Confidentiel. Deux experts proches de Tebboune ont rédigé le nouveau plan d’action du gouvernement : à quoi sert Aïmene Benabderrahmane ?

11
1845

Le gouvernement algérien s’est doté d’un nouveau plan d’action qui sera bientôt soumis au Parlement pour débat avant de le mettre en application. Ce plan d’action s’intitule plus exactement le Plan d’Action du Gouvernement pour la Mise en oeuvre du programme du Président de la République. Si ce plan d’action est censé devenir la prochaine feuille de route du gouvernement algérien pour les mois à venir, il s’avère qu’il n’a même pas été rédigé, pensé ou imaginé par l’actuel Premier-ministre, Aïmene Benabderrahmane. 

Effectivement, Algérie Part a pu confirmer au cours de ses investigations que ce plan d’action a été totalement élaboré par les proches d’Abdelmadjid Tebboune au Palais Présidentiel d’El-Mouradia. Sa rédaction a été chapeautée essentiellement par deux experts que Tebboune consulte régulièrement concernant les questions économiques et géopolitiques. Il s’agit du docteur Arslan Chikhaoui, expert en stratégie et membre du Defence and Security Forum de Londres, du Conseil d’experts du Forum de Davos (WEF) et du Nesa Center for Strategic Studies, ainsi que d’Abdelaziz Khelef, son conseiller aux affaires économiques et questions financières qui fut par le passé ministre du commerce de 1980 à 1986 et des finances de 1986 à 1988.

Ces deux experts sont à l’origine de tout le travail qui a permis l’élaboration de ce plan d’action s’étalant sur 87 pages et la rédaction d’Algérie Part va analyser prochainement dans plusieurs de ses publications. Selon nos sources, la participation du Premier-ministre, Aïmene Benabderrahmane, à la rédaction de ce plan d’action qu’il est censé lui-même conduire et concrétiser est insignifiante et dérisoire. Ce qui soulève une nouvelle des interrogations sur l’utilité réelle d’Aïmene Benabderrahmane qui peine visiblement à s’imposer sur l’échiquier du pouvoir tant qu’il est mis sur la touche dans plusieurs dossiers stratégiques.

En effet, depuis plusieurs semaines, Aïmene Benabderrahmane, évolue dans l’ombre de la Présidence de la République et de plusieurs autres cadors du gouvernement qui abusent largement des prérogatives du Premier-ministre pour s’exprimer et agir dans des dossiers qui ne relèvent même pas de leur ressort. C’est le cas du ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, qui s’est arrogé le droit le 28 août dernier de communiquer aux Walis des directives concernant la situation économique et financière du pays ainsi que les conséquences néfastes de la pénalisation des actes de gestion alors qu’il n’est ni le ministre de la Justice, ni celui des Finances ou de l’Industrie, encore moins Premier-ministre !

Depuis sa nomination le 30 juin dernier dans ses fonctions de Premier-ministre, Aïmene Benabderrahmane, s’occupe uniquement de certains dossiers techniques comme le réaménagement des mesures du confinement sanitaire ou la coordination des réunions du gouvernement pour adopter de nouveaux avant-projets de loi consacrés à des secteurs mineurs comme la Micro-entreprise ou la concession agricole. Aïmene Benabderrahmane fait davantage office de coordinateur, de secrétaire général du gouvernement. Il ne donne guère l’impression qu’il est le véritable chef de l’Exécutif, le véritable Premier-ministre qui doit jouer le rôle du chef-d’orchestre. Le Palais du Gouvernement se vide de sa substance et le pouvoir se résume uniquement au Palais Présidentiel d’El-Mouradia et au Haut Conseil de Sécurité dont les réunions insufflent, désormais, les orientations et les directions politiques majeures à la conduite des affaires du pays.

11 COMMENTS

  1. A quoi sert Aïmene Benabderrahmane ? Se pose comme question Abdou Semmar.
    Ah ben… Il a servi au moins à envoyer sa femme et son fils chez mama Fafa se faire soigner, pendant que les zawaliya crevaient faute d’oxygène, de places dans les hôpitaux-mouroirs, faute de soins appropriés, pendant que juste au mois de juillet 47 médecins ont perdu la vie emportés par la Covid, pendant que son doberman envoyait ses légions tabasser les gens ordinaires, pendant que Chengrifouha traînait sa couche pipi en Russie, pendant que ses officines souterraines ourdissaient leurs complots d’incendies crimininels, pendant que les enfants courraient soit avec des jerricanes pour ‘’traire’’ quelques gouttes d’eau, soit pour arracher une baguette perdue, soit pour glaner un sachet de lait, soit se taper une file pour un litre d’huile etc. etc.
    Tout ce capharnaüm uniquement par la faute de Ferhat Mehenni et ses partisans qui ont brûlé la Kabylie, déstructurer et le système de santé, le commercial formel et informel, qui ont omis de consacrer un peu de piété aux séances de transes collectives de tarawettes et de salâtes el istisqa et de se mettre à l’heure des gourous du genre Chemsou and Co.

  2. @Low ji, le fils de pute, chien sioniste, raciste et colonialiste français, disciple du diable,
    Toi tu squatte un des sites ouvert sur l’Algerie et le fils de pute ose donner des bons points et des blâmes pour quelles raisons de fils de pute, chien sioniste, raciste et colonialiste français, disciple du diable!

  3. « Il s’agit du docteur Arslan Chikhaoui, expert en stratégie et membre du Defence and Security Forum de Londres, du Conseil d’experts du Forum de Davos (WEF) et du Nesa Center for Strategic Studies, ainsi que d’Abdelaziz Khelef, son conseiller aux affaires économiques et questions financières qui fut par le passé ministre du commerce de 1980 à 1986 et des finances de 1986 à 1988. »
    L’un est expert internationalement reconnu, le second connait « les rouages de notre administration digne des années 50)
    Est-ce c’est uniquement eux deux qui rédigé seuls les 68 pages de recommandations? bien sur non mais le traitre ZEMMOUR jette en pâture deux noms de personne qui ne font pas partie de son camps
    Et oui Zemmour a des amis dans l’ancien camps et il a défendu ici des oligarques corrompus comme Takhout et a été le protégé de Mediene « rab el jazaîr » comme d’autre qui nous la joue patriotes et « opposants politiques » car c’est la mode depuis 2 ans

  4. Des milliers d’experts se sont déjà penchés sur le cas de l’Algérie à plusieurs reprises sans aucun effet
    Car tous les hommes politiques n’ont ni le courage ni les capacités pour mettre les réformes en place pour sortir le pays de l’ornière
    Tout le monde connaît les faiblesses du pays qui se décompose ainsi :
    Forte dépendance aux recettes d’hydrocarbures
    Taux de chômage des jeunes élevé, faibles opportunités pour les diplômés
    Poids excessif du secteur public
    Crise politique et sociale aiguë déclenchée en 2019
    Mauvais état des infrastructures
    Lourdeurs bureaucratiques, corruption, faiblesses du secteur financier et environnement des affaires incertain etc etc etc ……

  5. Si c’était de vrais Experts, l’Algérie ne serait pas dans cet état aujourd’hui.
    Aucun vrai Expert intègre ne voudrait travailler avec cette mafia, d’où l’exode massif de toute la matière grise.
    Ils ne restent que des experts en religion, de cela il y’en a a gogo, les fatwas c’est plus important que tout !!!

  6. @Low ji, le fils de pute, chien sioniste, raciste et colonialiste français, disciple du diable,
    Toi tu squatte un des sites ouvert sur l’Algerie et le fils de pute ose donner des bons points et des blâmes pour quelles raisons de fils de pute, chien sioniste, raciste et colonialiste français, disciple du diable!