Confidentiel. Khelifa Ounissi, l’homme qui veut être réhabilité grâce au lobbying de son… épouse

1
2019

Pour les dirigeants algériens, tous les moyens sont bons pour obtenir des postes aux commandes de l’Etat et revenir sur l’échiquier politique. Pour preuve, l’ex-patron de la DGSN, à savoir la Police algérienne, s’ennuie terriblement dans sa maison de retraite à Sidi Fredj, une station balnéaire d’Alger, et compte énormément sur le lobbying de son épouse pour bénéficier d’une « réhabilitation » ou d’une « nouvelle nomination », a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources concordantes. 

Cet ex-directeur général de la Sûreté nationale (DGSN) a été démis de ses fonctions par  décret présidentiel du 15 mars 2021. Il avait été remplacé dans ses fonctions par Farid Zineddine Bencheikh. Khelifa Ounissi avait goûté aux saveurs du pouvoir depuis août 2020. L’homme s’était battu jusqu’au bout pour rester aux commandes de la DGSN le plus longtemps possible. Mais son conflit direct et frontal avec l’actuel ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, lui a été fatal. De janvier jusqu’à mars derniers, Khelifa Ounissi a été isolé et boudé par ses propres chefs de sureté de wilayas qui travaillaient directement avec Kamel Beldjoud infligeant ainsi à l’ex-patron de la DGSN une humiliation caractérisée.

A la suite du début des violences policières et de la répression tous azimuts pour neutraliser le Hirak avant la tenue du scrutin électoral du 12 juin dernier, Khelifa Ounissi a fini par prendre peur et se résoudre à accepter son sort qui a été scellé. Et pourtant, l’homme a cru jusqu’au bout qu’il pourrait conserver dans son poste. Et pour cause, il tablait énormément sur les relations supposées étroites de son épouse, Soumeya, avec la famille du Président de la République, Abdelmadjid Tebboune. L’épouse de Khelifa Ounissi se targuait ouvertement dans les salons du sérail algérien de son « amitié » soi-disant solide et forte avec la femme du Président. Mais le pari de Khelifa Ounissi a été perdu et madame Soumeya n’a pas pu sauver la tête de son mari car Abdelmadjid Tebboune a préféré privilégier son copain Kamel Beldjoud au détriment du mari de la copine de son épouse.

Aujourd’hui, madame Soumeya est en train d’exercer un fort lobbying pour permettre à Khelifa Ounissi de reprendre un poste de responsabilité. Selon nos investigations, l’ex-patron de la Police algérienne lorgne un poste de consul à l’étranger pour terminer sa carrière tranquillement loin du tumulte politique du pays. Là encore, il croise les doigts et espère que les réseaux de son épouse lui seront favorables. En Algérie, lorsqu’on ne peut pas mettre en exergue sa compétence, on parie sur le copinage.

 

1 COMMENT

  1. Un homme qui se veut proche du pouvoir fait faire à sa femme du racolage pour y arriver.

    De fait, l’Algérie est gouvernée par des sous hommes qui pratiquent tout sauf la droiture, le sens des responsabilités et plus encore le patriotisme.

    Y-a-t-il encore un homme digne de ce nom ?