9.9 C
Alger
lundi, février 6, 2023

Près de 2 milliards d’euros d’importations en un seul trimestre : les besoins alimentaires des algériens en constante augmentation

- Advertisement -
- Advertisement -

Les besoins alimentaires de la population algérienne sont en constante augmentation et l’Algérie est contrainte d’importer encore et toujours davantage d’aliments ou nourritures depuis l’étranger pour pouvoir satisfaire ses besoins. En 2021, la consommation des produits alimentaires importés a explosé en Algérie malgré la politique de restrictions des importations menée très sévèrement par les autorités algériennes. Face à la croissance démographique permanente de l’Algérie, la population est plus que jamais dépendante de la nourriture importée depuis l’étranger pour subvenir à ses besoins élémentaires. 

Un seul chiffre en dit long sur cette problématique : en un seul trimestre, l’Algérie a dépensé près de 2 milliards d’euros à l’étranger pour importer des produits alimentaires et animaux vivants pour nourrir sa population. C’est un record qui n’a pas été égalé depuis 2011. En effet, l’Algérie n’a jamais dépensé autant d’argent pour nourrir sa population durant un seul trimestre. Il s’agit du deuxième trimestre 2021 au cours duquel, les importations de la nourriture et des animaux vivants a atteint les 313,3 milliards de Da, soit plus de 1,98 milliard d’euros, soit près de 2 milliards d’euros. C’est effectivement un record si on se réfère aux plus récentes données communiquées par l’Office National des Statistiques (ONS), un organisme public et gouvernemental, concernant le bilan du commerce extérieur et les indices des valeurs des marchandises importées tout au long des 9 premiers mois de l’année 2021.

Au troisième trimestre de 2021, les importations alimentaires et de nourritures ont baissé légèrement pour se retrouver à hauteur de 274,3 milliards de Da, soit l’équivalent de 1,74 milliard d’euros. C’est toujours une addition très salée par rapport à tous les trimestres de la dernière décennie enregistrée en Algérie. De 2011 jusqu’à 2021, à aucun moment, l’Algérie n’a consommé autant de produits alimentaires importés.

En 2019, soit bien avant le début de la pandémie de la COVID-19 et de ses conséquences économiques désastreuses, l’Algérie a connu un seul pic de consommation élevée de produits alimentaires importés depuis l’étranger. Il s’agit du 2e trimestre de l’année 2019 au cours duquel le pays a importé pour 243,7 milliards de Da, soit l’équivalent de 1,54 milliard d’euros. Lorsqu’on compare l’année 2019 avec 2021, nous constatons que les importations alimentaires ont été marquées par une croissance impressionnante. De 1,54 milliard d’euros lors du 2e trimestre de 2019, nous passés à… près de 2 milliards d’euros lors du 2e trimestre 2021. L’évolution est vertigineuse et indique clairement que l’Algérie est fortement dépendante de l’étranger pour se nourrir faute d’une agriculture capable de produire amplement pour répondre aux besoins de la population algérienne. Des besoins alimentaires toujours en croissance et nécessitant à chaque fois d’importantes ressources financières en devises pour l’Etat algérien.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

3 COMMENTS

  1. Le problème de la démographie est un sujet tabou en Algérie.
    Les politiciens Algériens par conviction religieuse ou par faiblesse n’ont pas le courage de l’aborder.
    Sachant qu’on est déjà au dessus de ce que le pays peut supporter en terme démographique (vu notre contexte). Et ce problème est quasi irréversible a cours ou moyen terme.

  2. En plus c’est les plus pauvres qui font le plus d’enfants
    Trouvez l’erreur
    J’ai une bonne nouvelle…pour la première fois depuis 2014 le nombre de naissance a baissé en 2019 et 2020.( sous le un million) ..et il parait que même en 2021 ( les statistiques seront confirmées plus part)
    Moins de mariages, moins de naissance ..
    Autre bonne nouvelle, les mariages se font de plus en plus tard et de plus en plus de femme sont « obligés » de travailler et donc le taux de fécondité continuera à baisser
    Il y’a eu plus de décès aussi…
    On est officiellement 45,4 millions quand même…

  3. Superbe, les shab el cachir et bouchkara, disent que tout va bien, la natalité à baisser, les âne jiriens ne se marient plus, la vie est belle et tout va pour le meilleur du monde.
    La contraception est Haram, donc la seule solution est d’éviter que les gens se marient

    Quant aux enfants qui naîtront hors mariage, cela sera tjs des wlads lehram.
    Par contre, on ne sait toujours pas c’est quoi le sexe des anges. Et pour finir, vive le soukardji d’El mouradia et le bouwal de l’armée.
    Heureux d’avoir quitter le marigot de l’âne jiri, et certain que cette plèbe restera en place,tant que les tubes digestifs et les s’hab el cachir seront contents. je reste persuadé que seul la HARGA sauvera nos frères, car les arabes, ne sont le symbole que de la destruction et la réligion est pire que la coke et l’héroïne.