Oran va accueillir les Jeux Méditerranéens sans un aéroport… prêt et fini

0
225

Près de 3 400 athlètes sont attendus du 25 juin au 5 juillet prochains pour la 19e édition des Jeux Méditerranéens, à Oran. Ces sportifs, venus de 26 pays, vont concourir dans 24 disciplines. Toutes les délégations étrangères participant à ces Jeux Méditerranéens devront transiter par l’aéroport international d’Oran. Or, ce dernier n’est pas encore prêt car il n’est même encore fini ! 

Et pourtant, le 23 juin prochain, une cérémonie d’inauguration de ce nouvel aéroport international d’Oran est prévue. Elle sera supervisée par le Wali d’Oran et, jusqu’à maintenant, ni le Premier-ministre, ni encore moins le Président de la République, n’ont confirmé leur présence à cette inauguration alors qu’il s’agit de l’un des chantiers les plus importants pour la deuxième ville du pays qui va accueillir un évènement sportif international très prestigieux.

Selon nos sources, la cérémonie d’inauguration du nouvel aéroport se déroulera en toute discrétion et sans grand tapage médiatique. Et pour cause, l’aéroport international d’Oran n’est, en réalité, pas encore fini ! Oui, le nouveau système de télé-affichage n’a pas été encore déployé et les gestionnaires de ce nouvel aéroport devront utiliser le système de l’ancien aéroport pour pouvoir, par exemple, assurer la distribution des billets d’avion ou l’affichage des vols programmés au niveau de l’aéroport.

D’autre, Algérie Part a pu confirmer au cours de ses investigations que le nouvel aéroport d’Oran n’est pas encore doté d’un nouveau système de tri des bagages. Cependant, la plus grande défaillance concerne sans doute les scanners qui manquent cruellement au niveau de la nouvelle aérogare de l’aéroport international d’Oran. Selon nos investigations, cet aéroport va ouvrir ses portes avec… des scanners usagés !  La direction de l’aéroport de Constantine a prêté 4 scanners alors que seulement 4 nouveaux scanners ont été achetés par les gestionnaires de ce nouvel aéroport où les services de sécurité devront compter également sur 4 anciens scanners utilisés dans l’ancienne aérogare de l’aéroport d’Oran.

Selon nos sources, les normes et protocoles de sécurité en vigueur dans une structure aéroportuaire de la taille du nouvel aéroport d’Oran exigent le déploiement de plus de 40 scanners dont 3 puissants tomographes qui permettent de détecter les explosifs ou les objets prohibés les plus dangereux et menaçant pour la sécurité publique.

Cette grave défaillance alimente un véritable scandale que les autorités algériennes veulent étouffer afin de ne pas écorcher l’image de l’évènement des Jeux Méditerranéens d’Oran. D’après nos investigations, le nouvel aéroport de la deuxième ville du pays souffre de plusieurs malfaçons dans tous les lots composant ce chantier dont les travaux avaient débuté… en 2013. La réception de ce nouvel aéroport était prévue… en 2017. Mais les retards se sont accumulés sur fond de plusieurs scandales de mauvaise gestion et de corruption sur lesquels Algérie Part avait fait de nombreuses révélations détaillées et documentées. 

Les autorités algériennes n’ont jamais voulu bouger le petit doigt face à ces scandales laissant ainsi les factures de ces retards successifs provoquer une énorme perte financière pour le Trésor Public. Effectivement, budgétisé au départ à 135 millions d’euros, le nouvel aéroport d’Oran a fini par coûter presque 300 millions d’euros. Et malgré tout cet argent public injecté, et gaspillé sans qu’aucun haut responsable ne rende des comptes, ce nouvel aéroport demeure inachevé parce que ses travaux ont été entièrement bâclés.