Plus de 250 harragas algériens secourus et sauvés en Espagne durant ces dernières 48 heures : la harga persiste en septembre

0
189

La tragédie de la harga se poursuit encore et toujours. Ce début de mois de septembre a été marqué par une nouvelle accélération des arrivées des harragas algériens sur les côtes du sud de l’Espagne. Ces dernières 48 heures, plus de 250 migrants clandestins algériens ont été secourus et sauvés miraculeusement de naufrages lors de diverses interventions effectuées par les garde-côtes espagnols. 

Rien que sur les rivages des Iles Baléares, archipel situé au large de la côte est de l’Espagne en Méditerranée, pas moins de 86 harragas algériens ont été récupérés et évacués de leurs brinquebalantes embarcations de fortune par les secouristes espagnols. Ces harragas algériens ont pu rejoindre les eaux territoriales de plusieurs iles comme Majorque ou Formentera.  Venant des plages des wilayas d’Oran, Mostaganem ou même de Chlef et Tipaza dans le centre du pays, plusieurs femmes et enfants mineurs ont été identifiés parmi les harragas algériens interceptés par les garde-côtes espagnols.

Les secouristes espagnols se sont également fortement mobilisés dans la province d’Almeria pour venir en aide à de nombreuses embarcations de harragas algériens ayant pu rejoindre les eaux territoriales espagnoles.

Selon l’un des militants les plus actifs et engagés de l’ONG Centre International pour l’Identification de Migrants Disparus (CIPIMD) qui se trouve à Malaga en Andalousie (Espagne), à savoir Francisco José Clemente Martin, ces dernières 48 heures, les secouristes espagnols ont été totalement débordés et au moins 8 bateaux de sauvetage, à savoir des canots ou vedettes de sauvetage des équipes de recherche et sauvetage qui sont chargées de secourir les marins des navires en perdition ou en difficulté, ont été déployés pour répondre à l’ensemble des signaux de détresses envoyés par des migrants irréguliers ayant pris la mer depuis les côtes du Maghreb. Selon la même source, deux hélicoptères, 3 avions et 10 autres bateaux de surveillance maritime ont été également mobilisés par les équipes du Service maritime de la Garde civile, à savoir les Garde-côtes d’Espagne.

Les interventions des secouristes espagnols ont permis de porter assistance à plus de 500 migrants irréguliers en situation de détresse en haute mer. Au moins la moitié de ces migrants, à savoir plus de 250 d’entre eux, sont des harragas algériens originaires de plusieurs wilayas du nord de notre pays.

Malgré les dangers liés à la traversée et les nombreuses expulsions, beaucoup d’Algériens, poussés par la morosité économique dans le pays et le peu de perspectives, continuent à prendre la mer pour gagner l’Europe. Entre le 1er janvier et le 15 août, 16 378 migrants sont arrivés par la mer en Espagne. Même distante de seulement 200 à 250 km par endroits, la route qui part d’Algérie pour le sud de l’Espagne reste très dangereuse et des morts ainsi que des disparus y sont régulièrement recensés. Le 8 août dernier, six personnes sont mortes dans le naufrage de leur embarcation à Hammamet, sur la côte ouest d’Alger. Les passagers de ce bateau à moteur pensaient rallier le sud de l’Espagne en quelques heures.