5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

Comment le Palais Présidentiel d’El-Mouradia va dépenser l’équivalent de 96 millions d’euros en 2022

- Advertisement -
- Advertisement -

En 2022, malgré la crise financière qui étouffe notre pays et ses conséquences désastreuses sur le quotidien de la population algérienne, la Présidence algérienne va dépenser un budget considérable, l’un de ses plus élevés budgets depuis l’indépendance du pays,  à savoir plus de 15,2 milliards de Da, c’est-à-dire l’équivalent de 96 millions d’euros. 

Officiellement, cet argent servira a couvrir plusieurs dépenses budgétaires prévues par le Palais Présidentiel d’El-Mouradia. Plus de 13, 8 milliards de Da seront dédiés au secrétariat général de la Présidence de la République au cours de l’année 2022. Ce service constitue en réalité l’équipe de conseillers au service du chef de l’État algérien pour assister ce dernier dans ses prises de décisions. En Algérie, force est de constater que personne ne connaît réellement  les attributions du Secrétaire général au sein de la présidence de la République. De ce fait, son rôle et son influence varient d’une présidence à l’autre.

Sur ce volet, l’Algérie s’est inspirée de la France où aucun texte officiel ne prévoit ni l’existence ni les attributions du Secrétaire général au sein de la présidence de la République. Néanmoins, comme au sein de la Présidence française, dans la pratique, le SG du Palais Présidentiel d’El-Mouradia s’occupe en général de la direction et la coordination des membres du cabinet présidentiel, de la coordination des décisions présidentielles avec les actions du Gouvernement et de l’ensemble des administrations publiques. Il est normalement celui qui se charge de l’annonce de la composition du Gouvernement lors de sa nomination. Le SG de la Présidence peut normalement prendre de lui-même certaines décisions dont il estime qu’elles vont dans le sens de la politique du président mais qui ne méritent pas d’être portée à son attention. Mais cette attribution est très peu utilisée en Algérie au regard de l’importance du pouvoir présidentiel dans le pays et de la nature centralisante du fonctionnement du pouvoir algérien.

Quoi qu’il en soit, ce poste est celui qui bénéficie de la plus grosse partie du budget de la Présidence algérienne en 2022 et cela signifie que l’argent dédié au Palais Présidentiel d’El-Mouradia sert, d’abord, à rémunérer les salaires et privilèges des conseillers d’Abdelmadjid Tebboune ainsi qu’à financer des activités protocolaires présidentielles dont l’utilité et la rentabilité demeurent difficiles à cerner.

Le deuxième budget du Palais Présidentiel d’El-Mouradia est le Secrétariat Général du Gouvernement qui va disposer en 2022 de 594 millions de Da. Il s’agit d’un organe permanent de la Présidence de la République chargé essentiellement de la coordination de l’activité juridique gouvernementale.C’est au Secrétariat Général du Gouvernement qu’incombe le rôle de préparer les dossiers du Président de la République et du Premier ministre. Sa mission est d’assurer le contrôle et la conformité des projets de lois et de règlements et la coordination juridique de l’activité Gouvernementale, de préparer les projets de textes à soumettre à la signature du Président de la République et du Premier Ministre et d’en assurer la publication au Journal Officiel.

Le SG du Gouvernement doit également préparer avec les autorités concernées l’ordre du jour des réunions du Gouvernement et du Conseil des ministres, de participer aux réunions du Gouvernement et du Conseil des ministres, d’établir le relevé des débats et des conclusions du Conseil des ministres, d’en assurer la conservation et de diffuser les décisions arrêtées aux membres du Gouvernement. Il s’agit donc d’un poste important mais qui bénéficie, néanmoins, d’un budget nettement inférieur à celui du SG de la Présidence de la République dont les attributions demeurent encore et toujours opaques en 2022.

Plus de 103 millions de Da seront consacrés, par ailleurs, en 2022 au Haut Commissariat de l’Amazighité (HCA) qui relève officiellement de la Présidence de la République. Les missions du HCA sont clairement énoncées à l’article 4 du décret présidentiel 95-147 du 27-05-95, portant création du haut commissariat chargé de la réhabilitation de l’Amazighité et de la promotion de la langue Amazighe qui stipule : La réhabilitation et la promotion de l’Amazighité en tant que l’un des fondements de l’identité nationale ; l’introduction de la langue Amazighe dans les systèmes de l’enseignement et de la communication.

14 millions de Da seront dédiés au corps d’ El-Haras El-Djamhouri, à savoir la Garde Républicaine, dont le rôle principal est d’assurer des missions d’honneur et de sécurité au profit des plus hautes autorités de l’État. Un détachement spécial de la Garde Républicaine est mise uniquement à la disposition de la Présidence de la République.  Enfin, plus de 662 millions de Da seront accordés en 2022 au  Médiateur de la République, un autre organe qui relève lui-aussi de la Présidence de la République.

Le médiateur de la République est une instance de recours non juridictionnelle qui contribue à la protection des droits et libertés des citoyens et à la régularité du fonctionnement des institutions et administrations publiques. Le médiateur de la République est doté d’attributions de suivi et de surveillance générale qui lui permettent d’apprécier la qualité des rapports de l’administration avec les citoyens. Dans ce cadre, le médiateur de la République est saisi par toute personne physique qui, ayant épuisé tous les recours, s’estime lésée par un dysfonctionnement équipé d’un service public.

Le médiateur de la République ne connaît pas de recours entre les services publics et leurs agents. Il ne peut pas, en outre, intervenir dans une procédure judiciaire ou remettre en cause une décision de justice. Le médiateur de la République est doté d’attributions d’investigations lui permettant, avec la collaboration des administrations et institutions concernées, de mener les actions nécessaires à la réalisation de ses missions. Il saisit, à cet effet, toute administration ou institution en mesure d’apporter un concours utile. Il peut, également, se faire communiquer tout document ou dossier en rapport avec les actions susvisées. Sont exclus du champ d’application des dispositions du présent article, les domaines liés à la sûreté de l’Etat, à la défense nationale et à la politique extérieure. Dans les rapports adressés au Président de la République, le médiateur de la République propose les mesures et décisions à prendre à l’encontre de l’administration concernée et/ou de ses fonctionnaires défaillants. Le médiateur de la République dresse un bilan annuel de ses activités et en fait rapport au Président de la République.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

2 COMMENTS

  1. Qui peut les contrôler et qui a le droit de les juger, puisqu’ils détiennent le trésor de l’Algérie dans leurs mains, tu t’adresses a nous comme si nous on pourra faire quelque chose ,si toi qui est courant de tout, alors essaie de faire quelques interventions de ta part a nôtre place.Tu passes ton temps au commérage des vieilles du quartier pour nous raconter des choses qui nous dépassent ,on sait que tu es fort ,tu es champion mais arrête de te montrer, la mitomanie finie toujours par dégradé l’individu.

  2. A côté de ça, il paraît qu’il y a une chaine monstrueuse partout à Alger pour cause de pénurie d’huile !
    Nos « décideurs » entre-guillemets en 60 ans n’ont appris qu’à gérer la pénurie ! Pénuries qui se suivent
    et qui se perpétuent. Et, attention faut pas trop le claironner sinon les cachiristes vont te tomber dessus
    à bras raccourcis.