Une importante Banque française prévoit des fortes tensions sociales en Algérie d’ici la fin de l’année 2022

0
280

Le  Crédit Agricole, considérée comme l’une des 4 plus grandes banques françaises, prévoit de fortes turbulences sociales en Algérie d’ici le dernier trimestre de l’année 2022 en raison de l’impact catastrophique de l’inflation sur le pouvoir d’achat des ménages algériens. 

En effet, une note de conjoncture publiée le 13 mai dernier par le département des analyses des équipes d’économistes de Crédit Agricole, un service qui couvre les divers aspects de l’économie: conjoncture, marchés financiers, dynamiques sectorielles, paysages bancaires, pays émergents et risques pays, a estimé que l’inflation en Algérie est de plus en plus menaçante.

« Plusieurs phénomènes sont à l’œuvre pour la poursuite d’une hausse assez significative de l’inflation au cours des prochains trimestres : la hausse de l’inflation mondiale en raison de la conjoncture post-Covid, les conséquences de la guerre en Ukraine sur le prix des matières premières et notamment des céréales (liés à la perturbation des chaînes d’approvisionnement), la baisse des subventions étatiques sur certains biens, et enfin la hausse de l’inflation importée provoquée par la détérioration de la parité du dinar », analyse cette note du Crédit Agricole.

La même source prévoit une nouvelle explosion de l’inflation dans les mois à venir en Algérie.   « Au total, l’inflation s’est établie à 8,1% et 8,9% au cours des deux derniers trimestres de 2021. Au premier trimestre 2022, elle atteint 9,3%, surtout en raison de la hausse des produits alimentaires (14% depuis six mois), mais aussi des services et des produits manufacturés », décrypte ainsi cette note de conjoncture selon laquelle le taux d’inflation va dépasser certainement les 10% en 2022.  « Une baisse à 7% en 2023 est possible si les tensions économiques mondiales s’apaisent et si le dinar ne se détériore pas trop. La baisse du pouvoir d’achat des ménages pourrait nourrir de plus fortes tensions sociales dans les trimestres à venir et c’est un risque à ne pas négliger », conclut enfin cette note qui explore les perspectives économiques en Algérie à l’aune des mutations mondiales en cours.