5.9 C
Alger
samedi, janvier 28, 2023

Privé de douches, d’assistance médicale et incarcéré dans des conditions inhumaines : Rachid Nekkaz subit des mauvais traitements à la prison d’El-Harrach

- Advertisement -
- Advertisement -

L’opposant algérien Rachid Nekkaz subit de très mauvais traitements à la prison d’El-Harrach où il est incarcéré pour des délits purement politiques. Privé de douches, d’une assistance médicale digne de ce nom et dormant dans une cellule infecte, Rachid Nekkaz subit des conditions de détention inhumaines et humiliantes pour une personnalité publique qui était candidate aux élections présidentielles d’avril 2019. 

Les mauvais traitements infligés à Rachid Nekkaz par l’administration pénitentiaire ont été décrites dans une lettre adressée à Algérie Part par le Mouvement pour la Jeunesse et le Changement (MJC), le parti politique fondé en mai 2014 par Rachid Nekkaz mais qui n’a jamais été agréé ni autorisé par les autorités algériennes.  « Il y a 1 mois Rachid Nekkaz avait été transféré à la prison à Alger afin de subir une opération très délicate du nez et de son oreille gauche. Malheureusement, le 27 novembre 2022, Rachid Nekkaz à eu une crise hémorragie au niveau du nez, correspondant à une perte importante de sang, un saignement qui s’arrêta difficilement », révèle ainsi cette source qui lance un véritable cri de détresse concernant la détérioration dramatique de l’état de santé du détenu politique Rachid Nekkaz.

« Aujourd’hui, la santé de Rachid Nekkaz est de plus en plus mauvaise. Concrètement, il ne respire plus du nez, il est également sourd à 100% de l’oreille droite et à 50% de l’oreille gauche », s’alarme la même source qui ne manque de qualifier les conditions de détention de Rachid Nekkaz de « catastrophiques et inadmissibles ». « Il est important de dire aux algériens que des détenus malades peuvent attendre plus d’une année avant de subir une intervention médicale. Ces détenus malades sont traités comme des animaux, on cherche à les déshumaniser, c’est à dire leur faire perdre leur caractère humain », déplore fortement la lettre du MJC parvenu à Algérie Part.

« Aujourd’hui, Rachid Nekkaz dort par terre sur un matelas sale, troué, rongé par les rats et refuge d’acariens, de punaises de lit », s’indigne encore la même source en révélant également que l’opposant algérien n’a pas pris de douche de « depuis 12 jours » et n’a pas pu obtenir la visite de ses avocats depuis au moins deux mois. Ce qui constitue une gravissime violation de ses droits civiques les plus élémentaires.

« Malgré l’envoi de courriers par Rachid Nekkaz à la direction générale de l’administration pénitentiaire, au Procureur général près de la Cour d’Alger et au Président de la République Abdelmadjid Tebboune, rien ne bouge, rien ne change », regrette enfin la lettre du MJC. Rappelons en dernier lieu que Rachid Nekkaz a fait l’objet de plusieurs condamnations  judiciaires liées purement à ses activités politiques. Le 3 juillet 2022, la Cour d’appel d’Alger a condamné Rachid Nekkaz à cinq ans de prison et à 500.000 dinars d’amende dans une autre affaire liée à la présidentielle de décembre 2019. L’activiste a écopé également en première instance en décembre 2021 d’une peine d’un an de prison et 30.000 dinars d’amende pour les accusations « d’incitation à un rassemblement non armé » et pour « avoir tenté d’empêcher les citoyens d’exercer leur droit de vote » lors des présidentielles de 2019.

Après avoir été emprisonné entre décembre 2019 et février 2021, Rachid Nekkaz a été une nouvelle fois placé en détention depuis le 15 mai 2022. Il avait été arrêté, la veille, alors qu’il tentait d’organiser un rassemblement devant la prison de Chlef pour réclamer une enquête sur la mort le 19 avril 2022 du détenu politique Hakim Debazi et la libération de tous les détenus du Hirak.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -