8.9 C
Alger
mercredi, février 8, 2023

Confidentiel. Dangereux malaise à Sonatrach : mésentente entre le PDG et plusieurs cadres dirigeants

- Advertisement -
- Advertisement -

En pleine crise financière et économique provoquée par la pandémie du COVID-19 et causant un énorme préjudice aux marchés internationaux des hydrocarbures, la Sonatrach vit au rythme des conflits et des tensions internes qui empêchent la compagnie nationale des hydrocarbures de se concentrer sur sa mission stratégique et urgente : comment limiter les grosses pertes en devises du recul brutal des exportations pétrolières et gazières du pays vers l’étranger. 

Des pertes qui touchent directement la division production et exploration de Sonatrach, le département le plus stratégique de la compagnie nationale  des hydrocarbures. Malheureusement, c’est justement au niveau de ce département que les divisions ont éclaté entre le PDG de la compagnie, Toufik Hakkar, et Mohamed SLIMANI, le nouveau vice-Président Activité Exploration Production.  Agé de 51 ans et ayant 29 ans d’expérience au sein de Sonatrach, Mohamed SLIMANI entretient ces jours-ci des rapports envenimés avec Toufik Hakkar car ce dernier adopte un comportement inamical à son égard et ne fait nullement preuve de professionnalisme lors de ses échanges avec la division exploration et production. Toufik Hakkar ne se concentre plus sur les problèmes sérieux et concrets de la compagnie et désorganise régulièrement le management de l’entreprise avec des décisions incompréhensibles et étonnantes.

A titre d’exemple, après avoir placé sa confiance en la personne de Mohamed Slimani, Toufik Hakkar change comme une girouette et tente de limiter les pouvoirs ainsi que la marge de manoeuvre de son vice-Président en lui imposant de travailler avec un comité de gestion composé par 4 anciens cadres de la division Exploration et production dont l’ancien vice-président par intérim que Mohamed Slimani avait remplacé dans ses fonctions ! Une organisation étonnante et inédite à Sonatrach qui suscite moult interrogations car elle dilue le pouvoir  et divise le management sans oublier qu’elle créé un conflit de prérogatives entre le vice-président nommé par décret présidentiel et les membres de ce nouveau comité de gestion dont personne n’a encore compris le rôle exact au sein de l’activité exploration et production, le pôle le plus stratégique de Sonatrach puisqu’il porte sur la gestion et exploitation direct de nos gisements pétroliers ou gaziers.

Dans ce contexte, Mohamed Slimani,   ingénieur d’état en maintenance Industrielle de l’Institut National des Hydrocarbures et de la Chimie – Boumerdes et anciennement Directeur de la Division Production de l’Activité Exploration-Production / SONATRACH, peine à produire un travail de qualité et un climat de malaise général alourdit encore l’ambiance à la division production et exploration au niveau de la direction générale de Sonatrach. A ses interlocuteurs et proches, Mohamed Slimani se dit démotivé et regrette amèrement d’avoir accepté le poste qui lui a été proposé par le PDG Toufik Hakkar.

La gouvernance brutale et anarchique de ce dernier est en train de déséquilibrer dangereusement Sonatrach. En cette période de crise, le seul poumon économique du pays aurait pu se passer d’un tel épisode déstabilisant.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -