Un député français demande un deal avec l’Algérie : du blé en échange du pétrole et du gaz

0
386

Le député français Aurélien Taché qui vient d’être élu récemment sous l’étiquette Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) a milité pour une proposition inédite depuis l’hémicycle du parlement français. Ce député de la 10e circonscription du Val-d’Oise dans la région parisienne a demandé formellement aux autorités françaises de négocier un nouveau deal avec l’Algérie. Un deal qui consiste à proposer du blé et des céréales fabriqués en France en échange du gaz naturel et du pétrole produits en Algérie. 

« Il est temps de bâtir une nouvelle diplomatie de l’énergie respectueuse des peuples et de la planète. Quand la spéculation fait aujourd’hui exploser les prix et craindre une crise alimentaire grave, notamment au Maghreb, ne pouvons-nous pas, alors que ces pays peuvent nous fournir en pétrole et en gaz, et que nous vendons 70 % de notre blé aux Algériens, miser sur un accord gagnant-gagnant ? », s’est interrogé ainsi Aurélien Taché lors de l’audition de Catherine Colonna, ministre française de l’Europe et des affaires étrangères, par la commission des Affaires Etrangères du Parlement français.

Le même député a poursuivi son argumentaire en précisant que l’ex-candidat aux élections présidentielles françaises Jean-Luc Mélenchon avait proposé « un système de céréales à prix bloqué contre de l’énergie à prix bloqué ». Ce système permettrait selon Aurélien Taché d’aller « vers une diplomatie méditerranéenne de l’alimentation et de l’énergie que le passé comme l’avenir exigent et retrouverions une indépendance vis-à-vis des empires russe et américain ».

Cette proposition s’inscrit effectivement dans le sillage du projet politique portée par Jean-Luc Mélenchon lequel avait demandé le 6 avril 2022 à ce que des pourparlers soient entamés avec l’Algérie pour mettre en place un système plafonnant les prix du blé et des hydrocarbures. « L’explosion des prix des céréales alimentaires nous menace. Je propose de réquisitionner les stocks et de contrôler leurs prix. Pour garantir l’approvisionnement des Français. Pour garantir l’approvisionnement des populations du Maghreb qui, comme en Algérie, se fournissent à 68% de blé de France. Je propose la tenue rapide de conférences bilatérales d’approvisionnement. Par exemple, garantissons un prix bloqué pour les céréales françaises et proposons un prix bloqué pour le gaz et le pétrole algérien », avait expliqué à l’époque l’ex-candidat aux dernières élections présidentielles françaises.

« Les gouvernements doivent prendre toutes les mesures pour empêcher la spéculation financière de déclencher une crise alimentaire dont les conséquences seraient incontrôlables », avait souligné encore Jean-Luc Mélenchon. Cette proposition n’a pas suscité l’enthousiasme des gouvernements français et algériens qui n’ont jamais étudié sérieusement cette piste de réflexion sur l’avenir des approvisionnements énergétiques et alimentaires.