5.9 C
Alger
dimanche, février 5, 2023

Où sont les millions de masques importés par l’Algérie ?

- Advertisement -
- Advertisement -

« Si chacun prenait la précaution de porter une bavette, la propagation du Coronavirus serait réduite de façon spectaculaire, car c’est la seule mesure-barrière qui nous permettra d’aller au déconfinement », a déclaré hier mercredi Abderrahmane Benbouzid, en marge du point de presse quotidien consacrée à l’évolution du Covid-1, selon des propos repris par l’agence gouvernementale l’APS. Cette déclaration indique clairement qu’après le ministre de la Santé, le port du masque devrait être obligatoire en Algérie pour réduire les dangers de la propagation de l’épidémie du COVID-19 en Algérie. 

Mais si le ministre de la Santé a reconnu officiellement que le port de la bavette demeure la « seule mesure-barrière » permettant d’aller au déconfinement et de réduire de « façon spectaculaire » la propagation de la pandémie du Covid-19, aucune décision officielle n’a été prise par le gouvernement algérien concernant la généralisation du port de masques alors que cette décision a été prise dans plusieurs autres pays voisins comme le Maroc ou africain comme l’Afrique du Sud, le Gabon ou le Cameroun.

Selon nos sources, si cette décision tarde a être annoncée en Algérie, c’est à cause du manque criant des masques dans les pharmacies. Et pourtant, l’Algérie avait commandé plus de 100 millions de masques chirurgicaux à la Chine. « Nous avons passé commande à nos amis Chinois pour l’acquisition de masques et de kits de dépistage et ils nous ont communiqué un calendrier de livraison », avait déclaré le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le 31 mars lors d’une entrevue avec des représentants d’organes de presse nationaux, diffusé à la Télévision publique.

Plus de 5 semaines sont passées depuis l’annonce de Tebboune. Mais jusqu’à aujourd’hui encore, les masques de protection sont indisponibles dans les pharmacies algériennes. Les algériennes et algériens cherchent désespérément des masques de protection et personne n’a encore vu la trace de ces millions de masques importés depuis la Chine et payés en devises trébuchantes et sonnantes. Le gouvernement algérien n’a, d’ailleurs, appliqué aucune stratégie pour relancer la production des masques de protection afin de ne pas dépendre des importations chinoises sujettes à des perturbations à cause de la forte demande mondiale en moyens de protection.

Cependant, nos sources au sein du gouvernement algérien se montrent rassurantes et indiquent que d’ici la mi-mai, 60 millions de masques en provenance de Chine seront réceptionnées en Algérie. Par ailleurs, les autorités algériennes réfléchissent à la création d’un organisme indépendant pour gérer la distribution de ces masques afin d’éviter les détournements et autres fléaux qui peuvent porter atteinte à l’intérêt général. Affaire à suivre…

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -