Sonatrach : la sieste et une nouvelle Tiguan Volkswagen pour le chef d’un méga-projet dont le taux d’avancement est d’à peine 10 %

4
1054

Le projet de la réalisation de la nouvelle jetée de GNL et l’extension du port pétrolier de Skikda qui devait permettra au méga-train GNL de Skikda de porter sa production à sa capacité nominale tourne toujours au ralenti causant un énorme préjudice à l’économie nationale. Algérie Part avait publié récemment toute une enquête sur les irrégularités scandaleuses qui caractérisent la gestion de ce méga-projet cédé par Sonatrach à la compagnie chinoise China Harbour Engineering Company LTD (CHEC) pour l’équivalent de 400 millions de dollars. 

A la suite de nos révélations, des éléments de la brigade économique de la DGSN se sont déplacés au port de Skikda pour récupérer des dossiers et fiches de ce projet stratégique. Mais depuis, les services de sécurité n’ont donné aucun signe de vie et aucun haut responsable de Sonatrach ou de la CHEC n’a été interrogé ou convoqué.

Et sur le terrain, le projet patine toujours et les mêmes irrégularités sont observées au vu et au su de toutes les autorités algériennes. Le taux d’avancement de la réalisation de la nouvelle jetée du port pétrolier de Skikda n’a même pas dépassé les 10 %. Les travaux d’extension de la façade maritime de ce port névralgique pour le secteur des hydrocarbures n’ont même pas commencé. A ce rythme, selon nos sources, la nouvelle jetée GNL du port de Skikda ne sera pas réceptionnée avant… 2030. Ce qui rend encore impossible l’accostage de navires de grandes capacités afin d’explorer des perspectives supplémentaires de marchés pour le GNL algérien. Et pourtant, la compagnie chinoise CHEC a remporté ce marché depuis le 21 janvier 2019. Et presque deux ans plus tard, les travaux de la nouvelle jetée n’ont dépassé les 10 % à cause de plusieurs retards commis par la CHEC qui n’a jamais été rappelée à l’ordre par la Sonatrach. La compagnie nationale des hydrocarbures n’a même pas infligé la moindre pénalité financière à la CHEC qui bénéficie d’un traitement de faveur totalement illégal comme il avait été démontré précédemment par les récentes révélations d’Algérie Part.

Pis encore, face à ces anomalies hallucinantes et ces pertes considérables pour l’économie algérienne, les hauts responsables de Sonatrach font preuve d’un immobilisme répugnant. Preuve en est, le nouveau chef de projet nommé récemment par Sonatrach pour superviser les travaux de la réalisation de la nouvelle jetée GNL du port de Skikda en concertation avec les cadres de la société chinoise CHEC se comporte avec un je-m’en-foutisme inédit.

En effet, Algérie Part a confirmé au cours de ses investigations, que l’ancien chef de projet de Sonatrach Ali Belaid a été relevé de ses fonctions par Toufik Hakkar, le PDG de Sonatrach, pour le remplacer par un certain Sami Chikaoui, originaire lui aussi de Khenchela et issu directement de son entourage. Et si Ali Belaid ne cessait pas de dénoncer les retards et incohérences de la CHEC dans plusieurs rapports accablants pointant du doigt les pratiques illicites des partenaires chinois dans la gestion de ce méga-projet, le nouveau chef de projet nommé par le PDG Sonatrach est nettement plus docile et conciliant avec les chinois. Pis encore, dés sa nomination dans ses nouvelles fonctions, Sami Chikaoui a demandé un nouveau véhicule de services qui lui a été offert par ses interlocuteurs de la CHEC, à savoir un nouveau Tiguan Volkswagen. Et en dépit de tous les retards accusés, le nouveau chef de projet de Sonatrach se permet de faire quotidiennement des siestes dans son bureau imposant à ses collaborateurs de ne pas le déranger jusqu’à 15 H 30. Et chaque matin, le nouveau responsable de Sonatrach se pointe tardivement après 8 H 30 ou 9 H 00. Un fonctionnaire qui se préoccupe davantage de son confort que de l’avancement de ce projet jugé stratégique pour les exportations des hydrocarbures de notre pays notamment du GNL dont l’Algérie fut dans un passé récent l’un des acteurs majeurs sur la scène internationale.

A cause de ces comportements insouciants et inconscients, le projet de la nouvelle jetée du port de Skikda est devenu en réalité une immense fumisterie qui donne lieu à un scandale de corruption et de mauvaise gestion sans aucun précédent dans le secteur des hydrocarbures en Algérie.

4 COMMENTS

  1. et dire qu on va accorder aux chinois le projet du nouveau port implanté sur un site qui va détruire a jamais l environnement, forets, plages,vestiges touristiques au lieu de le réaliser par exemple a Ténès ou Collo et la cerise sur le gâteau il sera géré et exploité pendant 35 ans par les chinois. quelle honte et quelle bassesse.

  2. …Wiltrock , le faux berbère !…..le non-Algérien !….qui continue a s’intéresser a notre pays !….Passons Revenons a Zemarra :.. …..Ali Belaid ….un Kabyle …..Sami chikaoui ….un Chaoui ! …..Mais Oui ! c’est ça qui dérange zemarra !….ce n’est qu’une question de benammisme qui alimente la haine et la rancune de zemara et de ceux qui sont derrière lui contre le vaillant toufik hakkar qui a va faire sucer le sel aux kabylistes-berberistes qui se sont engraissés au sein de Sonatrach ….zemar accuse hakkar de régionalisme pour le simple fait qu’il a changé 3 directeurs d’origine kabyle a sonatrach et qui ont bien faille alors qu il a oublié que tous les petits directeurs et responsables de merde de sonatrach sont kabyles et privilégient les kabyles dans les recrutements en passant par le simple scribouillard au plongeur dans les cuisines !…

  3. Quand tous les postes de la sonatracht étaient détenus par des kabyles ou des marocains de souche, semmar n’en parlait pas évidemment….On voit de plus en plus que Semmar est un type qui travaille pour des kabyles qui pleurent de ne plus siphonner la sonattacht comme ils l’ont toujours faits…On pourrait parler des banques aussi…des projets hôteliers…des contenants…des hôpitaux…etc…

    Sacré Semmar, tu n’arrives plus à masquer tes cils intentions…Bravo à Hakkar de résister à cette mafia qui vit à l’étranger mais qui veut se gaver sur le dos du peuple algérien ….