Révélations – Les Dégâts du Lieutenant-Colonel Tarik Amirat et de la Famille Mehal !

3
3050

En juin 2019, la Cour suprême avait ordonné la réouverture du dossier de corruption de l’autoroute est-ouest. Prévu le 21 Janvier 2021, le procès en appel a été reporté par la Cour d’Alger à la fin de la session pénale !

Dans cette affaire qui a engloutie près de 16 Milliards de dollars d’argent public, le défunt Mohamed Ouazene, dit le “colonel Khaled”, travaillant au sein des services de renseignements algériens tout en étant affecté en qualité de conseiller au ministère de la Justice, avait été accusé de trafic d’influence, corruption, abus de fonction et réception d’indus cadeaux et de blanchiment.

Lors de son procès, il avait évoqué ses liens avec le principal accusé dans cette incroyable affaire en la personne de Medjdoub Chani. Ce dernier avait été condamné une première fois dans le cadre du Fonds Algéro-Koweitien d’Investissement (FAKI) pour corruption et blanchiment d’argent, puis une seconde fois en 2009 dans le cadre du scandale de l’autoroute est-ouest. Depuis, il est retourné vivre au Luxembourg suite à sa libération en Octobre 2019, après 10 années passées en Prison !

Rappelons que feu le Colonel Khaled avait affirmé au tribunal que lorsque Chani était sous le coup d’un mandat d’arrêt dans le cadre de l’affaire du FAKI, dont le principal instigateur n’était autre qu’Anouar Ibrahimi El Mili, fils d’un ancien Ministre de la République, Nacer Mehal, l’ancien Ministre de la Communication de Bouteflika qui était à cette époque directeur général de l’APS (Algérie Presse Service), lui avait assuré que Mejdoub était innocent et qu’il fallait trouver un moyen de le sortir de cette affaire…

Notons que Nacer Mehal qui avait fait l’essentiel de sa carrière au sein de l’APS, a été de 1984 à 1988, rattaché au cabinet à l’ex Premier Ministre Abdelhamid Brahimi, le frère de Mohamed El Mili qui avait été Ministre de l’Education sous Chadli Bendjedid du 9 septembre 1989 au 25 juillet 1990 !

Quoi de plus normal dans cette Algérie, qu’ils ont corrompue, que de voir un haut fonctionnaire de l’Etat déserter ses missions pour aller aider le neveu de son ex patron. C’est ainsi que les opportunistes agissent pour espérer des privilèges et des postes en retour…

Nacer Mehal a eu une belle carrière puisqu’il a été nommé chef de bureau de l’APS à Washington, puis rédacteur en chef et directeur de l’information de la même agence. En 2000, Abdelaziz Bouteflika lui confie la direction générale de l’agence de presse étatique et le bombarde 10 années plus tard, Ministre de la Communication dans le gouvernement Ouyahia IX !

Si après les récentes révélations d’Algeriepart, nos lecteurs ont appris que Nacer Mehal est le beau-père du sulfureux Ramel Amirat, alias le Lieutenant-Colonel Tarik de la Direction de la Documentation et de la Sécurité extérieure (DDSE), une des branches des services de renseignements algériens, peu de gens savent par contre que Samir Mehal, le fils de l’ancien Ministre de la Communication de Bouteflika et donc beau-frère du Lieutenant-Colonel Tarik, serait cité dans l’affaire des 701 Kilogrammes de Cocaïne saisis à la fin du mois de mai 2018 au Port d’Oran…

Après trois années d’enquête judiciaire sur cette incroyable histoire ayant fait des ravages incommensurables au sein des institutions civiles et militaire du Pays, le magistrat instructeur en charge du dossier a enfin clôturé ses investigations et renvoyé l’affaire à la chambre d’accusation près la cour d’Alger. Le 30 Juin 2021, la Chambre d’accusation près de la Cour d’Alger a, à son tour, renvoyé le dossier au Tribunal criminel. Non sans mal !

Selon certaines sources, plusieurs militaires dont Tarek Amirat, auraient tenté à maintes fois, par le truchement d’intermédiaires civils et militaires, d’influencer le magistrat instructeur de la 2e chambre du pôle pénal spécialisé, dans le but de définitivement écarter certains noms de l’affaire.

D’autres sources affirment que le fils de Mehal ne serait pas cité dans cette affaire, mais qu’il s’agirait du fils de l’ancien Wali de Relizane Lemhal…

Sauf que l’homme de loi avait menacé les infâmes médiateurs de signaler les pressions dont il faisait l’objet, et une note avait même été préparée pour être transmise au Ministère de la Justice. Ce qui a eu pour effet de faire cesser l’action de ces militaires au service de leurs intérêts  !

Toujours est-il, voilà comment certains militaires et politiques de l’ère Bouteflika, se considérant tous au-dessus des lois et supérieurs aux autres citoyens, bafouent toute honte bue la Justice de notre Pays, foulant du pied les engagements moraux et la confiance placée en eux, alors qu’ils sont censés en être les premiers défenseurs.

Pauvre Algérie…

3 COMMENTS

  1. Vous avez dit JOURNALISME D’INVESTIGATIONS?
    Il y a certainement des vérités dans tout ce que vous racontez sur votre site à longueur de journée mais pas que…par exemple les quelques articles sur Ghaleb Bencheikh qui manifestement n’avaient aucun rapport avec du journalisme d’investigation et dont l’objectif était de démolir un prétendant au rectorat de la GMP Grande Mosquée de Paris. Votre site a été en quelque sorte un MarketPlace comme pour vendre ou diffuser n’importe quoi moyennant finance.

    Mêmes remarques sur de nombreux autres articles sur les services de sécurité colonel Amirat &Co…avec un niveau de détails qui montre que toutes les informations proviennent de services de sécurité concurrents…internes ou externes

    Les journaux d’investigation comme Mediapart, le canard enchaîné….disposent de gros moyens et surtout d’une rédaction composée de journalistes nombreux et aguerris….
    AlgeriePart….Abdou et quelques uns….mais nous sort des « enquêtes approfondies » co moment peut on vous croire?

    Je me pose les mêmes question depuis le début
    Pour qui roule Abdou Semmar ?
    Pour le peuple algérien ? Certainement pas
    Pour un clan ? Certainement. Lequel? Certainement le plus offrant.

    J’ai demandé à plusieurs reprises que le site nous communique, pour une question de transparence quand on se revendique journal d’investigation , comment le site est il financé. Aucune repose.
    Top secret comme ses commanditaires
    Quand on se revendique comme MediaPart ou le Canard….on doit être aussi transparent (leurs comptes sont disponibles)

    Nous connaissons tous, les malheurs de l’Algerie depuis 1962. Votre journal ne nous apprend rien de plus.
    L’Algerie a besoin de bons journalistes qui défendent les intérêts du pays ….

  2. @uhj Uhy
    On voit bien que c’est un peu comme une page de pub pour financer le site.
    À côté de quelques articles intéressants on y ajoute des articles vendus par des clans…
    C’est bien un MarketPlace ce site.