Pourquoi Tahar Allache affirme qu’il n’a peur ni de Chanegriha ni de Tebboune

0
351

Le 18 Mai 2022, le Général de Corps d’Armée, Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-Major de l’Armée nationale populaire (ANP), a supervisé dans la 5ème Région militaire, un exercice tactique nocturne, avec munitions réelles, exécuté par les composantes de la 1ère Division blindée et des unités de différentes armes et Forces.

C’est le 16 Mai 2022, et à partir de l’ancienne aérogare de l’aéroport d’Alger Houari Boumediène, que Chanegriha a pris l’avion en direction de Constantine.

Alors qu’il souhaitait utiliser la salle d’eau, les responsables du protocole et de la sécurité l’informent qu’au niveau du salon d’honneur il n’y avait pas de sanitaires…

Surpris et légèrement amusé par ces déclarations, il décide tout de même de se diriger vers ces lieux clairement désignés par des petits panneaux indicateurs pour n’y trouver effectivement aucune salle d’eau, de toilettes ou de salle d’ablutions, dans un salon d’honneur pourtant opérationnel et recevant officiels et personnalités…

Furieux de voir que les sanitaires du salon d’honneur servent de dépôt de détritus issus d’un chantier en arrêt, le Chef d’Etat Major demande à voir le responsable pour des explications et charge son protocole de suivre le règlement du problème.

Il est tout de même grave que le responsable du plus important aéroport du Pays ne puisse même pas gérer la disponibilité des sanitaires…

Tahar Allache, le Directeur de la Société de Gestion des Services et Infrastructures Aéroportuaires (SGSIA), s’est fait honteusement tancé par les services du protocole du Chef d’Etat Major de l’Armée qui lui ont fait part des critiques acerbes de Chanegriha, somme toutes légitimes, relatives à la gestion du salon d’honneur de l’ancienne aérogare, et ce devant Abderrahmane Yacef, le Directeur d’Exploitation de la SGSIA.

Mais ce que Saïd Chanegriha ignore, c’est que le chantier de l’ancienne aérogare est à l’arrêt depuis plusieurs semaines pour…non-paiement. En effet, les fournisseurs et sous-traitants de la SGSIA ne veulent plus fournir de prestations à cause de l’incapacité de Tahar Allache à honorer les factures dues.

Une semaine avant cet événement, la société de distribution des produits pétroliers Naftal a même été contrainte de refouler un camion d’approvisionnement de carburants pour cause de factures impayées…

« Plus personne ne veut travailler avec l’aéroport d’Alger à cause de la gestion catastrophique de son PDg Taher allache ! » Nous dira une source interne.

Face à cette situation, le Directeur Technique de la SGSIA, Amine Khider, désespère de signer la clôture du chantier du Terminal T4 car faute d’argent à cause de la mauvaise gouvernance de son chef Tahar Allache, les sous-traitants chinois de CSCEC n’ont toujours pas été payés…

Malgré toutes ces déconvenues et après s’être fait malmené par les représentants du Chef D’Etat Major de l’Armé, Tahar Allache tente de calmer les esprits et de minimiser l’incident, allant jusqu’à dire devant plusieurs de ses collaborateurs en réunion, dans un enregistrement audio que nous avons pu entendre :

« Je n’ai peur ni de Chanegriha ni de Tebboune. Je ne leur dois rien du tout. Idezzou M3ahoum !» « Vous allez voir, je vais être reconduit à mon poste, ‘’bla mziyethoum’’ » !

En effet, il faut savoir que Tahar Allache espère voir son mandat à la tête de l’Aéroport être renouvelé durant ce mois de Juin 2022 pour… la 5ème fois !  Rappelons tout de même que dans notre Pays, même Bouteflika n’a pas réussi à s’imposer pour un 5ème mandat !

Pour ce faire, Tahar Allache compte sur l’appui du nouveau Ministre des Transports, Abdallah Moundji, ancien Secrétaire Général du Ministère de l’intérieur, et ami intime de Khelifa Ounissi, un des fidèles protecteurs de Tahar Allache.

