5.9 C
Alger
dimanche, janvier 29, 2023

Plus de 2000 arrestations depuis la reprise des marches du Hirak et de nombreuses présentations devant la justice dés demain dimanche

- Advertisement -
- Advertisement -

La répression des manifestants pacifiques commence à reprendre une dimension alarmante depuis la reprise des marches populaires le 22 février dernier. Durant 5e vendredi successifs, les services de sécurité ont procédé à plus de 2000 arrestations dans les rangs des manifestants, certifient à Algérie Part des sources sécuritaires. Ces arrestations se sont déroulées dans une vingtaine de wilayas. Oran, Relizane, Mostaganem, Tiaret, Saida, El Bayadh et Blida sont les wilayas qui ont connu le nombre d’arrestations le plus élevé, indiquent nos sources. 

Parmi toutes ces personnes arrêtées, au moins 1000 sont officiellement poursuivies par divers tribunaux dans leurs wilayas respectives. Inculpés pour « attroupement non armé », ces manifestants font également l’objet de plusieurs autres accusations tels que l’atteinte à l’unité nationale ou atteinte à l’intérêt national. Plusieurs autres militants du Hirak sont poursuivis pour « Offense à la personne du Président de la République ». C’est le cas d’au moins une cinquantaine de manifestants du Hirak.

Pour l’heure, officiellement au moins 5 manifestants ont été incarcérés et placés sous mandat de dépôt. Et il y a encore dans les prisons algériens, près de 30 détenus d’opinion qui sont toujours maintenus en détention. Ces chiffres sont naturellement provisoires car au regard de l’étendue du territoire algérien, il demeure très difficile de confirmer des informations judiciaires ou sécuritaires qui nous parviennent des wilayas les plus éloignées comme celles du grand sud où plusieurs militants du Hirak sont réprimés loin, très loin des projecteurs des médias nationaux ou internationaux.

Ceci dit, ce premier bilan démontre que la répression à l’encontre du Hirak redouble de « férocité » en Algérie. Les appareils sécuritaires et judiciaires ont été mobilisés à nouveau pour étouffer le mouvement de contestation populaire. Preuve en est, dés demain dimanche, plusieurs manifestants du Hirak interpellés hier vendredi seront présentés devant plusieurs tribunaux répartis à travers le pays.

A Alger, au moins 7 manifestants et militants du Hirak placés en garde-à-vue seront présentés demain dimanche matin devant le Procureur de la République de Sidi M’hamed. Parmi eux nous retrouvons des figures populaires du Hirak comme le jeune poète Mohamed Tadjadit ou l’un des leaders du mouvement estudiantin à l’origine des marches du mardi Abdenour Ait Said. La justice risque bel et bien de le placer en détention provisoire faisant ainsi de ces militants de nouveaux détenus d’opinion. Cette nouvelle vague de répression risque d’aggraver encore la crise politique en Algérie.

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -

4 COMMENTS

  1. Le régime retrouve sa vraie nature dictatoriale qu’il doit maintenant assumer à l’échelle internationale… voila la grande victoire du Hirak sur le régime agonisant que même leur soutien Macron aura du mal a les soutenir et protéger contre le Peuple Algérien déterminé comme jamais a avoir sa vraie indépendance !

  2. En « haut », aux Tagarins, les généraux s’étripent à qui envoie l’autre au tribunal militaire de Boufarik pour le faire taire ou se venger de lui. Tag ala men Tag. La société civile est abandonnée à son triste sort. Pendant ce temps, les institutions, y compris l’armée, périclitent petit à petit. Y a t il quelqu’un qui pourrait nous éclairer pour voir le bout du tunnel de cette repoublik de la caserne algérienne ? Pleure O mon pays bien aimé ?