12.9 C
Alger
lundi, février 6, 2023

Après deux ans de retard, Djerad publie un plan de relance économique truffé d’erreurs et de contre-vérités

- Advertisement -
- Advertisement -

L’Algérie attendait ce fameux Plan de Relance Economique depuis janvier 2020, date à laquelle le premier gouvernement d’Abdelaziz Djerad a été mis en place par le Président Abdelmadjid Tebboune. Il aura fallu attendre ce mois de juin 2021 pour que le gouvernement algérien puisse enfin pondre un plan de relance économique alors que l’Algérie est paralysée par une inquiétante crise financière depuis le début de la crise politique en 2019. Et, malheureusement, ce plan n’est guère convaincant car au-delà des constats que nous connaissons tous depuis de nombreuses années, le cabinet d’Abdelaziz Djerad a intégré à ce plan de relance économique de nombreuses informations totalement fausses et des données complètement inexactes. 

En clair, le gouvernement algérien n’est même pas capable de cerner correctement la réalité économique du pays, comment peut-il dés lors la changer ou la transformer ? Un exemple concret. Dans son plan de Relance Economique qui s’étale sur 200 pages, le cabinet du Premier-ministre Abdelaziz Djerad a planché sur la situation actuelle de l’agriculture algérienne.

Et en parlant de ce secteur névralgique, les rédacteurs du plan de Djerad ont colporté des informations totalement infondées.  « Avec 1 260 000 exploitations agricoles, le secteur emploie près de 9,6% de la population occupée, soit 1 083 000 de personnes en 2019. Il s’agit d’un secteur important en termes de sécurité alimentaire. Le taux de couverture des besoins alimentaires par la production nationale a atteint 73% en 2019. La production de
semence est un domaine d’intervention stratégique afin de pérenniser cette sécurité
alimentaire. En plus des questions de sécurité alimentaire, la sécurité sanitaire des
aliments est un chantier à part entière nécessitant de réfléchir sur des pratiques de
production et leurs impacts sanitaires. L’enjeu du secteur est d’assurer une sécurité
alimentaire par des pratiques de production durables pour des produits de qualité », peut-on lire ainsi dans le texte de ce Plan de Relance Economique rendu public par le Premier-ministère sur son site internet.

Il s’avère que ces informations sont fausses. Et pour cause, en juillet 2018, les résultats obtenus par une étude réalisée par des chercheurs du Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD) à la demande du Programme alimentaire mondial (PAM), ont montré que le taux de la couverture de la production locale des besoins du marché algérien sont de 30% seulement pour les céréales, 30% pour le lait, 5% pour les huiles alimentaires et 0% pour le sucre, d’après les chiffres dévoilés par cette étude approfondie du CREAD, expliquant ce déficit par le caractère pluvial de l’essentiel de l’agriculture algérienne et par la lenteur des progrès en matière des rendements et de productivité.

« Une grande partie de l’alimentation que nous consommons est acquise à l’extérieur dans les marchés internationaux. Nos huiles, nos sucres et la majeure partie de nos poulets viennent de l’étranger sous forme de maïs et de soja (NDLR, leur alimentation). Quand on examine attentivement les disponibilités, on s’aperçoit que la sécurité alimentaire de l’Algérie n’est réellement couverte qu’à 55 % par la production nationale, bien inférieure au 70 % annoncés ici et là », avait affirmé en janvier 2019, Fouad Chehat, expert en agronomie et ancien directeur de l’INRA.

Les constats du Premier-ministère s’appuient donc sur des statistiques gonflées et manipulées dans le seul but de masquer une réalité beaucoup plus complexe et amère que l’on croit dans le secteur agricole. Si on veut relancer l’économie algérienne, il faut commencer par bannir les mensonges au plus haut sommet de l’Etat. Ce qui n’est guère, malheureusement, l’attitude adoptée par le cabinet du Premier-ministre Abdelaziz Djerad.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

10 COMMENTS

  1. Les différents gouvernements algériens ne se nomment pas pour anticiper les problèmes, ils ont pour consignes de faire les constats des dégâts des razzias à postériori ! Surtout ne pas se faire plus royaliste que le roi du butin à partager selon le bon vouloir des souverains ! C’est la sagesse à adopter pour durer en pays conquis !

