27 membres du Congrès américain demandent des sanctions contre les dirigeants algériens « impliqués dans l’achat d’armes russes »

0
395

L’Algérie s’est attirée une nouvelle fois les foudres de plusieurs personnalités politiques américaines. Dans une lettre adressée hier, jeudi 29 septembre, au Secrétaire d’État américain, Antony Blinken qui est publiée sur le site officiel de la Chambre des représentants des Etats-Unis, un groupe bipartite de 27 membres du Congrès américain, dirigé par la députée du Michigan Lisa McClain, appelle leur pays à appliquer des sanctions sévères contre les dirigeants algériens « impliqués dans l’achat d’armes russes »

Ces députés américains appellent la Maison Blanche à utiliser la loi dite CAATSA pour « Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act » afin de cibler directement les dirigeants algériens. Ce texte de loi, signé en 2017 par Donald Trump, donne la latitude au président des États-Unis d’imposer des sanctions aux personnes qui, sciemment,  « s’engagent dans une transaction importante avec une personne qui fait partie des secteurs de la Défense russe ou opère pour ou au nom de ces secteurs ou celui du renseignement du gouvernement de la Fédération de Russie ».

Partant des dispositions de cette loi, la députée américaine Lisa McClain et ses collègues ont demandé des sanctions contre l’Algérie pour l’achat d’armes russes. Ces députés américains ont rappelé dans leur lettre commune que l’Algérie est liée à la Russie par un accord d’armement de plus de 7 milliards de dollars qui comprenait l’avion de chasse russe  Sukhoi 57, l’un des plus redoutables avions de chasse dans le monde.

« Ces actions devraient envoyer un signal clair au Département d’État que des sanctions doivent être appliquées contre gouvernement algérien », explique encore la lettre de ses députés américains adressée à Antony Blinken. Lisa McClain et ses collègues ont appelé à ce que ces sanctions soient « immédiates » et « sévères ». Les signataires de cette lettre soulignent, par ailleurs, qu’il est essentiel que le président Biden et son administration punissent ceux qui tentent de financer le gouvernement russe et sa machine de guerre en achetant du matériel militaire.

« Les États-Unis doivent envoyer un message clair au monde que le soutien à Vladimir Poutine et les efforts de guerre barbares de son régime ne seront pas tolérés », insistent-ils dans cette lettre accablante contre le gouvernement algérien.

Il est à rappeler qu’il s’agit de la deuxième initiative « anti-algérienne » au sein du Congrès américain. Le 14 septembre dernier, c’était le sénateur républicain de Floride, Marco Rubio, qui s’en est pris violemment au régime algérien en raison de sa proximité avec la Russie de Vladimir Poutine.

Ce sénateur républicain et vice-président de la Commission des renseignements à la Chambre haute du Parlement avait fait savoir sur son site internet qu’il avait adressé le 14 septembre dernier une lettre à Anthony Blinken, le Président américain, pour réclamer des sanctions contre l’Algérie pour violation de la «Countering America’s Adversaries Through Sanction Act», adoptée par les sénateurs et les députés et signé ensuite, en août 2017, par l’ancien président Donald Trump. Un texte qui vise surtout à sanctionner l’Iran, la Corée du Nord et la Russie, les pays qui sont dans le viseur des Etats-Unis d’Amérique en raison de leur politique menaçant la stabilité et la sécurité mondiale.