Confidentiel. Un « trou » de 187 millions d’euros découvert par l’IGF dans le chantier de la nouvelle aérogare de l’aéroport international d’Alger

3
1619

Le P-DG de la Société de Gestion des Services et Infrastructures Aéroportuaires d’Alger (SGSIA), Tahar Allache, est impliqué  dans un autre scandale de dilapidation de deniers publics, a confirmé Algérie Part au cours de ses investigations. Tahar Allache a été convoqué à deux reprises par la Juge d’instruction relevant du Pôle économique et financier près le Tribunal de Sidi M’hamed pour être auditionné dans le cadre d’une enquête sur un « trou » de 187 millions d’euros qui a été découvert et débusqué par les enquêteurs de l’Inspection Générale des Finances (IGF), a-t-on pu encore confirmé au cours de nos investigations. 

Cet argent représente la somme totale des équipements commandés et payés par la SGSIA au profit des infrastructures de la nouvelle aérogare de l’aéroport international d’Alger. Cependant, à la grande surprise des enquêtes de l’IGF, il n’y a aucune trace de la réception définitive de ces équipements payés en devises et rubis sur l’ongle. Parmi ces équipements commandés, payés, mais jamais réceptionnés, les inspecteurs de l’IGF ont repéré la fameuse chambre à coucher et Jacuzzi, destinée à la hiérarchie de l’aéroport international d’Alger comme il avait été révélé par Algérie Part en juin 2018. 

A la suite de ce rapport accablant de l’IGF, le Pôle financier et économique près le tribunal de Sidi M’hamed s’est saisi de ce dossier pour enclencher les investigations nécessaires l’éclaircissement de la vérité dans cet énième scandale qui ébranle de plein fouet la SGSIA et son patron le sulfureux Tahar Allache.

Rappelons enfin que le projet d’extension de l’Aéroport international Houari Boumediene d’Alger, qui a été livré en avril 2019, a coûté plus de 80 milliards de DA, à savoir l’équivalent de 500 millions d’euros. Le nouvel aéroport, qui s’étend sur une superficie de 20 ha, a été équipé d’un parking véhicules de 4.500 places, de trois parkings pour avions, de voies de circulation d’une superficie de plus de 424.000 m2 outre 120 banques d’enregistrement et 84 guichets de contrôle. Cette nouvelle aérogare, dont les travaux de réalisation ont été confiés à la société chinoise CSCEC, a pour objectif d’assurer un trafic de 10 millions de passagers/an et gérera 1.800 bagages/heure.

 

 

3 COMMENTS

  1. Confession d’un adhérent d’un petit parti politique satellite de la « Nomenklotura » :
    Au cours d’une réunion, en guise de conclusion, il leur est souvent rappelé : Vous appartenez désormais à une grande organisation que vous devez servir, en n’oubliant pas de vous servir au passage ! En fait, les adhérents ne reçoivent pas de salaires mais ils ont le soutient pour se payer sur la bête ! Quand la corruption tient lieu de système de gouvernance qui ne coûte pas un copeck à la « Nomenklotura » ! Ainsi la primauté du militaire sur le civil s’en trouve pérennisée à vie !
    Circulez, y’a rien à voir !

  2. Messieurs d’Algérie Part, ne savez-vous pas que le délit de gestion est désormais décriminalisé dans l’Algérie Nouvelle? Aussi, ce monsieur Allache pourra dormir tranquille dans sa chambre à coucher avec jacuzzi à 187 M d’euros.