  2. Ils vont bientôt dire que l’Algérie a une balance commerciale excédentaire, que le taux de vaccination anti-covid est proche des 90%, que le taux de sans emplois avoisine le 0%, que l’eau coule 24h/24h dans les robinets Algeriens, que les avions dans le ciel et aéroports algériens ont repris plus qu’avant la crise,…

  3. Bien sûr G.salah a nommé un bourricot a la tête de l’État et ce bourricot a nommé un âne sortant de son écurie comme premier ministre et aujourd’hui chingriha fait sa fête avec des animaux pareils c’est la continuité et la joie .

  4. Mardi 22 Juin 2021

    Jerad , t es soit disant Amazigh des Aures, fais quelque chose . Tes freres sont en trein de subir le martyr. Pire que durant la France.

    URGENT – AGRESSE PAR LA GENDARMERIE ALGERIENNE, TALEB ELHADI EN DANGER. IL A ENTAME UNE GREVE DE LA FAIM.
    Taleb Elhadi, qui a été kidnappé violemment de chez lui a 5h00 du matin au Village de At Abdelmoumen est actuellement à la brigade de la gendarmerie coloniale de Ouadhia. Ces derniers l’ont agressé, il a son œil est gonflé suite plusieurs coups reçus au niveau du visage. Elhadi a entamé une grève de la faim.
    Nous demandons à tous les habitants d’At Abdelmoumen et les environs de se mobiliser devant la la gendarmerie Iwadhien ( Ouadhia) pour le sortir avant qu’il ne soit transféré probablement à Alger.
    Ne laissons pas tomber, notre frère Elhadi Taleb qui a appelé à laanaya n Teqvaylit

  5. @Kabylos
    Il n’y a pas d’Amazgh ou Kabyle ou autres… ; Il n’y a qu’un clan au pouvoir guidé par des intérêts égoïstes. Il faut que tous les Algériens le comprennent pour ne pas continuer à se tirer dans les pattes, alors que nous ne sommes que des victimes avec des oeillères prêtes à être menées à l’abattoir ! Réveillons-nous !

  6. @Toutoune est à sec, meskine !
    Je crois que vous êtes définitivement complexé. Il y’a de méchants pseudo-arabes, surtout lorsqu’ils agissent en meutes, au non de leur clan, les yeux fermés et de méchants Kabyles sûrement, mais qui acceptent l’autocritique et le dialogue. Chez les Kabyles celui qui a fauté paye ! Personne ne le protège. Vous citez souvent, Ouyahia, Sellal, Toumi etc…, auriez-vous oublié qu’ils ne sont que des KDS (kabyles de service)-fusibles qui protègent leurs maîtres dont on entend jamais parler et qui sont toujours en place ! Auriez-vous oublié que ces KDS sont la chaire à canon qu’on jette aux chiens à la première alerte pour faire diversion. Ils sont ce qu’on appelle le menu fretin. Les gros poissons personne n’ose en parler, on risque le crime de lèse majesté ? Là, est votre problème de complexes (inf/sup) et vous ne reconnaîtrez jamais !!!

  7. @Toutoune,
    De quelle tribu de merde parles tui ? de quelle jungle ? tu m’as l’air d’un mec dont le crane est rempli d’idioties par les ethnologues frenchies et arabes. On etait des tribus il ya de cela plus de 3000 annees come tout le monde; aAujourd hui on est des peuples Amazigh , fiers et montront le droit chemin a nos nations. Tu peus garder pour toi ton label TRIBU, Je te le mets sur ton front ou sur tes fesses si tu veus le cacher.
    Geometrie variable ? aucune. Mon agenda est la Kabylie , ma region d’origine et sa situation dans la marmite bouillllonante algerienne . Tu peus parler de ta region ou de ta Palestine si tu veus mais ne me donnes pas de lecon.