet.

Selon nos sources, de nombreux cadres ont chargé Tahar Allache sur sa gestion catastrophique en contradiction totale avec le code des marchés publics, et surtout sur les nombreux ordres de paiements pour travaux non-effectués, qu’il imposait à ses cadres pour certains contractants…

Alors que de flagrantes preuves sur le non-respect de sa mission publique et de sa gestion illégale de l’argent public s’accumulaient, Tahar Allache a eu recours à ce stratagème en faisant recours à un homme et une femme, présentés comme les avocats de la SGSIA, ce qui a eu pour conséquence d’intimider les salariés d’une entreprise publique et lui a permis d’aisément arracher, de manière illégale, les déclarations officielles faites sous procès-verbal, dans le seul but de préparer sa défense et éventuellement dissimuler ou arranger les preuves qui pouvaient l’incriminer…

« L’absence de détention préventive dans ce cas une grave erreur de la part des pouvoirs judiciaires ! » Serait-on tenté de dire, au vu des nombreux recours à cette disposition par les pouvoirs judiciaires dans des cas bien moins graves que celle concernant cette incroyable affaire de corruption.

Car, libre, Tahar Allache a tout loisir d’adapter son discours ou contredire les déclarations de ses collègues une fois les preuves effacées sur les graves accusations et chefs d’inculpation retenus contre lui que sont la surfacturation, dilapidation de deniers publiques, corruption, attribution d’indus avantages au titre de l’octroi de marchés publics et de contrats, de trafic d’influence, de favoritisme, de passation de marchés en violation des dispositions législatives et réglementaires, blanchiment d’argent, abus de fonction…

Si le but de ces agissements prohibés est de faire porter le chapeau aux seuls Directeurs et sacrifier certains cadres supérieurs de la SGSIA pour échapper une fois encore à la Justice, Tahar Allache pourra compter sur le soutien indéfectible des sombres supports à qui il a rendu de bien nombreux services leur permettant de passer les frontières, sans avoir à déclarer quoique ce soit aux services de douanes et de police au niveau de l’Aéroport d’Alger…

C’est dire la pression que subit actuellement le juge de la 8ème chambre du tribunal de Sidi M’hamed par certaines parties très influentes au sein du pouvoir militaire et politique, qui veulent coûte que coûte sauver la tête de Tahar Allache, par crainte d’être citées ou tout simplement pour maintenir à son poste celui qui continuera à leur ouvrir grande les portes à l’heure de leur fuite…

Tahar Allache libre, est la preuve que l’Algérie nouvelle d’Abdelmadjid Tebboune n’est qu’un leurre…

YF.Cheikh

[email protected]

1 COMMENT

  1. Tahar Allach est un boy au sens propre que figurer de Toufiq, Nezzar, des Bouteflika, Melzi, Kouninef, les Haddad, El-Hammel, Belkcir, la CIA, le KGB, la DGSE francaise et jusqu’au dernier chef de daira du cote’ sud-est d’Illizi. C’est l’etre humain qui est au courant des detournement et blanchiment d’argent du systeme par excellence. Cet energumene directeur des tapis roulants a dit un jour a ces plus proche collaborateurs: Pourquoi la mort existe!