Plus de 500 Harragas algériens débarquent en Espagne en 3 jours : un exode collectif !

0
487

Ces dernières 72 heures, le nombre des Harragas ayant pu rallier les eaux territoriales ou les côtes espagnoles a tout bonnement explosé : plus de 800 migrants algériens ont pu effectivement quitter leur pays pour rejoindre illégalement le sud de l’Espagne à la suite d’une traversée périlleuse de la Méditerranée Occidentale. Le chiffre de 500 migrants algériens a été officiellement communiqué par l’un des militants les plus actifs et engagés de l’ONG Centre International pour l’Identification de Migrants Disparus (CIPIMD) qui se trouve à Malaga en Andalousie (Espagne), à savoir Francisco José Clemente Martin. 

Ce militant associatif et défenseur des droits des migrants publie quotidiennement des informations détaillées et précises sur le nombre des Harragas algériens arrivés en Espagne. Il est considéré depuis plus de deux ans comme une l’une des sources les plus fiables concernant les informations les plus précises et les plus détaillées sur le nombre et composition des embarcations de migrants irréguliers algériens ayant été interceptées ou secourues par le service maritime de la Guardia Civil espagnole.

Hier jeudi 21 juillet, cette source a dévoilé un bilan qui fait froid dans le dos. Il s’agit du bilan retraçant l’intervention des garde-côtes espagnoles et de plusieurs associations espagnoles comme la Croix Rouge au cours des dernières 72 heures. Et ce bilan nous apprend ainsi que plus de 500 migrants algériens ont pu rallier l’Espagne à bord de 45 embarcations de fortune. Parmi ces harragas algériens, les autorités espagnoles ont pu identifier plus de 35 enfants mineurs accompagnés par plus de 30 femmes dont certaines sont enceintes et dans un état de santé très fragile.

Plus de 30 harragas algériens ont reçus des soins médicaux d’urgence à la suite de leurs diverses blessures ou traumatismes. Au moins 7 embarcations de harragas algériens étaient déclarées à la dérive et nécessitaient une opération de sauvetage afin d’éviter une mort certaine ou cruelle à leurs « passagers ».

Fort heureusement, aucun décès n’a été enregistré ou déploré. L’excellente coordination entre les collectifs, associations d’accueil et de défense des droits des migrants et les garde-côtes espagnols a pu sauver des dizaines de vie menacées par le péril d’une Méditerranée indomptable pour ses petites embarcations motorisées qui assurent les traversées depuis les côtes algériennes vers les côtes espagnoles.

Cependant, ce bilan sinistre témoigne une nouvelle fois de l’aggravation du fléau de la harga qui prenaient d’ores et déjà des proportions catastrophiques depuis 2021. Un fléau que les autorités algériennes ne semblent pas pressées à combattre de toute urgence faute de sérieuses solutions capables de redonner de l’espoir de croire encore à la vie dans leur propre pays à des pans entiers de la population algérienne.