Rentable et innovante : la raffinerie d’Augusta est devenue le meilleur investissement de Sonatrach à l’étranger

0
471

En Algérie, la raffinerie Augusta rachetée par la Sonatrach en 2018 est présentée comme un méga-scandale de corruption et un fiasco économique majeur. Mais, en Italie, la vérité est toute autre car cette raffinerie située en Sicile est devenue très rentable et dégage des bénéfices conséquents depuis 2021. En plus, elle a entamé sa mue technologique pour axer son développement sur l’innovation. Explications. 

En juillet 2020, le tribunal de Bir-Mourad-Raïs (Alger) avait décidé d’engager une enquête pour situer les responsabilités dans l’acquisition par Sonatrach de la raffinerie d’Augusta en Italie. Un mandat d’arrêt international a même été lancé en 2021 à l’encontre de l’ancien PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour. Ce dernier a été extradé le 4 août de la même année, par les Émirats arabes unis (EAU) vers l’Algérie. Il a été placé le lendemain sous mandat de dépôt. Jusqu’à aujourd’hui, 4 anciens hauts responsables de Sonatrach sont en prison accusés d’avoir participé à une vaste dilapidation de l’argent public en contraignant la Sonatrach à acheter une « vieille ferraille » pour plus de 700 millions de dollars USD en décembre 2018.

Il s’avère que cette « ferraille » est devenue une véritable machine à sous pour Sonatrach. La raffinerie Augusta est en train de réaliser plusieurs centaines millions de dollars depuis 2021. Plus exactement plus de 250 millions de dollars USD en 2021 et plus de 450 millions de dollars USD depuis le premier semestre de l’année 2022. Ces informations obtenues par Algérie Part ont été confirmées par le magazine Jeune Afrique, qui cite une source proche du dossier, en expliquant que raffinerie italienne de Sonatrach a réalisé durant les six premiers mois d’activité de 2022, plus de 450 millions de dollars de bénéfices. « Sonatrach pourrait engranger plus de 800 millions de dollars de bénéfices [sur cette raffinerie] cette année, avance une source proche de ce dossier. C’est loin d’être une arnaque. Bien au contraire », explique le même média qui a été repris ces derniers jours par de nombreux médias algériens alors que la Justice algérienne continue de considérer l’affaire Augusta comme étant un scandale de corruption.

Un total contre-sens et une énorme hypocrisie parce que les autorités savent depuis mars 2022 que la raffinerie d’Augusta est en train de devenir l’un des plus rentables et meilleurs investissements de Sonatrach à l’étranger. Le 10 mars 2022, l’ambassadeur d’Algérie en Italie, Abdelkrim Touahria, avait rendu visite à la raffinerie d’Augusta acquise par le groupe Sonatrach en 2018 et exploitée par la raffinerie italienne Sonatrach (Sri). C’était  la première fois qu’un représentant officiel de l’Etat algériens s’était rendu au niveau de la raffinerie d’Augusta pour regarder de près les évolutions de cet important investissement algérien en Italie.

Selon les informations recoupées par nos soins, l’ambassadeur algérien a été reçu par le PDG de Sri Rosario Pistorio et du directeur financier Mourad Latreche qui lui ont fait tout un exposé sur les installations de production tout en lui présentant rencontré l’équipe de direction de l’entreprise. L’ambassadeur algérien en Italie a donc vu de ses propres yeux comment la raffinerie Augusta était en train de rééquilibrer ses comptes financiers tout en se dotant d’un plan de développement très ambitieux.

Depuis février 2021, la raffinerie Augusta a signé un partenariat avec l’ Ecole Polytechnique de Turin et son Département des Sciences Appliquées et de la Technologie, sous la responsabilité scientifique du Prof. Debora Fino, pour la réalisation d’une étude de faisabilité sur l’utilisation de  stockage et utilisation (Ccsu) dans les processus industriels des deux sites du centre pétrochimique de la région d’Augusta.  « L’étude devra vérifier la possibilité de dimensionner une usine de captage et d’utilisation du CO2 pour produire du gaz de synthèse (syngas) et des carburants liquides – lit une note officielle – L’objectif premier sera donc de définir les solutions techniques les plus appropriées sur la base des émissions actuelles de CO2 et des coûts d’investissement nécessaires correspondants », peut-on lire dans les colonnes de la presse locale sicilienne.

Grâce à ce partenariat technologique, la raffinerie de Sonatrach à Augusta pourrait produire du carburant à très faible émission de CO2 « avec un résultat significatif en termes de durabilité du produit et de réduction de l’impact environnemental », se réjouit la presse locale en Sicile. C’est dire que cette raffinerie italienne de Sonatrach promet d’explorer des perspectives très prometteuses sur le plan de la rentabilité économique et de l’innovation technologique. C’est en ce moment le meilleur investissement de la compagnie Sonatrach à l’étranger.