Révélations. 400 milliards de centimes disparus des oeuvres sociales d’Algérie Poste : le gros scandale et les vérités cachées de Houda Feraoun et Foued Belkessam

0
2479
C’est un scandale dont les secrets sont détenus uniquement par Houda Feraoun, l’ex-ministre de la Poste, des Télécommunications et des Technologies du Numérique, ainsi que son ancien bras droit et secrétaire général, Foued Belkessam. Depuis 2003, le fonds des oeuvres sociales d’Algérie Poste souffre d’un trou comptable de 4OO milliards de centimes. Oui, 400 milliards de centimes qui ont disparu de la compatibilité d’Algérie Poste sans que personne ne puisse expliquer cette mystérieuse disparition. 
De nombreux anciens gestionnaires du fonds des Œuvres sociales et culturelles d’Algérie Poste font l’objet d’une enquête diligentée par les services de l’Office Central de la Répression de la Corruption dont le siège est situé à Hydra (Alger). Mais cette enquête tourne au ralenti. Car les véritables connaisseurs de ce dossier s’appellent l’ex-ministre Houda Feraoun et son ancien secrétaire général Fouad Belkessam.
Assistés et conseillés par le conseiller juridique du ministère de la Poste, des TICS et des Télécommunications, Zouaoui Abderahmane, Houda Feraoun et Fouad Belkessam ont décidé à partir de 2017-2018 de s’emparer du contrôle des oeuvres sociales d’Algérie Poste. Et pour ce faire, ils ont suivi les recommandations de Zouaoui Abderrahmane, un ancien juge qui a mis fin à sa carrière après avoir fait défrayé la chronique à travers les accusations de corruption dont il avait fait l’objet. Cet ancien juge est un parent à Moussa Benhamadi, l’ex-ministre et haut responsable du FLN emprisonné à EL-Harrach avec ses frères dans le cadre du dossier Condor. Zouaoui Abderrahmane, d’ailleurs, toujours au pouvoir au niveau du ministère dirigé entre 2015 et janvier 2020 par Imane Houda Feraoun.
Selon nos investigations, c’est ce conseiller juridique qui a planifié des manœuvres consistant à mener une opération des plus machiavéliques pour s’accaparer des fonds des Œuvres Sociales d’Algérie Poste gelés depuis 2009 en raison de conflits syndicaux.
Ce plan avait permis de procéder à l’installation d’un Comité de Participation « taillé sur mesure » durant l’année 2018 en utilisant le trafic d’influence dont jouissait en ce temps Houda Feraoun et Foued Belkessam.
Ce comité de participation a été mis en place malgré la résistance de la Fédération Nationale des Travailleurs du secteur de la Poste. Celle-ci a déposé une requête auprès de l’inspecteur Général du Ministère du Travail, Mr DJEGHAM Zoubir, qui a été démis de ses fonctions juste après cette affaire.
Et pour cause, ce haut responsable avait demandé aux deux parties le respect de la règlementation en matière de candidature qui donne la priorité au premier tour à l’instance syndicale représentative d’établir la liste de candidats, une mesure qui n’a pas été respectée par le premier responsable d‘Algérie Poste, Dahmani Abdelkrim, frère du Général-Major Zerrouk Dahmani, premier responsable de l’action sociale au ministère de la Défense Nationale. 
De semblantes élections ont eu lieu vers en 2018 et les listes des candidats ont été établis par les Directeurs des Unité Postales abusant de leur autorité et recourant aux menaces envers les travailleurs pour un vote massif, sous le contrôle direct du DRH d’Algérie Poste, Kheireddine ABADLI, et de celui de certains syndicalistes véreux qui ont fait par la suite partie de la composante du bureau national en dépit de leur inéligibilité.
A la suite de ces élections, un véritable mouvement de purge a été mené au sein d’Algérie Poste à l’encontre de ceux et celles qui se sont opposés au plan de Houda Feraoun et Foued Belkessam. Le responsable de la Structure Centrale des Oeuvres Sociales et les Responsables des structures de Wilaya au nombre de 37 ont été écartés et remplacés par des personnes n’ayant ni la capacité ni l’expérience nécessaires pour gérer des fonds conséquents.
Après la création de ce fameux comité de participation totalement docile et à la merci du clan de Houda Feraoun, Algérie Poste lui a consacré un budget dépassant les 300 milliards de centimes.
C’est avec cet argent que le comité de participation d’Algérie Poste a dépensé plus de 16 milliards pour les vacances d’été de l’année de 2019.  Il s’avère, a-t-on découvert à la suite de nos investigations, qu’à peine 0,01% des salariés d’Algérie poste ont bénéficié, en réalité, de cette manne financière puisque les séjours de vacances ont profité essentiellement aux directeurs centraux d’Algérie et des fidèles amis du DG d’Algérie Poste, Dahmani Abdelkerim comme un certain Achacha Bilal, directeur de la stratégie et de l’organisation au sein d’Algérie poste, ou du directeur des ressources humaines, ABADLI KHEIRDINNE, l’homme qui sera nommé à la surprise générale en août 2019 patron de l’Autorité de régulation de la poste et des communications électroniques (ARPCE). Ce dernier a bénéficié de deux voyages organisés par le comité de participation. Force est enfin de constater que cette instance d’Algérie Poste a attribué en 2018 un troublant marché de gré à gré au Touring Club d’Algérie, un tour-operator public. 
Des voyages organisés au niveau national à Mostaganem, Béjania ou Oran ont été offerts aux cadres d’Algérie Poste triés sur le volet. Et les séjours à l’étranger notamment en Tunisie ont été également attribués aux proches du DG d’Algérie Poste et fidèles du clan de Houda Feraoun. Quant aux autres travailleurs qui rechignent à accepter le diktat de ce clan puissant dans le secteur des télécommunications, ils ont été tout bonnement contraints de passer les vacances à la maison ou dans leurs bureaux au travail… 
Algérie Part poursuit ses investigations et reviendra bientôt sur ce dossier avec de nouvelles révélations.