5.9 C
Alger
mardi, janvier 31, 2023

« Monsieur El Houari », l’homme qui a provoqué le cauchemar des producteurs et opérateurs économiques algériens

- Advertisement -
- Advertisement -

Au moment où ce dimanche 29 mai, une importante réunion est prévue au ministère du Commerce à Alger pour plancher sur les conséquences désastreuses ayant ébranlé l’importation de matières premières, de produits et de marchandises destinées à la revente en l’état, par le nouveau dispositif imposant un document attestant de l’indisponibilité des produits à importer, sur le marché, tous les regards sont braqués sur le chargé de la gestion de l’Agence Nationale De Promotion Du Commerce Extérieur-ALGEX, El Houari Abdellatif. 

« Monsieur El Houari » est le fonctionnaire qui gère principalement cette obligation entrée en vigueur depuis le 24 avril dernier sur instruction du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations. Et « Monsieur El Houari » est également le haut responsable qui est censé délivrer aux opérateurs économiques ce fameux document à joindre obligatoirement au dossier de demande de domiciliation bancaire, afin de parachever les procédures d’importation. Malheureusement, ce haut cadre du ministère du Commerce incarne parfaitement la dimension extravagante et dramatique de la bureaucratie algérienne.

Lenteur inexpliquée, opacité dans la prise de décision, absence de toute communication, aucune considération pour les difficultés des entreprises algériennes, le service dirigé par El Houari Abdellatif, anciennement chef de Bureau de la Gestion des Instruments d’Appui aux Exportations, a compliqué terriblement l’existence aux producteurs algériens qui ont besoin d’importer des matières premières pour maintenir en vie leurs activités économiques. Des secteurs entiers ont été paralysés et ébranlés par la non-délivrance de ce nouveau document conditionnant l’accomplissement des opérations d’importation au niveau des banques algériennes. De l’agroalimentaire jusqu’à l’industrie pharmaceutique en passant par l’industrie manufacturière, tous les secteurs économiques tournent dangereusement au ralenti à cause de la gestion hyper-rigide du dispositif attestant de l’indisponibilité des produits à importer sur le marché national. Une gestion chaotique qui s’explique notamment par l’impuissance avérée d’El Houari Abdellatif à se montrer à la hauteur des responsabilités qui lui ont été confiées sans oublier que sur le plan purement économique, ce nouveau document administratif exigé par le ministère du Commerce n’a aucun fondement rationnel car il viole le principe sacré de la liberté d’entreprendre et de commercer, un pilier incontournable du développement économique d’un pays.

Les représentants de tous les secteurs économiques ont saisi avec beaucoup de véhémence le gouvernement algérien pour lui demander de supprimer ce nouveau dispositif réglementaire qui provoque depuis fin avril dernier des pénuries alarmantes dans plusieurs domaines clés comme les médicaments ou la distribution des produits agricoles ainsi que les matières premières alimentaires. Pour l’heure, le gouvernement algérien a promis d’étudier sérieusement cette situation pour trouver les solutions idoines permettant de « recalibrer » ce nouveau dispositif décrié pour ses effets de nuisance sur la situation économique et financière du pays.

 

- Advertisement -
Latest news
- Advertisement -
Related news
- Advertisement -