Un influent sénateur américain demande à Joe Biden d’adopter des sanctions contre le régime algérien à cause de sa proximité avec la Russie de Poutine

0
378

Le soutien actif et sans faille de l’Algérie à la Russie de Vladimir Poutine commence à susciter le courroux de certains influents politiciens américains. L’un d’entre eux est monté au violemment créneau pour réclamer ouvertement des sanctions sévères contre le régime algérien l’assimilant à un « allié » de la Russie de Poutine contre laquelle les Etats-Unis et l’Occident sont en guerre. Cette proposition inédite et unique en son genre dans l’histoire des relations algéro-américaines a été formulée par le sénateur Maroc Rubio. 

Ce sénateur républicain et vice-président de la Commission des renseignements à la Chambre haute du Parlement a fait savoir sur son site internet qu’il avait adressé le 14 septembre dernier une lettre à Anthony Blinken, le Président américain, pour réclamer des sanctions contre l’Algérie pour violation de la «Countering America’s Adversaries Through Sanction Act», adoptée par les sénateurs et les députés et signé ensuite, en août 2017, par l’ancien président Donald Trump. Un texte qui vise surtout à sanctionner l’Iran, la Corée du Nord et la Russie, les pays qui sont dans le viseur des Etats-Unis d’Amérique en raison de leur politique menaçant la stabilité et la sécurité mondiale.

 

« La loi ordonne au président d’imposer des sanctions contre les parties engagées dans des transactions significatives avec des représentants des secteurs de la défense ou du renseignement du gouvernement de la Fédération de Russie. Le président a délégué ce pouvoir au Secrétaire d’Etat, en consultation avec le Secrétaire au Trésor », explique ainsi le sénateur Marco Rubio dans sa lettre.

« La Russie est le premier fournisseur militaire de l’Algérie. L’Algérie fait également partie des quatre premiers acheteurs d’armes russes dans le monde entier, culminant avec un accord d’armement de 7 milliards de dollars en 2021. Une manne financière conséquente qui ne fera que renforcer la machine de guerre russe en Ukraine », a dénoncé également le même sénateur américain qui a demandé à Antony Blinken de « désigner de manière appropriée les parties dont l’achat important de matériel permettent les actions déstabilisatrices de la Russie ».

C’est la première fois dans l’histoire qu’un important sénateur américain désigne et classe l’Algérie parmi les « pays ennemis » des Etats-Unis d’Amérique. Il est à signaler que Marco Rubio est aujourd’hui classé parmi les plus influents hommes politiques américains. Il est membre du Parti républicain et il a été le président de la Chambre des représentants de la Floride entre 2006 et 2008. Il a été élu ensuite sénateur des États-Unis pour la Floride lors de l’élection de novembre 2010. En 2015, Rubio a même annoncé sa candidature aux primaires présidentielles républicaines. Il a défié Donald Trump et décide de se représenter à son poste de sénateur de Floride.

Marco Rubio est un conservateur réputé pour ses positions dures sur certains dossiers géopolitiques relevant de la politique étrangère des Etats-Unis. A titre d’exemple, il avait milité ouvertement pour armer les rebelles syriens afin de faire tomber le dictateur Bachar Al-Assad. En janvier 2019, le New York Times avait révélé que Marco Rubio est l’homme qui influençait l’ex-président Donald Trump dans sa politique vis-à-vis du Venezuela. Selon le même prestigieux quotidien américain,  Marco Rubio faisait office de “secrétaire d’État officieux en charge de l’Amérique latine”.  “C’est lui qui dirige la stratégie du gouvernement Trump sur le Venezuela et c’est lui qui est chargé de la défendre devant le Sénat à Washington », avait précisé le New York Times pour illustrer l’influence de Marco Rubio sur La Maison-Blanche à Washington.