Selon la Banque Mondiale, l’Algérie ne pourra plus profiter de l’augmentation des prix des hydrocarbures à partir de 2023-2024

0
559

L’embellie financière qui profite à l’Algérie depuis le début de 2022 grâce aux cours mondiaux élevés des hydrocarbures ne va pas durer longtemps. Selon le dernier rapport consacré à l’Algérie par la Banque Mondiale, à partir de 2023-2024, l’Algérie sera confrontée à un « dur retour à la réalité » à la suite d’une baisse de ses revenus provenant de ses exportations du pétrole et du gaz. 

Ce nouveau rapport de la Banque Mondiale dédié à l’Algérie, et publié le 3 août 2022, reconnait de nombreuses évolutions positives de l’économie algérienne. Des évolutions rendues possibles grâce aux cours élevés des hydrocarbures. D’ailleurs, la Banque Mondiale  prévoit que la reprise économique de l’Algérie se poursuivra en 2022, « notamment soutenue par le retour des secteurs hors hydrocarbures aux niveaux d’activité d’avant la pandémie ». « Les exportations d’hydrocarbures devraient également rester à un niveau élevé, générant un excédent du compte courant et une nette augmentation des recettes budgétaires », analyse la même source.

« Cependant, une baisse prévue des prix et des volumes des exportations d’hydrocarbures en 2023-24, dans un contexte d’incertitude entourant l’évolution de la l’économie mondiale, pourrait conduire à une détérioration progressive des soldes extérieurs et budgétaires », souligne ce nouveau rapport de la Banque Mondiale.

« Malgré un rebond de l’activité économique en Algérie, des défis subsistent, aggravés par la forte volatilité des prix du pétrole et l’incertitude de la dynamique de l’économie mondiale », a fait savoir à ce sujet Jesko Hentschel, directeur pays de la Banque mondiale pour le Maghreb. « À l’avenir, la poursuite des efforts de réforme pour stimuler l’activité du secteur privé sera essentielle pour stimuler la croissance inclusive et créer des emplois », indique le même haut responsable de la plus importante institution financière internationale avec le Fonds Monétaire International (FMI).

Publié en français sous le titre Renforcer la résilience en période favorable , ce nouveau rapport de la Banque Mondiale fait partie d’une série de publications semestrielles visant à analyser les tendances du développement économique et les perspectives de l’Algérie. « L’édition printemps 2022 reflète les données et informations disponibles au 17 juin 2022 », rappelle enfin la Banque Mondiale dont le siège se trouve à Washington, D.C.