Plus de 5 millions travailleurs vulnérables n’ont pas été protégés contre les effets désastreux de la COVID-19 en Algérie

1
1947
An Algerian man disinfects his hands with alcohol gel attached to a pole in Algiers' Bab el-Oued district on March 20, 2020. - A total of 82 cases of coronavirus COVID-19 have been confirmed in Algeria, according to the health ministry. An 83rd case was detected in an Italian national, who has since returned to Italy. Two more virus deaths were registered in Algeria yesterday, the health ministry said, bringing to eight the number of fatalities from COVID-19 since the first case was registered in the country at the end of February. (Photo by RYAD KRAMDI / AFP)

Les travailleurs journaliers et leurs familles qui ne bénéficient pas de prestation régulière de sécurité sociale risquent de ressentir de manière significative les effets du COVID-19, a averti un rapport approfondi publié par le bureau Maghreb de la commission économique pour l’Afrique de l’ONU. Algérie Part a obtenu une copie de ce rapport qui met en exergue l’importance d’accorder une protection à ces travailleurs dont le nombre dépasse les 5 millions de personnes en Algérie. 

Ce rapport commence par souligner que dans la région arabe, à titre d’exemple, près de 62% des femmes actives travaillent dans le secteur informel. Par conséquent, les effets du COVID-19 risquent d’avoir une forte incidence sur les femmes travaillant dans ce secteur.
En Algérie, bien que les résultats de l’enquête activité-emploi-chômage de l’Office National des Statistiques (ONS), révèlent une baisse sur les dix dernières années du nombre de
travailleurs non affiliés à la sécurité sociale, ce nombre demeure toutefois important car estimé à plus de 5 millions de travailleurs (soit plus 41.8% de la population active en 2019). Les personnes non affiliées à la sécurité sociale, n’ayant pas bénéficié des congés payés décidés par le Gouvernement au début de la crise, risquent de voir leur vulnérabilité s’accentuer.

Les travailleurs non affiliés à la sécurité sociale dont les entreprises ont été négativement affectées par la crise subiront une double conséquence due à l’absence de revenu et de couverture sociale.

La crise du COVID-19 est susceptible d’impacter fortement cette frange de la population qui, en plus de ses conditions sociales précaires, ne peut, faute de pouvoir être identifiée,
bénéficier des soutiens mis en place par les pouvoirs publics aux personnes vulnérables affectées par les effets économiques et sociaux de la crise sanitaire13. Ce sont les travailleurs journaliers, les serveurs, les ouvriers du bâtiment, les employés des transports,
les travailleurs domestiques, etc., qui ont fortement touchés par les diverses mesures du confinement sanitaire.

Malheureusement, aucun dispositif concret ou sérieux n’a été mis en place par les autorités algériennes pour venir en aide à ces travailleurs infortunés qui ont subi de plein fouet les conséquences financières de la pandémie de la COVID-19. Ces travailleurs et leurs familles ont été abandonnées à leur triste sort sans qu’aucun haut responsable ne soucie de leur capacité à survivre à l’une des pires crises financières de ces 100 dernières années. En 2021, l’Algérie ne devrait pas rééditer la même erreur et oublier ces citoyens vulnérables.

 

1 COMMENT

  1. les élites sont extrêmement corrompues, Mais, ils se soucient pas vraiment du reste de la population, ni même pas de leur propre pays. voir les affaires de corruptions

    OU est la protection sociale ( l emploi des jeunes) a été un thème majeur au débat politique et un véritable enjeu électorale, en 2019 ou sont les promesses ?
    les problèmes administratifs des régimes de protections sociales sont inexistants pour certaines familles
    Beaucoup de gens sont confrontés à des difficultés d’accès aux services de santé en raison de contraintes financières. et une large proportion de personnes âgées ont a une petite pension de 80 euros par mois

    d autres personnes ont des vols spéciaux pour aller se soigner gratuitement y compris vol spécial pour leur famille qui leur rendre visite… Oui …d autres ont des soins gratuits a l étranger