Une étude réalisée par une université belge explique pourquoi les feux de forêt font beaucoup de dégâts et victimes en Algérie

0
274

La lutte contre les incendies et feux de forêt en Algérie est pénalisée par le manque criant de moyens mis à la disposition des secouristes de la Protection Civile en Algérie. C’est pour cette raison que ces sinistres font beaucoup de victimes et de dégâts matériels dans notre pays.  C’est la principale conclusion à laquelle a abouti une étude réalisée par l’université de Liège en Belgique. Cette étude intitulée « la forêt algérienne face au changement global » nous révèle de nombreuses déficiences qui empêchent des actions efficaces pouvant limiter les dégâts des incendies ravageant chaque été des milliers d’hectares et provoquant depuis 2021 des dizaines de morts. 

« Le manque de moyens et d’effectifs constitue un réel obstacle dans la lutte contre les incendies. De fait, avec 50% de machines non opérationnelles et près de 70% trop faiblement équipées (seuls 300 des véhicules tout-terrains sur les 961 sont réellement équipés contre les incendies), le parc roulant peut être qualifié de vétuste. Et il en va de même pour le personnel dont les effectifs demeurent insuffisants suite aux départs en retraite qui n’ont pas été remplacés », indique à ce sujet cette étude menée par des chercheurs de la Faculté des Sciences – Département des Sciences et Gestion de l’Environnement de l’Université de Liège en Belgique.

La même étude a relevé aussi de nombreuses carences qui empêchent la réussite des interventions des secouristes contre les feux de forêt. « Une fois que les feux sont détectés,
l’intervention reste limitée par le relief accidenté voir très accidenté où les pentes dépassent les 70% ainsi que par l’absence d’accès aux massifs », explique ainsi cette source selon laquelle « l’ouverture de pistes requière en effet la mobilisation de moyens importants et même quand elles sont ouvertes, les plateformes de pistes sont souvent détruites par les orages de fin de printemps ».

La même étude conclut enfin que les feux de forêt en Algérie se propagent plus rapidement qu’ailleurs dans le monde en raison du « climat sec et la végétation méditerranéenne
pyrophile ». Ces départs de feux semblent d’ailleurs être en augmentation depuis 2010 et il en va de même pour la période de risque qui se prolonge avec le réchauffement climatique », note en dernier lieu cette étude universitaire belge.