Nos lecteurs savent certainement qu’Abdallah Moundji, très apprécié par la présidence, avait exercé des fonctions au Ministère de l’intérieur en qualité de Chef de bureau du suivi des activités des conseils Intercommunaux et des secteurs urbains et du fonctionnement des assemblées populaires de Wilaya, lorsque l’actuel Président Tebboune était Ministre délégué aux Collectivités locales, puis Directeur de l’Administration Générale et Directeur Général des Ressources au Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, toujours sous la responsabilité d’Abdelmadjid Tebboune…

C’est dire que le Président de la République voue une sincère confiance à Moundji Abdallah, mais que ce dernier va probablement l’utiliser pour faire imposer Tahar Allache pour un autre mandat à la tête de la SGSIA… on en saura plus durant la première quinzaine du mois de Juin 2022 !

Malgré les solides appuis qu’il s’est assuré de la part des anciens responsables du Ministère de tutelle de la Direction Générale de la Sureté Nationale (DGSN), Tahar Allache a dernièrement donné instruction à ses directeurs de transmettre chaque 24 du mois, un rapport détaillé au nouveau Ministre des transports, relatant tous les incidents, accrochages avec les passagers, portes fermées et tous les problèmes impliquant les policiers avec les employés de la SGSIA.

« Je vais déclarer la guerre à la police, je veux que transmettiez un rapport d’incident au Ministre des transports sur la mauvaise gestion de la police des frontières au niveau de l’aéroport d’Alger » a-t-il demandé à ses collaborateurs.

Dans sa lancée, il envisage même de suspendre les cartes d’accès au Parking de l’Aéroport aux agents de l’ordre et de ne plus les pourvoir en fournitures de bureau, rames de papiers…

Tout cela à cause des rapports des Renseignements Généraux de la Police qui lui sont largement défavorables du fait de sa piètre gestion et des risques d’une nouvelle grève du personnel pouvant causer une paralysie de l’aéroport et susciter des troubles sociaux à un moment aussi critique et chargé qu’est la saison estivale !

Comment peut-on reconduire un cadre malade, impliqué dans des affaires de corruption aux délais interminables, soumis à une interdiction de sortie du territoire national par une Justice ayant changé 5 fois de magistrats dans cette incroyable affaire de l’Aéroport d’Alger où il est cité ?

Comment peut-on laisser à la tête d’une infrastructure aussi sensible qu’un Aéroport international au sein d’une capitale, une personne qui privilégie des rapports à charge contre un corps aussi stratégique que celui de la Police Nationale ?

Comment dans notre Pays peut-on fermer les yeux et aider un fonctionnaire à se maintenir à son poste alors que sa légitimité est ébranlée par un bilan catastrophique et par de nombreux scandales et grèves durant ses mandats ?

A ce sujet, soulignons que Youcef Medahi, un des grévistes de la Direction de la Maintenance qui s’était opposé au régime de Hogra instauré par Tahar Allache au sein de la SGSIA, a été licenciés ce 22 Mai 2022, après 18 ans de service, suite à un rapport bidon concocté par son chef et approuvé par le chef de département : Omar Sellal, le neveux de l’ex Premier Ministre aujourd’hui emprisonné…

Bien évidemment, le syndicat de la SGSIA, illégitime au demeurant puisque son mandat est échu depuis plusieurs mois, ne va jamais contre les décisions de Tahar Allache même si, de l’avis des principaux responsables de directions, le licenciement de Youcef Medahi serait largement abusif.

Tout semble laisser croire que Sefta Fodhil et Amar Baghdadi, dont le mandat de syndicalistes a pourtant expiré, auraient passé un accord avec Tahar Allache, dans le but de l’aider à briguer un 5ème mandat. En retour Allache assurera leur maintien jusqu’à leur départ à la retraite !

Ainsi va le Pays, pris en otage par des gestionnaires limités qui, à l’image de Tahar Allache, arrivent à se maintenir à leur poste grâce à d’autres gestionnaires tout aussi médiocres !

Pauvre Algérie…